Les lignes de partage des Eaux « Inter-fleuve » des Alpes françaises

en collaboration avec Christian Jeandey                   

  LPE Rhône – Var, Loup, Siagne, Argens, Arc, Touloubre
  LPE Var – Roya, Paillon
  LPE Paillon – Roya et LPE Careï – Roya

Diaporama (quelques photos et schémas illustrant cet article)

Du Mont Dolent au Mont Saccarel, la frontière franco – italienne est définie par la ligne de partage des eaux Méditerranée occidentale – Adriatique ; le traité de Paris de 1947 a toutefois repoussé la frontière au-delà de la LPE versant italien annexant à la France plusieurs territoires (dont le plateau du Mt Cenis, la Vallée Etroite, le Mont Chaberton).

La LPE Méditerranée occidentale – Adriatique sépare à l’est le bassin du Pô, de ceux – à l’ouest du Rhône, du Var et de la Roya. Une description détaillée de cette ligne de partage « Inter-mer » est disponible dans un  article précédent.

L’objectif du présent article est de s’intéresser aux LPE « Inter-fleuve » des Alpes françaises, c’est-à-dire :

  • entre d’une part le Rhône (ses affluents et sous affluents rive gauche) et d’autre part le Var (et ses affluents rive droite) et les fleuves côtiers le Loup, la Siagne, l’Argens, l’Arc et la Touloubre.

          et

  • entre le Var (et et ses affluents rive droite) et la Roya (et ses affluents rive droite) et également entre  le Var et le Paillon et entre le Paillon et la Roya.

Note : pour les LPE inter-fleuve, il a été choisi de citer en premier le fleuve dont les affluents rive gauche s’écoule à partir de la LPE (donc en second le fleuve dont – sauf rares exceptions – les affluents rive droite s’écoulent à partir de la LPE).

LPE Rhône – Var

Le Rocher des Trois Evêques situé entre le Col de Larche (FR-04-1991) et le Col de la Lombarde (FR-06-2350a ou IT-CN-2351) est le tripoint hydrographique Pô, Rhône, Var.

De la LPE Rhône – Var partent,

    • versant Rhône des affluents et sous-affluents de la Durance: l’Ubaye, puis son affluent le Bachelard, le Verdon, et ses sous-affluents par l’Artuby dont la Lane.
    • Versant Var: la Tinée, le Var,  la Vaïre affluent du Coulomp, l’Estéron et son affluent la Gironde

La LPE Rhône – Var démarre donc du Rocher des Trois Evêques d’où elle s’oriente vers le sud-ouest, en définissant la limite entre les départements des Alpes de Haute Provence et des Alpes Maritimes et en séparant la vallée de l’Ubaye au Nord de celle de la Tinée puis du Var au sud.

Elle passe successivement par les cols et sommets suivants :

LPE RHÔNE – VAR     du Rocher des Trois Évêques au Col des Champs

  • Col des Granges Communes (FR-04-2513), situé sur la M64 dans la descente du col de la Bonette en direction de St Etienne de Tinée,
  • Col de la Bonette (FR-04-2715) et la Cime de la Bonette à 2802 m où passe la plus haute route goudronnée de France,
  • Tête de la Clape (2790 m),
  • Col de la Moutière (FR-04-2444) au pied de l’autre versant de la cime, c’est un autre passage entre l’Ubaye et la Tinée. Le versant sud-est depuis St Delmas le Selvage et la vallée de la Tinée est goudronné. Au nord, la piste va bifurquer, au nord vers le Faux Col de Restefond (FR-04-2639) et la route C1  (Jausiers – Bonette), à l’ouest par le vallon de la Moutière vers le refuge de Bayasse sur la route du col de la Cayolle,
  • Col de la Cayolle (FR-04-2327)  qui met en communication les vallées du Bachelard (affluent de l’Ubaye) et du Var, (le Var prend sa source à Estenc commune  d’Entraunes, au sud du col).

