Les 22 cols routiers « plus de 2000  » des Alpes françaises

 

Ci-dessous article de décembre 2014, lien pour voir la mise à jour du 15 novembre 2019 : Cols « plus de 2000 » revêtus des Alpes et Lignes de partage des eaux

Cols Alpes plus 2000

Un bon chasseur de cols est particulièrement friand d’une espèce particulière : les cols d’une altitude supérieure à 2000 m.

Pour la France « Le Chauvot » en dénombre … 2501, dont 26 sur routes revêtues (sur au moins sur un versant), 38 cyclables, 164 accessibles avec un « poussage aisé », 175 nécessitant un poussage difficile, 4 sur route non cotées, 267  nécessitant le portage du vélo, 47 sont classés acrobatiques et enfin 1780 cols figurent dans le catalogue avec l’indice 99 signifiant qu’ils ne sont pas cotés (mais pas forcement infranchissables).

22 des 26 cols sur route revêtue d’une altitude supérieure à 2000 sont situés dans les Alpes et 4 dans les Pyrénées.

Pour les Alpes, 5 départements sont concernés par ces cols : la Savoie, l’Isère, les Hautes Alpes, les Alpes de Haute Provence et les Alpes Maritimes.   DIAPORAMA GOOGLE

Depuis 2016 (voir note ci-dessous) suite au repositionnement du Col des Gondrans on ne compte plus que 25 cols revêtus en France dont 21 dans les Alpes.

 

Département

 

 

Nom (s) 

 

Altitude  (m)        

1 73 Col de l’Iseran 2764
2 05 / IT Col Agnel 2744
3 04 / 06 Col de la Bonette 2715
4 73 / 05 Col du Galibier 2642
5 04 / 06 Col des Granges Communes
Col du Raspaillon
2513
6 04 / 06 Col de la Moutière
Col du Planton
2454
7 73 Collet du Plan Nicolas 2406
8 05 Col de Granon 2404
9 05 Col d’Izoard 2360
10 06 / IT Col de la Lombarde 2350
(11) 05 Col des Gondrans (voir note) 2347
12 04 / 06 Col de la Cayolle 2326
13 04 Col d’Allos
Col de Valgelaye
2247
14 05 Col de la Platrière 2220
15 73 / IT Col du Petit St. Bernard 2188
16 73 Col du Petit Mont Cenis 2183
17 05 Col de Vars 2108
18 38 Col du Sabot 2100
19 04 / 06 Col des Champs 2093
20 73 Col du Mont Cenis 2081
21 73 Col de la Croix de Fer 2064
22 05 Col du Lautaret 2057

 

Un seul col revêtu en Isère dépasse les 2000 mètres, le Col du Sabot (2100 m), accessible par une route revêtue par son versant sud-ouest depuis le lac du Verney et par Vaujany. Sur le versant nord, un sentier permet de rejoindre le barrage de Grand’Maison.

Quant au Col de Sarenne (1999 m), il devra, malgré la clémence des dépliants du BRO, attendre la prochaine « poussée montagneuse », pour atteindre les 2000 mètres.

Le département de Savoie compte 6 cols revêtus au dessus de 2000 m dont  2 frontaliers avec l’Italie, le Col du Petit Saint Bernard (2188 m) qui relie Bourg Saint Maurice au Val d’Aoste et le Col du Mont Cenis (2081 m) entre la Maurienne et le Val de Suze.

Du col du Mont Cenis, une route (revêtue il y a quelques années) qui tout d’abord longe la rive ouest du lac, permet d’atteindre en quelques kilomètres le refuge et le Col du Petit Mont Cenis (2183 m).

Le Col de l’Iseran (2764 m) reliant les vallées de l’Arc et de l’Isère est le plus haut col revêtu de France, des Alpes et d’Europe.

Le BRA a rendu les CTG familiers du  Col de la Croix de Fer (2064 m) (en Savoie) et du Col du Galibier (2642 m) (limitrophe entre la Savoie et les Hautes Alpes – référencé dans les  Hautes Alpes dans notre catalogue).

Côté Savoie, l’Ascension du col du Galibier le chasseur de cols ne manquera pas le Collet de Plan Nicolas (2406 m) situé à droite de la route à environ 1,5 km avant le tunnel du Galibier.

Au Col du Galibier, on passe donc de Savoie dans les Hautes Alpes, et après une descente de  7 km on arrive au Col du Lautaret (2057).

