un jeudi au grand air …

Ca c’est passé un jeudi, le jeudi 18 mars exactement , dans l’ouest Grenoblois ….et  vous est raconté par Annie LAPIERRE et Alain BERGER, nos nouveaux amis CTG .

Annie et Alain, nos nouveaux amis

Jeudi 13h, Annie et moi avons rendez-vous à l’Hôpital Sud. Non pour une visite impromptue dans le service des urgences, ni à la maternité, mais pour nous exposer l’après-midi durant sur nos bécanes aux 5° Celsius maxi promis par Météo-France … heureusement que Danie a cru bon de préciser sur le topo : « parcours ralongeable ou raccourci selon la météo » !

Sur l’Open-runner n°12698051 le parcours dessine une forme de papillon. Nous voilà donc partis, papillonnant ainsi une première fois en direction du Sud, pour aller rejoindre une contre-digue jusqu’alors inconnue de nous deux : la « rue du Rochefort », qui nous amène au Pont Rouge. Je parle là du vrai Pont Rouge, celui de Lesdiguière (édifié en 1610, nous dit la pancarte), celui en forme de chapeau de gendarme qu’il nous a fallu gravir effrontément. Belle côte tout de même, la première de la journée. Mais là, surprise : le revêtement se veut conforme aux origines : des gros pavés ! Ça commence bien : à défaut de s’essayer à un Paris-Roubaix, nous vlà embarqués sur un Paris-Pont de Claix !  Heureusement le « secteur » est court, et nous le remplaçons par la belle nouvelle piste bien roulante du Drac nous amenant à Comboire puis à la passerelle du Rondeau.

Mais là, tout se dégrade !  Hervé nous rejoint sur son destrier de guerre (pas le Peugeot civilisé, l’autre, celui à tenue de camouflage) et prend les commandes … Aïe aïe aïe !  . je regarde Jules, et m’aperçois qu’il a enfilé ses chaussettes porte-flingues. Hou-là me dis-je, ils ont des intentions !

 

Là, tout va très vite. Hervé nous amène résolument vers le Nord, je panique, ce n’est pas l’OR n° 12698051, où il va, bordel ?  A un moment je me dis que vu le temps menaçant et la température martienne, Hervé nous amène chez lui pour un apéro …

Mais hélas, que nenni !  En guise de mise en bouche il prend à gauche pour aborder la montée de Saint Nizier. Naïf que j’étais. Les plans donc se dévoilent brutalement. Brutalement vous dis-je, là, juste devant moi. Petit braquet donc, mais pas assez petit, je n’ai pas mieux en magasin. Les collègues devant moi diminuent inéluctablement en taille, j’ai dû inverser le sens des jumelles, ah non je n’ai pas de jumelles.

Pour me donner des forces, je me dis que Jacques est passé là il n’y a pas si longtemps… Je baisse la tête, non pas pour faire « coureur », mais pour ne pas voir l’étendue de mon problème. Pendant ce temps, Isabelle caracole gentiment et papillonne allègrement sur les pentes alpines, telle un chien de berger en estives. Bernard monte sereinement avec un vélo ante-diluvien, tout cassé du dérailleur. Comment il fait ? Il porte bien son nom : placide devant l’adversité comme un Saint Bernard devant les congères menaçantes. Hervé quant-à lui revient de nulle-part derrière moi, comme dans un rêve ou bien un délire très mince, me rattrape, m’encourage. Il m’amène jusqu’à Annie puis jusqu’à la fin de la montée. J’y crois à peine. Bon, une de passée, mais ça n’est que la première.

La suite ? Je pourrais vous la raconter et vous susurrer quelques pourcentages de pentes de derrière les fagots, à gravir et à descendre ; mais je vais éviter par égard pour les personnes sensibles. Tout ce que je peux dire, c’est que nous avons survécu, car au retour nous ne sommes pas passés par la case « Hôpital Sud » !

un parcours de santé à vélo, en faisant le circuit hôpital …clinique ?

 

aux portes de Grenoble, des chèvres débroussaillent

Share

1 Commentaire

    • Jacques WALD sur 22/03/2021 à 11:26
    • Répondre

    Encore une belle découverte sur ce balcon nous menant à Saint-Paul de Varces. Sans oublier la « culture » avec le musée des outils. . . . Inoubliable.
    Et effectivement le vent du nord était parfois chargé de petits grains blancs et le retour s’est globalement plutôt déroulé « le vent dans le nez ».
    Merci Jules pour cette plaisante aération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)