La LPE s’oriente ensuite vers le sud, séparant la vallée du Var de celle du Verdon (affluent de la Durance puis du Rhône) en passant par :

  • Sommet des Garrets (2822 m), la montagne de l’Avalanche (2729 m), la Grande Tour (2745 m),  la Tête de l’Encombrette (2682 m),
  • Col des Champs (FR-04-2093),  le spécialiste notera que le « Chauvot » indique deux Cols des Champs, le routier cité précédemment et indiqué sur la route par une pancarte DDE et un Col des Champs (FR-04-2040) très clairement indiqué à 2045m d’altitude sur les cartes Michelin et IGN, sur une piste en contrebas de la route. Toutefois, il s’agit d’un même passage entre les vallées du Var à l’Est et du Verdon à l’Ouest,
  • Sommet de la Fréma (2747 m) et Le  Grand Coyer (2693 m),
  • La Colle Saint-Michel (FR-04-1431). C’est un petit village d’altitude (entre les vallées du Verdon et de

    LPE RHÔNE VAR du Col des Champs au Col de Bleine

    la Vaïre affluent du Coulomp puis du Var) où l’on trouve notamment un centre de ski de fond. La LPE se poursuit vers le sud à l’ouest de la Vaïre en passant par la

  • Colle Basse (FR-04-1475) et le
  • Col de Toutes Aures (FR-04-1124), sur la N202 entre le lac de Castillon et la Clue de Vergons à l’ouest et la Vallée du Ravin de la Rivière affluent du Var à l’est,
  • Col de Saint-Barnabé (FR-04-1367) entre Demandolx et la Retenue de Chaudanne et Soleilhas et la vallée de l’Estéron affluent du Var,
  • Crête du Teillon (1773 m) et plus à l’est Crêtes du Pensier (1610 m),
  • Col des Lattes (FR-04-1176) entre l’Artuby à l’ouest et des affluents de l’Estéron à l’est.

La LPE traverse ensuite d’ouest en est la Montagne de Bleine (1630 m) avant de passer au

  • Col de Bleine (FR-06-1439) entre au nord-est la vallée de la Gironde (affluent de l’Estéron, donc un sous-affluent du Var) et au sud  la Lane et la vallée de l’Artuby.

A l’est du Col de Bleine dans la Montagne de Thorenc, vers le Pic de l’Aiglo (1644 m) on peut situer un tripoint hydrographique Rhône, Var, Loup :

    • Bassin du Rhône, avec la Lane affluent de l’Artuby donc un sous-affluent du Rhône par le Verdon et la Durance (au sud).
    • Bassin du Var, avec Vallon de la Combe de la Serre affluent de la Gironde (donc un sous-affluent du fleuve le Var par  l’Estéron) (au nord).
    • Bassin du Loup, avec le Peyron affluent du Loup (au sud-est).

En suivant la limite du bassin du Rhône, la LPE Rhône-Var, se prolonge  successivement par les LPE Rhône – Loup, Rhône – Siagne, Rhône – Argens,  Rhône – Arc, Rhône – Touloubre.

Note : Principaux fleuves côtiers à l’est du Rhône  (soulignés : ceux dont le bassin est contigu au bassin du Rhône )

  • La Touloubre prend sa source entre le massif de la Trévaresseet la montagne Sainte-Victoire et se jette dans l’étang de Berre à Saint-Chamas.
  • L’Arc prend sa source entre Saint-Maximin-la-Sainte-Baumeet Pourcieux à 493 mètres d’altitude, au pied du mont Aurélien (879 m) et se jette dans l’étang de Berre.
  • L’Huveaume prend sa source dans le massif de la Sainte-Baume (Nans les Pins) et se jette à Marseille. Elle traverse notamment  Roquevaire, Auriol, Aubagne, et Marseille, l’embouchure est dans la partie sud de la ville.
  • Le Gapeau prend sa source à Signes, au pied du massif de la Sainte-Baume, son embouchure est aux Salins d’Hyères.
  • La Giscle prend sa source dans la commune de Collobrièresdans les Maures et débouche au fond du golfe de Saint-Tropez.
  • L’Argens prend sa source au pied du Devençon de l’Inarden, son embouchure est à Fréjus.
  • L’Agay prend sa source dans le Massif de l’Esterel, au nord de Théoule-sur-Mer et se jette dans la mer Méditerranée, dans la rade d’Agay.
  • La Siagne d’Escragnolles (dite parfois « de St-Vallier ») prend sa source sur la commune d’Escragnolles, bien au-delà du hameau de Bail, sur les flancs sud de l’Audibergue, elle traverse Grasse ; l’embouchure est à Mandelieu.
  • Le Loup naît au nord de la montagne de l’Audiberguesur le territoire de la commune d’Andon, il se jette dans la mer Méditerranée au sud-ouest de Cagnes-sur-Mer.
  • La Cagne  prend sa source au sud-ouest du Sommet de Viériou (1395 m), dans la Montagne du Cheiron,  rejoint la Mer Méditerranée sur la commune de Cagnes-sur-Mer, à l’est de l’hippodrome de la Côte d’Azur, près du lieu-dit le Cros de Cagnes
  • Le Var

