Week End en Beaufortain

Il y avait beaucoup d’activités en ce dernier week end de Juin… L’Ubaye et son parcours difficile pour 22 participants, le Tour du Grand Serre pour 6 ne disposant pas d’un long week end et le Beaufortain où 16 CTG (dont 6 féminines) ont parcouru les plus beaux cols de cette région bien agréable.

Pour le Samedi, Le départ de la base de Marcot assure un parking sécurisé dans un cadre enchanteur, et permet de côtoyer la petite route qui longe le Doron jusqu’à Beaufort. A la sortie du village célèbre pour son délicieux fromage, le petit parcours monte directement vers les Curtillets tandis que le grand va traverser le défilé d’Entreroches pour monter vers le Cernix. Superbe petite route en lacets, pas difficile, qui culmine à 1100m avec le joli nom de « versant du soleil ».

Bien nommé ce jour là…

Dans la montée, on aperçois le grand glissement de terrain qui à coupé la D925 du coté du Bersend en 2018. La montagne est souvent instable…

 

 

 

 

 

Après une descente bien aérienne, le début de la longue ascension du col du Joly commence par un arrêt crevaison de Lauren.  Bien sûr, Francis prend en charge l’opération et tout se passe pas trop mal jusqu’au gonflage. Notre ami sort alors un instrument moderne appelé gonfleur. C’est vrai que ça gonfle bien, mais pas évident à enlever de la valve sans …dégonfler.      Il se résigne alors à prendre une pompe classique sous les commentaires narquois des amis restés pour participer au dépannage.

Le village d’ Hauteluce est magnifique, lorsque l’on le traverse mais aussi lorsque l’on le contemple par le dessous.  Malgré quelques regroupements, les 10 derniers kilomètres étirent le groupe.  l’arrivée au col est vraiment superbe avec la vue sur le Mont Blanc et tous les sommets qui l’entoure.  Le bar est le bienvenu.

Dans la descente, on prends la petite route de Lécheru avec de l’herbe au milieu. A faire plutôt en descente..

 

 

 

 

 

 

On retrouve l’hôtel réservé, sympathique, à Arêches. Un autre groupe cycliste est présent. La catégorie au dessus de celle du CTG… Véhicules d’assistance, mécanos pour le lavage avec entretien complet des vélos tout carbone. L’ équipement est à la hauteur : compresseur, karcher, outillage dernier cri.  Bien sympa ce groupe de Suisses, mais heureusement que c’était 2 jours avant le match qu’ils ont gagné. Cela nous a sans doute évité quelques remarques ironiques.

Pour cette journée de Dimanche ,   et afin de ne pas se mesurer aux pourcentages du Col du Pré sans échauffement, on à opté pour la descente sur Beaufort et faire l’ascension du Cormet de Roselend. 20 km et 1200m sont au programme. Paysage superbe à partir du Col de Méraillet avec le célèbre passage devant la chapelle de Roselend.

 

 

 

 

 

Regroupement au sommet à l’exception de Bernard D., pas encore complétement rétabli de ses soucis de santé. En nous attendant, il fera une belle pose au refuge du plan de la Lai…   Retour vers le Barrage pour faire la dernière ascension, le Col du Pré par son versant plus facile…

Au village remarquable de Boudin dont les chalets sont nichés sur les pentes abruptes, les habitants s’occupent à faire les foins avec les outils adaptés : fourches, rateaux, etc…

 

 

 

 

Belle randonnée réussie, c’est le sentiment de tous les participants, parmi lesquels se trouvait Cathy, Annie et Alain qui faisaient leur premier week end CTG !!

 

Photos D.Cattin et H.Perez

Share

3 Commentaires

    • Alain Berger sur 03/07/2021 à 17:38
    • Répondre

    À ce compte-rendu fourni, j’ajouterai une note sur l’ambiance des routes empruntées : si je devais qualifier le Beaufortain par ce que nous avons vécu lors de ce week-end, je dirais : « Terre des Tarines, des cyclistes, mais aussi des bikers et des gros moteurs ».
    Dès le samedi nous avons côtoyé toutes sortes de sonorités alimentées par des 2 cylindres, 4 cylindres, etc… certainement jusqu’à 12 cylindres) habillés par des styles choppers, trails, routières, pour ce qui est des motocyclettes, mais aussi montés sur de belles carrosseries ondoyantes roulant souvent en escadrilles, pour mieux se montrer. Mais après tout, les amateurs de voiture de sport ont le droit aussi de rouler en club !
    Ainsi j’ai pu repérer plusieurs bandes : celle des Porsches dernier cri, des Lotus ravageuses, et aussi des Mini Cooper S revendicatives. Il y avaient aussi quelques solitaires. Ainsi cette Audi TT jaune-orange croisée à plusieurs reprises lors de ces 2 jours, à tel point que quelqu’un l’a narquoisement attribuée à La Poste … !
    Mais dans notre groupe personne n’a manqué de voir passer moult fois un autre gros moteur, solitaire également, tantôt nous dépassant à allure décidée, tantôt nous croisant en descente, puis nous repassant en silence et sans ciller, juché sur son petit bolide survitaminé en ptit âne (à moins que ce ne soit en titane, au choix…). La première fois, j’ignorais que cette taille-de-guêpe montée sur vélo fût de notre groupe, et je ne pensais pas la revoir. Mais tout au long de la montée, les vaches Tarines placides et confortablement assises pour chiquer leur rouleau d’herbe, ne semblaient pas plus surprises que ça, et paraissaient me dire : « Comment, tu ne connais pas Nicole ? ».

    1. Merci Alain pour ce commentaire pertinent et judicieux . Au CTG nous avons aussi une Pogacar…

    • isabelle gunié sur 01/07/2021 à 23:34
    • Répondre

    Joli récit! Cependant, l’histoire ne dit pas si vous avez ramené du reblochon, du beaufort ou du boudin dans vos sacoches.
    Les amis, pendant que nous avalions du dénivelé dans les Hautes-Alpes, vous ne vous êtes pas laissé abattre non plus! Vous avez vu le mont-Blanc, nous n’avons pas vu Nice, mais sommes montés nous percher sur la plus Haute route d’Europe. Tout comme vous, nous avons fait étape en altitude, où il fait bon dormir.
    Les cols savoyards sont magnifiques, ceux des Hautes-Alpes également et paraissent plus sauvages.
    Avez-vous vu des marmottes? En Ubaye, des panneaux avertissent motards, automobilistes et cyclistes de leurs présences éventuelles sur les routes que nous avons emprunté pour les cols de la Cayolle et de la Bonette. Personnellement, j ‘en ai aperçu deux, presque au sommet du col de la Bonette.

    Que de cyclistes Heureux en Savoie et en Ubaye ce dernier week-end de juin!
    Ravie de vous revoir, en photos certes, mais avant de mieux vous retrouver très bientôt j’espère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)