Randonnée en Savoie en cette veille de Fête des Mères

Cette randonnée dénommée Entrelacs aurait également pu s’appeler Entre Savoie. Nous avons effectivement suivi à partir du col du Goleron (1ère mise en bouche de la journée) la ligne de démarcation entre Savoie et Haute Savoie,

sans jamais toujours y voir une différence. beaucoup moins perceptible il est vrai qu’entre Couture et Haute Couture, n’en déplaise aux purs savoyards.

 

Quoiqu’il en soit, la grisaille surprenante du matin se sera vite dissipée au fur et à mesure que les cols se sont enchaînés comme des montagnes russes. Il en est allé de même avec les groupes « protocole COVID » qui  malgré un écart de 15 minutes au départ se sont finalement retrouvés à l’approche  du col de Cessens.

Comme disait l’autre : les petites difficultés favorisent les gestes barrière et confirment qu’un groupe se détermine à partir d’une unité.

Les premières chaleurs et les premiers à coups auront donc dispersé les 2 douzaines de CTG lors de l’ascension du Col de Cessens , précipitant une appréciable pause piquenique dans les  jardins de la mairie de Cessens

juste avant les superbes lacets qui auraient mérité une photo aérienne des glorieuses et glorieux CTG. A quand le drone suiveur ?

Au sommet, les plus courageux auront cherché une première vue du lac du Bourget sur les traces de Lamartine (?)…..

Au final,

l’atteinte du col du Sapenay fut anecdotique:

 

 

 

mais elle aura permis au groupe de se préparer à la magnifique vue du Grand Colombier, de la vallée du Rhône et du canal de Savier menant au lac du Bourget. Emerveillés par la vue et concentrés sur la descente sur Chindrieux,

 

 

 

 

Il ne restait plus qu’à réaliser un dernier briefing pour une nouvelle distribution des groupes. Un premier ne souhaitant pas se refroidir avant l’ascension du col de la Chambotte

, un second souhaitant prendre un remontant avant cette dernière difficulté

et un troisième (?) souhaitant zapper ce dernier col,

 

 

 

 

votre serviteur poussant le « vice » jusqu’à tirer jusqu’au belvédère. Et son toit-terrasse.

 

 

 

 

 

 

 

 

Après un dernier regroupement, la troupe s’est élancée sur la face orientale du Mont du Corsuet pour rejoindre le vallon jusqu’à Grésy-sur-Aix sans même un regard sur le château de Longefan à La Biolle.

Ce fût une très agréable sortie et je ne peux m’empêcher de citer Lamartine :

Oh temps! suspends ton vol, et vous, heures propices ! Suspendez votre cours : – Laissez nous savourer les rapides délices – Des plus beaux de nos jours !

 

Share

2 Commentaires

  1. Bravol les CTG, pour cette belle balade, en Savoie et Haute Savoie ! On revit!!!!
    Claude ROCHE , Cyclos CHAMBERIENS.

  2. J’ai manqué une bien belle sortie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)