 

Bassins versants des fleuves côtiers       (schéma Chistian Jeandey)                                                              les triangles représentent les tripoints

 

LPE Rhône – Loup

Comme indiqué ci-dessus, celle ci débute dans la Montagne de Thorenc, suit l’Ubac de Bas-Thorenc et traverse la D80 entre Caille (Vallon de l’Antre affluent du Loup)  au Sud et la Ferrière au nord (Lane, sous-affluent du Rhône) au

Puis passe par le Bauroux (1644 m) à l’ouest de Caille  où elle s’oriente sud-est vers le

Puis  en direction du tripoint hydrographique Rhône, Loup, Siagne. Celui-ci est situé à l’ouest de la Montagne de l’Audiberge

    • Bassin du Rhône avec le Rieu Tord à l’ouest.
    • Bassin du Loup avec le Loup et le Vallon de l’Antre à l’est.
    • Bassin de la Siagne avec la Siagne de Pare (ou un affluent) au sud.

 

Concernant le Rhône la LPE se poursuit par la

LPE Rhône – Siagne

Immédiatement après le tripoint elle franchit la route Napoléon (N85) au

  • Col de Val Ferrière (FR-06-1169) où elle s’oriente à l’ouest vers la montagne de Lachens (1714 m), passe au
  • Col du Lachens (FR-83-1628)

où elle s’oriente à l’ouest vers les Ruines d’Esclapon puis au sud vers la Montagne du Malay  entre les affluents de l’Artuby et ceux de la Siagnole et le

  • Col de la Glacière (FR-83-1069b) (piste R1, interdite, camp militaire) sur le plateau de Canjuers.

Le Miéraure (1197 m) semble être le tripoint hydrographique Rhône, Siagne, Argens

    • Bassin du Rhône avec le Vallon de Léruy affluent de la Bruyère puis de l’Artuby.
    • Bassin de la Siagne avec plusieurs sous-affluents.
    • Bassin de l’ Argens avec des affluents du Riou (pertes et résurgences ???).

LPE Rhône – Argens

La LPE se poursuit sur le plateau de Canjuers vers le

  • Col du Bel Homme (FR-83-0915) au nord de Bargemon,
  • Le Pierrion (1087 m), le Peygros (941 m), le Montagne de Barjaude (1174 m),

Du fait des pertes et résurgences, la position exacte de la LPE est difficile à déterminer sur le plateau, elle semble passer au nord  d’Aups au

Elle traverse ensuite vers l’ouest le plateau, passe aux environs de Montmeyan et, au sud-est de Rians on peut  localiser un tripoint hydrographique Rhône, Argens, Arc sans doute la Montagne d’Artigues (632 m) ou le Pain de Munition (612 m) (dans le bois communal de Pourrières)

    • Bassin du Rhône, avec le Ruisseau de la Plaine affluent de l’Abeou et de la Durance au nord.
    • Bassin de l’Argens, un peu au sud avec les sources de l’Argensau nord de Seillons-Source-d’Argens.
    • Bassin de l’Arc qui prend sa source, également au sud, entre Saint-Maximin-la-Sainte-Baume et Pourcieux.

LPE Rhône – Arc, Touloubre, …et  ???

Au-delà, la LPE Rhône – Arc va passer par le la Montagne des Ubacs (697 m) et le Concors (781 m) au nord de la Montagne Sainte Victoire … en passant entre ces deux sommets par le

et se  poursuivre au sud de la Durance avec une LPE Rhône – Touloubre (la Touloubre, comme l’Arc se jette dans l’Etang de Berre), en passant au nord de Venelles, par Rognes, par la Chaîne des Côtes (au sud de la Roque d’Anthéron) et le

  • Col de Sainte-Anne (FR-13-0425) (entre la Roque d’Anthéron et Lambesq)

avant de traverser la Chaîne des Alpilles et de passer au nord des Baux de Provence au

Au-delà de la Chaîne des Alpilles, on se rapproche du Rhône qui coule vers le sud et il devient très difficile – compte tenu des nombreux canaux – de définir une ligne de partage des eaux, en particulier dans la plaine de la Crau.

