Les cols situés sur les Lignes de Partage des Eaux autour du bassin de l’Isère

Diaporama (quelques cartes et photos)

L’Isère

L’Isère prend sa source dans le Parc national de la Vanoise, sur la commune de Val d’Isère, au Glacier des sources de l’Isère sous la Grande Aiguille Rousse.

Elle se jette dans le Rhône à quelques kilomètres au nord de Valence.

La longueur de son cours d’eau est de 286 km  et son bassin versant est de 10 800 km2.

Principaux affluents et sous-affluents
(d’après Wikipédia  (Isère) – reclassés d’amont en aval)

L’Isère et ses principaux affluents 

Source de la carte : wikipédia / umap.openstreetmap.fr

Rive droite

Rive gauche

 

Limites du bassin de l’Isère :
les Lignes de Partage des Eaux (LPE)

Le bassin de l’Isère est délimité par :

 

1 – A l’est : LPE Méditerranée occidentale–Adriatique (Rhône–Pô)

2 – Au nord, selon un axe sud-ouest – nord-est :       LPE Isère–9 affluents du Rhône

3 – Au sud : LPE Isère-Durance puis Isère-Drôme

4 – A l’ouest : le Rhône sur environ 12 km de Crozes-Hermitage au nord de Valence

 

1 – Limites du bassin de l’Isère avec le bassin du Pô : LPE inter-mer Méditerranée occidentale–Adriatique (Rhône –Pô)

Au nord, l’Aiguille des Glaciers est le  tripoint Pô-Arve-Isère. La limite Haute-Savoie – Savoie se situe au niveau de l’Aiguille des Glaciers (3816 m), cette limite suit la ligne de partage des eaux entre l’Arve et l’Isère (Torrent des Glaciers, affluent du Versoyen puis de l’Isère).

Au sud, le Mont Thabor est le tripoint hydrographique Dora Riparia (affluent du Pô)-Isère-Durance. Au sud du Mont-Thabor, la limite Savoie – Hautes-Alpes s’oriente vers l’ouest (en suivant la ligne de partage des eaux, Arc (affluent de l’Isère) au nord et Clarée et Guisane (affluents de la Durance) au sud.

Entre ces deux tripoints la LPE (inter-mer) Méditerranée-occidentale – Adriatique (Rhône –Pô), détermine, sur une longueur d’environ 150 km, la frontière franco italienne (à l’exception du secteur du Mont-Cenis : le traité de Paris (1947) a repoussé la frontière au delà de la combe de Mont-Cenis où a été construit le barrage (1964-1968) entraînant la formation du lac et l’engloutissement des alpages et  de l’hospice).

Cette partie de la LPE Méditerranée-occidentale – Adriatique est décrite en détail dans les paragraphes 2 à 5 de l’article « Du Mont-Dolent au Mont-Saccarel, La frontière franco-italienne, la ligne de partage des eaux, les Cols ». 3 cols revêtus sont situés sur la ligne de partage des eaux « Isère-Pô ».

Grands axes de circulation France-Italie : 2 cols

Col du Petit Saint Bernard (FR-73-2188 et IT-AO-2188), le Ruisseau des Lanches de Savoie (Reclus) affluent de l’Isère en amont de Bourg Saint Maurice prend sa source près du col.
La route relie Bourg Saint Maurice à Aoste.

Col du Mont Cenis  (FR-73-2081) le Ruisseau de la Fémaz prend sa source près du Mont-Cenis, c’est un sous-affluent de l’Arc (en amont de Lansleboug)  par le Ruisseau du Chardoux.
La liaison Lanslebourg-Suse passe par ce col.

Autres cols cyclables

Col du Petit Mont Cenis (FR-73-2183b),  qui fait communiquer la zone du lac du Mont Cenis (route revêtue depuis la D1006 partant sous le Col du Mont-Cenis) au vallon d’Ambin (sentier). Le Ruisseau d’Ambin se jette dans l’Arc à Bramans.

Les Col Sommeiller Est  (FR-73-2993 et IT-TO-2993) et  Col Sommeiller Ouest (FR-73-3000b et IT-TO-3000)  (accessibles, versant italien, par une piste très dégradée par le passage des 4X4) sont également situés sur cette LPE. Sous les cols Sommeiller on trouve les sources  de torrents affluents du Ruisseau d’Ambin (affluent de l’Arc)

Le Col du Fréjus (FR-73-2540) peut être atteint à vélo (R1-2) coté français. A noter que les 2 tunnels – ferroviaire et routier ne sont pas situés sous le col mais sous la Pointe du Fréjus au nord-est du col.