Le Col de Granon (2404 m) est accessible (par son versant revêtu) à partir de la station de Serre-Chevalier (Chantemerle, Villard-Laté). Du col, une piste permet de rejoindre la vallée de Névache par le village de Granon.

Au bas de la descente  du Lautaret, à Briançon, on attaque le Col d’Izoard (2360 m) qui permet de rejoindre le Queyras ; dans la descente à la Casse déserte on franchit le Col de Platrière (2220 m) avant de rejoindre le Queyras.

Après Briançon, au départ de la route de l’Izoard, on pourra emprunter une route militaire stratégique revêtue (interdite aux voitures) qui rejoint le fort et le Col des Gondrans (2347 m). Du col des Gondrans, une piste permet de rejoindre le Col de Montgenèvre.

Note 3/3/2018 : En 2016, les experts du Club des Cents Cols ont déplacé le col des Gondrans. Initialement, il était situé sur la route militaire, au pied du fort des Gondrans, près du départ de la piste vers le Fort du Janus (comme illustré sur les photos du diaporama). Il a été repositionné, 1,7 km à l’est, près de l’ancienne cabane des douaniers, on l’atteint par un sentier S2, il n’est donc plus considéré comme revêtu.

Du Queyras, en remontant la vallée du Guil puis celle de l’Aigue Agnelle,  ont atteint le Col Agnel (2744 m) qui permet de rejoindre le Val Varaita en Italie.

En descendant la Vallée du Guil, on rejoint Guillestre d’où part la route du Col de Vars (2108 m) qui permet de passer dans le département des Alpes de Haute Provence et la vallée de l’Ubaye.

De la vallée de l’Ubaye, trois cols (plus de 2000 m) permettent d’aller plus au sud. Le premier est situé dans les Alpes de Haute Provence, les suivants sont limitrophes de ce département avec les Alpes Maritimes.

D’ouest en est : le Col d’Allos (2247 m) permet de rejoindre la vallée du Verdon, le col de la Cayolle (2326 m) celle du Var et le Col de la Bonette (2715 m) celle de la Tinée.

Le Col des Champs (2093) permet quant à lui de joindre les vallées du Var (Saint Martin d’Entraunes)  et du Verdon (Colmars).

Ce col présente une particularité géographique : la route revêtue (D78 / D2) passe nettement au dessus du col géographique desservi par une piste.

Plusieurs cols sont situés au voisinage du col de la Bonette.

Le Col de Raspaillon (ou des Granges Communes) (2513 m) est situé dans la descente de la Bonette vers la vallée de la Tinée.

Le Col de la Moutière (2454 m) peut être atteint par la route revêtue partant de la vallée de la Tinée par Saint Dalmas le Selvage. Du col une piste permet de rejoindre la route nord de la Bonette (en passant par le Faux Col de Restefond (2639 m) situé à quelques dizaines de mètres du goudron). Une autre piste permet de descendre et de rejoindre après le refuge de la Bayasse la route qui descend du Col de la Cayolle vers Barcelonette.

Du col de la Bonette on ne manquera pas de poursuivre la route et faire le tour de la cime de la Bonette, du point le plus haut de la route de France (2802 m),  une courte marche permet d’accéder à la table d’orientation à 2860m où la vue est époustouflante.

Une intéressante description des cols cyclables est disponible sur le site du Club des 100 cols :  http://www.centcols.org/libre_service/bonette/bonette.htm

Enfin, le Col de la Lombarde  (2350 m) permet à partir d’Isola dans la vallée de la Tinée, en passant par Isola 2000, de passer des Alpes Maritimes en Italie et de descendre vers Vinadio et Cuneo.

4 cols revêtus d’altitude supérieure à 2000 m sont répertoriés dans les Pyrénées . 

Dans l’Ariège le Port de Pailhères à l’est d’ Ax-les-Thermes culmine à 2001 m.

Le col le plus connu des Pyrénées est le Col du Tourmalet (2115 m) dans les Hautes Pyrénées entre Sainte Marie de Campan – La Mongie à l’est et Barèges – Luz Saint Sauveur à l’ouest.

Dans le même département, une route part  de Gavarnie, pour atteindre le Col de Tentes (2208 m) et le Port de Boucharo (ou Port de Gavarnie) (2270 m). A noter que l’accès à ce dernier en vélo est interdit du fait de sa situation dans le parc national des Pyrénées.