LPE Loup – Var et Cagne – Var

LPE LOUP – VAR et CAGNE – VAR

Après la Montagne de Thorenc, où on a situé le  tripoint hydrographique Rhône, Var, Loup, la LPE Loup – Var traverse la Montagne du Cheiron (Cime du Cheiron  1778 m).

A l’est de cette Montagne (au nord-ouest de Coursegoules) se trouve le tripoint Var-Loup- Cagne. Au-delà le bassin du Var est limité par la LPE Cagne – Var, orientée vers l’est puis vers le sud après le Mouton d’Anou (1079 m).

On peut situer le Col du Peyron (FR-06-0304), (au sud de St Jeannet) sur la LPE Cagne-Var.

La LPE se termine du côté du Cros de Cagne.

LPE Var – Roya

Le Mont Clapier situé à l’ouest du Col de Tende Ouest (FR-06-1871 et IT-CN-1871)  est le tripoint hydrographique Pô, Var, Roya.

LPE VAR – ROYA, VAR – PAILLON, PAILLON – ROYA

 

De la LPE Var – Roya partent,

      • Versant Var : des affluents de la Vésubie
      • Versant Roya: divers affluents de la Roya dont en particulier la Bevera

La LPE  Var-Roya démarre donc du Mont Clapier en direction du sud en passant par les sommets et cols suivants :

  • Mont de Grand Capelet (2938 m) et le Mont des Merveilles (2720 m) qui dominent, versant Roya, la Vallée des Merveilles,
  • Cime du Diable (2685 m),
  • Massif de l’Authion qui culmine à 2 080 m à la pointe des Trois Communes, la route du circuit de l’Authion passe par les cols et sommets suivants :
  • Baisse de Tueis (FR-06-1889),
  • Baisse de Camp d’Argent (FR-06-1737),
  • Col de Turini (FR-06-1607b), Il relie Lantosque, dans la vallée de la Vésubie, à Sospel, dans la vallée de la Bévéra,
  • Cime de Peïra Cava (1581 m),
  • Baisse de la Cabanette (FR-06-1372) (avec le Ruisseau de l’Infernet vers la Vésubie à l’ouest et le Rau de Cuous vers la Bévéra à l’est).

La Cime de Rocaillon (1444 m) est le tripoint hydrographique Var, Roya, Paillon d’où partent :

    • Bassin du Var: le Ruisseau de l’Infernet affluent de la Vésubie.
    • Bassin de la Roya: le Rau de Cuous vers la Bévéra.
    • Bassin du Paillon: le Ruisseau de Bomerei affluent du Paillon vers le sud.

 

Au-delà la LPE Var – Paillon va s’orienter à l’ouest pour passer par le

  • Col de la Porte (FR-06-1068) au pied de la Cime de Rocaillon,

Puis au sud, passer à l’est de Levens au Mont Férion (1412 m), au Mont Cima (878) et au

  • Col d’Aspremont (FR-06-0530) et le Mont Chauve d’Aspremont (853 m)

avant de rejoindre la mer à Nice.

la LPE Paillon – Roya après la Cime de Rocaillon s’oriente brièvement à l’est puis au sud en passant par plusieurs cols :

La LPE Paillon – Roya passe ensuite au Mont Ours (1239 m),

Le Mont Ours est le tripoint Paillon, Roya,  Careï.

Au sud du Mont-Ours naissent plusieurs fleuves côtiers (dont le Gorbio, le Borrigo, le Careï, le Fossan) dont l’embouchure est située entre celle du Paillon à Nice et celle de la Roya à Ventimille.

Au Mont Ours la LPE Careï – Roya s’oriente vers le nord pour passer au

puis se poursuit au nord puis à l’est vers le Mont Razet (1286 m) et le Mont Mulacié (1328 m), ensuite, plein sud, elle se confond avec la frontière franco-italienne, au sud du Grand Mont (1378 m). La naissance de plusieurs petits fleuves côtiers, de part et d’autre de la ligne de crêtes rend le tracé de LPE problématique.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)