2 – Limites du bassin de l’Isère avec les bassins des affluents rive gauche du Rhône, entre le lac Léman et le confluent Rhône-Isère

De l’Aiguille des Glaciers (tripoint Pô-Arve-Isère), au nord du confluent Rhône-Isère à Crozes, le bassin de l’Isère est délimité par la LPE entre l’Isère et les affluents rive gauche du Rhône. Celle-ci a une longueur de 300 km.

Ces principaux affluents (rive gauche du Rhône, du Léman au confluent Rhône-Isère)  sont :

      • l’Arve,
      • Les Usses,
      • le Fier (affluents rive gauche : le Thiou, émissaire du lac d’Annecy et  le Chéran),
      • le canal de Savière, émissaire du lac du Bourget,
      • le Guiers,
      • la Bourbe,
      • La Varèze,
      • l’Oron et  les Colières qui confluent pour former les Claires,
      • la Galaure.

 

Depuis l’Aiguille des Glaciers, la LPE Isère-Arve s’oriente sud-ouest jusqu’à la Tête nord de Fours d’où elle s’oriente nord-ouest pour s’abaisser au  Col du Joly (FR-73-1989) qui  met en relation le Beaufortain (versant Isère, le seul revêtu) et le Val Montjoie (vallée du Bon-Nant affluent de l’Arve).

La LPE se poursuit jusqu’au Mont Joly (2525 m) avant de s’abaisser vers Megève au Seuil de Megève  (FR-74-1107).
L’Arly prend sa source en aval de Megève et coule  à travers les bien connues Gorges de l’Arly vers Ugine.

La LPE s’oriente ensuite à l’ouest vers le Massif des Aravis dont elle suit la crête  en s’orientant vers le sud.

La D909 traverse le Massif des Aravis de Flumet  (gorges de l’Arrondine) à la Clusaz (vallée du Nom) au Col des Aravis(FR-73-1486).

Au Mont Charvin (2401 m), la LPE repart vers le nord-ouest puis l’Ouest en direction de La Tournette  (2350 m) en passant par le Col du Marais (FR-74-0833).

Le Col de l’Arpettaz (FR-73-1581), situé au sud-est du Mont Charvin n’est pas sur la LPE.

De la Tournette, la LPE s’oriente plein sud (parallèlement au lac d’Annecy) pour rejoindre le Massif des Bauges où dominant la vallée de l’Isère (entre Aiton et Montmélian) elle passe par les

Col du Frêne  (FR-73-0950) qui met en relation Saint Pierre d’Albigny et Ecole à l’intérieur du massif.

Col du Lindar   (FR-73-1187) revêtu seulement versant nord (ruisseau affluent du Chéran)

Col de Marocaz   (FR-73-0958b).

Entre le massif des Bauges et celui de la Chartreuse, la LPE va s’abaisser au sud de Challes-les-Eaux vers 320 m (pas de col nommé) séparant au sud-est le Ruisseau du Bon de Loge affluent de l’Isère et au nord-ouest l’Albanne qui traverse Chambéry où elle se jette dans la Leysse tributaire du Lac du Bourget.

La LPE va ensuite s’élancer » à l’assaut du Massif de la Chartreuse et suivre la crête séparant le Haut-Grésivaudan des bassins du Guiers Vif et du Guiers Mort en passant par le

Col du Granier  (FR-73-1134)

La Dent de Crolles et le Col du Coq depuis la route du Charmant Som

Le Mont Granier  (1933 m), la Dent de Crolles (2062 m),

Le Col du Coq  (FR-38-1434),

Le Col de Porte    (FR-38-1326b),

Le Charmant Som (1867),

 

 

 

Le Col de la Charmette   (FR-38-1261). Les deux ruisseaux naissant à proximité du col et qui descendent, l’un au sud vers la vallée de l’Isère (Saint-Egrève),  l’autre vers le nord et la vallée du Guiers Mort s’appellent tous les deux le Tenaison. Versant nord  la route forestière n’est plus entretenue et est interdite à toute circulation.

Le Col de la Placette      ( FR-38-0587)

Après le col de la Placette, la LPE s’oriente vers le nord, en traversant le Plateau du Grand Ratz. Rappelons que celui-ci est l’une des extrémités sud du Massif du Jura.

La LPE Isère (Morge)–Guiers se poursuit vers le nord jusqu’au

Col des Mille Martyrs     (FR-38-0874)

d’où elle repart vers l’ouest jusqu’à Chirens entre les sources de la Fure (affluent de la Morge) et celles de l’Ainan (affluent du Guiers).