 

Cet article a été mis à jour fin 2019, pour lire la version mise à jour :
Cols « plus de 2000 » goudronnés des Alpes et Lignes de partage des eaux

 

Share

12 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

    • Somon Thierry sur 02/08/2020 à 00:18

    Bonjour, dans les Pyrénées pas loin du cirque de Gavarnie et du col des Tentes il y a une route bitumée en bon état qui monte au cirque de Troumouse (2101 mètres d’altitude). 2 km après Gèdres il faut prendre sur la gauche. Ce n’est pas un col au sens propre et on ne peut pas aller plus loin sauf peut-être en VTT sur des chemins de randonnée.
    Amitiés
    Thierry

    • Xavier Boulangé sur 31/03/2020 à 11:21

    Bonjour.

    Mon commentaire n’a rien a voir avec les différents cols, mais avec les termes employés.
    Vous parlez de routes goudronnées …!!! Il y a bien longtemps qu’il n’y a plus de routes  » dites goudronnées « .
    Les routes sont bitumées. Le goudron provient de la houille ou charbon et le bitume est un dérivé du pétrole. On n’utilise plus de goudron depuis la deuxième partie du 20 ème siècle. Les citernes appelées vulgairement goudronneuses sont des épandeuses à émulsion de bitume ( 65% de bitume, 5% d’émulsifiant et 30% d’eau ). Le matériau appelé enrobé est en fait un béton bitumineux, le béton hydraulique étant le béton à base de ciment.
    Bonne journée.
    Amicalement
    Xavier du club cyclo de VERBERIE ( 60410 )

    1. Merci pour cette mise au point.
      Je vais rectifier mes textes en conséquence.

    • Roman Bernard sur 27/03/2020 à 07:34

    C’est fou qu’il n’y ait aucun 2000 en Haute-Savoie, le département du Mont Blanc !

    1. Il n’y a pas de col goudronné à plus de 2000 en Haute Savoie, le seul passage vers l’Italie … c’est le tunnel du Mont Blanc. Vers la Suisse, c’est le Col des Montets (FR-74-1461).
      Le plus haut col goudronné est le Col de la Pierre Carrée (FR-74-1843) en montant à la station de Flaine.
      Il n’y a pas non plus de col à plus de 2000 coté R1 (cyclable) et seulement 5 cols cotés R2.

    • Désiré sur 03/11/2019 à 18:58

    Bonjour,
    Il y a maintenant le col de la Loze dans les Alpes et dans les Pyrénées il y a le col du Portet qui est goudroné. Par contre je vois pas l’utilité de garder le Port de Boucharo il n’a plus rien de  » Routier  » .

    1. Bonne remarque pour le Col de la Loze et le Col du Portet.
      Vous m’avez pris de vitesse car j’ai prévu … prochainement … une mise à jour de l’article.
      Quant au Port de Gavarnie / Boucharo, il est toujours coté comme routier dans le catalogue du Club des 100 cols – « Dura lex, sed lex ».

  1. Je like!

    • Huet sur 03/12/2016 à 23:04

    Ne manque t-il pas le port d’en aliba dans les Pyrénées?

    Et puis dans les alpes, tu pourrais ajouter le col du Parpaillon qui est une route départementale : d39T. 😉

    Éric huet

    1. Le col du Parpaillon est un col de légende dans les Alpes mais n’est pas goudronné … même s’il est en été ouvert à la circulation automobile. L’article traite des cols goudronnées même si le terme « routiers » du titre peut prêter à confusion.
      Pour plus de détails sur ce col se reporter par exemple à l’article de René Poty sur le site du Club des 100 cols.

      Quant « port d’en aliba dans les Pyrénées », sans doute s’agit-il du Port d’Envalira (AD-EN-2408). Celui ci est situé en Andorre.

  2. Précision, concision, informations : tout y est.
    Du beau boulot !
    Y’a pu qu’à… se préparer pour 2015. Ca peut faire un beau programme pour un futur retraité.

    Passez de bonnes fêtes.
    Amitiés

    Francis

  3. Merci Gérard pour ce très beau reportage. Pour ma part , j’ai encore du travail pour franchir toute ta liste. Mais la vie commence à 60 ans, donc croisons les doigts.
    Bonne fin d’année, à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)