Sortie car du dimanche 17 octobre – Les balcons du lac d’Annecy ou les CTG en « colo »

Pour une première (sortie car), qui allait se trouver également de facto en être la dernière (de l’année), ce sont 37 CTG après le forfait de dernière minute de Cathy, qui se sont retrouvés au petit matin (plutôt frais) au départ de cette sortie en autocar destination la Haute Savoie.

Excités comme des enfants partant en colonie de vacances, il fallut d’abord installer les vélos sur la remorque. Encore une fois, la science de Fernand, Daniel et consorts et ce, malgré une luminosité précaire, permit au car de s’ébrouer à l’heure prévue. L’heure précoce, le chauffage ou l’environnement ouaté du brouillard extérieur qui nous accompagnait, n’incitèrent pas finalement les CTG à pousser la fameuse chansonnette de Pierre Perret sur les joyeuses colonies de vacances.

Au départ, tous habillés chaudement !

A peine le temps d’entrevoir Morphée, le parking du Collège René Long d’Alby-sur-Chéran était déjà là pour servir de top départ à 3 groupes :

– les costauds, au nombre de 4 qui allaient s’affranchir de Semnoz, du seuil des 110 km et 2 200 m de dénivelé,

– les sereins, majoritaires, dont l’histoire n’en retiendra finalement pas le décompte exact, qui se contenteront du Col des Leschaux via un superbe vallon des Bauges au détour de Bellecombe-en-Bauges (la bien nommée) et,

– les « cools »,qui prendront leur temps pour finalement accompagner notre grand blessé (à un genou) du jour et gardien du temps, Fernand.

Pour la très grande majorité, c’est une fraîcheur (pas du tout relative) à l’ombre du Semnoz, qui marquera ce début de journée. Le passage du pont de l’Abîme et son tirant d’air de 96 mètres surplombant le Chéran n’aura que très modérément échauffé les corps. Il fallut plutôt sortir de la vallée par moments très encaissée et aborder la montée du Col des Lescheaux pour enfin pouvoir sentir les effets des rayons d’un soleil automnal pourtant bien présent en ce dimanche de la mi-octobre.

Passé ce col plutôt en plateau et un regroupement général, c’est un splendide point de vue sur le lac d’Annecy qui allait s’offrir aux yeux. Ensuite, il ne fallait surtout pas se laisser griser, n’est-ce pas Paul (cela va finir par te coûter très cher en cafés) ? par cette très belle descente avec une piégeuse bifurcation à droite pour rejoindre une  route en balcon menant à Saint Eustache avec une vue à 180° sur le lac d’Annecy.

L’heure du pique nique approchant, le reste de la descente fut avalée à vive allure en vue de rejoindre une voie cyclable qui aller nous mener à l’église de Duingt (perle du lac, dit le slogan) sur la rive du lac et lieu de stationnement de notre car.

 

 

 

 

Face à Talloires, quasi au pied du château de Châteauvieux, et « sous le regard » du massif de La Tournette,…. il y avait beaucoup plus désagréable comme havre pour se restaurer, me direz-vous !

 

 

Pause café ?

L’heure tournant, après avoir abandonné l’équipe des « cools » à leur triste sort (un café au soleil ?), il fallait reprendre cette voie cyclable reprenant les vestiges de l’ancienne voie ferrée avec le tunnel de Duingt et une ancienne gare proche de Doussart. Il s’agissait de l’ancien chemin de faire faisant le trajet Annecy-Albertville.

Ceci nous permit de rejoindre, tout en digérant tranquillement, la base de l’ascension du col de l’Epine par Saint Ferréol, Saint Ferréol et son vide-grenier du dimanche 17 octobre.

C’est façon puzzle que le groupe s’est dispersé tout au long de l’ascension, une montée bien fréquentée par les automobiles en ce dimanche ensoleillé, des rassemblements d’Alpine, d’Audi, d’apprentis Sébastien Loeb confondant bruits et performances….

Arrivés à Serraval, il fallut admettre la mort dans l’âme, que notre ascension du col de l’Epine s’arrêterait là du fait d’une route coupée interdite aux vélos.

Il en fallait plus pour nous arrêter… . Nous aurons notre col et décision fut prise de réaliser un A/R jusqu’au col des Marais, certes limité à 843 mètres contre 987 pour celui de l’Epine.

Non sans avoir failli perdre notre ami Bernard M qui dans la montée avait tenté malgré tout de rester droit dans ses cale-pieds faisant fi des indications données par les Ponts et chaussées, un comble pour un adepte du vélo couché……

Le retour sur Saint Férréol et Marlens, point d’arrivée au pied du col de l’Epine fut anecdotique et nous aura permis de retrouver le car piloté par Arnaud (merci à lui)  et heureusement Bernard M à l’heure convenue (16h.). Il n’était que temps de recharger la remorque et retrouver les berges de l’Isère à Albertville pour un retour au bercail. Si mes informations sont correctes, le groupe majoritaire aura réalisé un peu plus de 85 km et un dénivelé de près de 1300 m.

diaporama : photos de Jean-Paul

 

Share

2 Commentaires

    • Albert Costa sur 19/10/2021 à 13:47
    • Répondre

    Encore un très bon compte-rendu ! Merci Jacques! Juste une petite correction de date, dimanche nous étions le 17 octobre… Amicalement, Albert.

    • Alain berger sur 18/10/2021 à 19:28
    • Répondre

    Merci Jacques de cette narration précise et illustrée. Le groupe « cool », quant-à lui a écouté les conseils avisés de Daniel, et a commencé l’après-midi par un café en terrasse au « Bon Wagon ». Nos GPS ont dû pendant ce temps-là profiter de notre inattention pour se commander une petite gnôle, car le résultat n’a pas tardé ensuite à se faire sentir sur les petites routes de coteaux, quand il a fallu parlementer 5 minutes à chaque carrefour pour les mettre d’accord l’un l’autre !
    Puis une fois calés sur la voie verte, une brindille s’est attaquée férocement au dérailleur de Jacques, histoire de le retarder suffisamment, pour qu’ensuite nous soyons amenés à shunter la dernière boucle de village.
    Arrivée en fin de compte au car à 15h55. Bien sage le groupe: il a écouté Daniel pour le début de l’après-midi, et Fernand pour l’heure de remisage des vélos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)