Après Chirens, direction nord,  en dominant le lac de Paladru et en passant par

Le Col du Blanchet     ( FR-38-0692)

La LPE change d’orientation et contourne par le nord le lac de Paladru en devenant LPE  Fure (Isère)–Bourbe (Rhône) orientée sud-ouest, jusqu’à Burcin où elle fait un petit crochet vers le nord pour passer au

Col de Rossatière    (FR-38-0565)

et  revenir vers le sud en contournant la réserve naturelle de l’étang du Grand Lemps et rejoindre la Colline de Parménie puis le Massif de Chambarand au

Col de Parménie       (FR-38-0576)

et traverser le massif en passant par les cols suivants

Col de Chatain (FR-38-0683)

Col Lachard (FR-38-0695)

Col de la Croix de Toutes Aures (FR-38-0628a)

Col de la Feta de Chambarand (FR-38-0685a)

 Au-delà des Chambarands – entre l’Herbasse (Isère) et la Galaure (Rhône) la LPE passe au

Col de la Pierrotte (FR-26-0385)

avant de rejoindre le Rhône, dans le vignoble, à Crozes-Hermitage.

3 – Limites du bassin de l’Isère avec les bassins de la Durance et de  la Drôme

La limite sud du bassin de l’Isère correspond aux LPE entre l’Isère et  la Durance et la Drôme.

Le Mont Thabor  est le tripoint Pô-Isère-Durance. Jusqu’au rattachement de la Savoie à la France en 1860, entre le Mont-Thabor et le col du Galibier, la LPE Isère-Durance était la frontière entre le Royaume de Piémont et la France, c’est aujourd’hui la limite entre les départements de Savoie et des Hautes-Alpes.

Elle s’abaisse une première fois pour passer entre le Col des Rochilles   (FR-73-2496), et le  Seuil des Rochilles (FR-05-2459), cols cyclomuletiers bien connus des CTG qui mettent en communication la vallée de la Valloirette (et la route du Galibier au niveau de Plan-Lachat) avec celle de la Clarée, puis passe par la Pointe des Cerces (3907 m)  et le Grand Galibier (3228 m) avant de redescendre au

Le Col du Lautaret

Col du Galibier (FR-05-2642a) qui met en relation la Maurienne (vallée de la Valloirette) avec les Alpes du sud. La LPE continue de s’abaisser jusqu’au

Col du Lautaret (FR-05-2057) qui est un des points de passage entre les Alpes du Nord (Bourg d’Oisans, vallée de la Romanche) et les Alpes du Sud (Briançon, vallée de la Guisane affluent de la Durance).

Au-delà du Lautaret, la LPE va traverser le Massif des Ecrins en passant notamment par la Pointe de l’Etendard (2981 m), la Barre des Ecrins (4102 m), le Mont Pelvoux (3946 m), l’Ailefroide (3954 m).

 

La LPE poursuit vers le sud puis s’oriente à l’ouest après les sources du Drac.

La LPE orientée Est-Ouest passe par plusieurs cols mettant en communication le Champsaur (Vallée du Drac) et la région de Gap :

Col de Moissière (FR-05-1573) et Collet d’Ancelle (FR-05-1425) qui mettent en relation  Ancelle (Torrent de Rivaou et Torrent d’Ancelle, sous-affluent et affluent du Drac) avec Chorges et la Batie-Neuve (torrents affluents de la Durance vers le lac de Serre-Ponçon),

Col de Manse (FR-05-1268) bien connu des automobilistes voulant éviter le Col Bayard et la traversée de Gap,

 Col Bayard (FR-05-1248) traversé par la N85 (Route Napoléon), axe de circulation nord-sud Grenoble-Sisteron par la Mure,

Col de Gleize (FR-05-1696) desservi à partir du Col Bayard par une route pastorale (qui semble suivre un tracé proche de la LPE). C’est le seul versant revêtu.

La LPE s’oriente ensuite au nord vers le Pic de Gleize (2159 m) et le Bec de l’Aigle (2328 m). A noter que le Col du Noyer (FR-05-1664) n’est pas sur la LPE. Il est situé au nord du Bec de l’Aigle d’où la  LPE se poursuit vers l’ouest par le Pic de Bure (2790 m) avant de s’abaisser au

Col du Festre (FR-05-1441a) qui met en relation le Dévoluy avec la Ribière (affluent de la Souloise puis du Drac) et Veynes versant Durance avec le Torrent de Mouche Chat (sous affluent du Petit Buech)

Après le Grand Ferrand (2759 m) elle abaisse à nouveau au

Col de la Croix Haute (FR-26-1176) situé sur l’axe nord-sud Grenoble-Sisteron, il met en relation la dépression du Trièves au Nord avec la vallée du Buech (affluent de la Durance). Il est également considéré comme un des passages entre les Alpes du Nord et les Alpes du Sud.

Peu à l’ouest du col, le Jocou (2051 m) est le tripoint Isère-Durance–Drôme.

La LPE Isère-Drôme passe ensuite au Col de Menée accessible par un sentier (1457 m, S2). La route passe en dessous au

Col de Menée (Tunnel) (FR-26-1402b) qui met en relation le Trièves et le Diois.

La LPE se poursuit vers le nord-ouest en suivant la crête sud du Vercors et en passant par le Col du Rousset, (sentier (S2(E), S(O), 1367 m). La route passe au

Col de Rousset (Tunnel) (FR-26-1254) qui met en relation la vallée de la Vernaison (région de la Chapelle en Vercors) ( la Vernaison rejoint l’Isère par les Grands Goulets) avec, au sud Die et le Diois.

La LPE traverse ensuite la Montagne d’Ambel (1492 m) avant de rejoindre le

Col de la Bataille (FR-26-1313)  qui met en relation l’ouest du Vercors (Vallée de la Lyonne et forêt de Lente) avec la vallée de l’Omblèze (affluent de la Gervanne puis de la Drôme) ;

La LPE « entoure » ensuite la région de Léoncel (d’où part la Rivière de Léoncel affluent de la Lyonne) que les 3 cols suivants font communiquer avec la vallée du Rhône.

Col de Bacchus (FR-26-0980a) par la vallée de la Gervanne

Col des Limouches   (FR-26-1086) par la vallée de la Véore

Col de Tourniol (FR-26-1145) par la vallée de l’Eygalar

Après le Col de Bacchus la LPE Isère-Drôme devient LPE Isère-Véore et après le Col des Limouches, LPE Isère-Eygalar.

La Véore se jette dans le Rhône au sud de Portes les Valence et l’Eygalar à Bourg les Valence.

La LPE Isère-Drôme, Véore, Eygalar  se termine au nord de Bourg les Valence où elle rejoint le Rhône.

 

Cols remarquables sur les LPE  Isère–affluents de l’Isère et entre affluents de l’Isère

De nombreux cols sont situés à l’intérieur du bassin de l’Isère. On se bornera à citer ceux d’une altitude supérieure à 1900 m

Beaufortain

Cormet de Roselend  (FR-73-1968), il met en relation  Bourg Saint Maurice dans la vallée de l’Isère par la Vallée des Chapieux, au Lac de Roseland et la vallée du Doron vers Beaufort.

Entre  Tarentaise (Isère) et Maurienne (Arc) – Massif de la Vanoise

Col de l’Iseran (FR-73-2764) qui met en relation la vallée de l’Isère  (Val d’Isère)  au nord et celle de son affluent l’Arc (Lanslebourg) au sud. C’est le plus haut col routier de France, des Alpes et d’Europe.

En aval le Col de la Madeleine (FR-73-1993) relie La Léchère (par la vallée du Torrent d’Eau Douce) au nord à La Chambre (vallée du Bugeon).

Dans le même massif  le  Col de la Loze (FR-73-2274), revêtu durant l’été 2019,  est une liaison entre Courchevel et Méribel, situés sur des affluents de l’Isère. Les 7 derniers kilomètres sont réservés aux cyclistes.
Selon certaines informations, il existerait un projet de prolonger cette route revêtue vers Val Thorens, peut-être par le Pas de Cherferie (FR-73-2129a).

Secteur Galibier – Grandes Rousses – Oisans

Collet du Plan Nicolas (FR-73-2406). Il est situé sur la route du Galibier, et sépare les eaux de torrents affluents de la Valloirette.

Col de la Croix de Fer (FR-73-2064a), à l’est, puis au nord la vallée de l’Arvan (affluent de l’Arc) vers Saint Jean de Maurienne ; à l’ouest, puis au sud celle de l’Eau d’Olle (et le lac de barrage de Grandmaisonaffluent de la Romanche (à Rochetaillée) puis de l’Isère.

Col du Glandon  (FR-73-1924), proche du Col de la Croix de Fer, au nord la vallée du Glandon vers La Chambre, au sud la vallée de l’Eau D’Olle.

Col du Sabot (FR-38-2100b), Il est accessible par une route revêtue au sud, depuis la vallée de l’Eau d’Olle, depuis Vaujany. Au nord, un sentier permet de rejoindre le lac de Grandmaison.

Col de Sarenne (FR-38-1999) Il met en relation la vallée de la Sarenne et l’Alpe d’Huez avec la vallée du Ferrand (Clavans, Besse).  Un article récent , sur ce site, lui a été consacré.

Col du Poutran (FR-38-1996b). Il est situé immédiatement au nord de l’Alpe d’Huez, au-delà, une piste part vers le lac Blanc. Un torrent affluent du Roubier puis de l’Eau d’Olle au niveau du lac du Verney prend sa source au nord du col.

Share

1 Commentaire

  1. Je viens d’apprendre plein de choses ! Merci Gérard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)