Un quarteron de cyclos – Sortie du jeudi 6 mai 2021

Ce jeudi 6 mai, comme dirait un certain Général qui a beaucoup occupé les actualités télévisées de notre jeunesse, un quarteron de généreux à la retraite s’est retrouvé pour faire campagne.

Non pas pour se livrer à un coup d’état, mais plutôt pour s’exercer au coup de pédale au grand air et sans limite géographique. « Généreux » car il fallait affronter le risque de pluie, Madame … La générosité étant ici capable de se présenter devant un risque de pluie, alors même que l’héroïsme affronte une tempête. Il ne faut tout de même pas confondre !

Mais pour le coup certains se sont montrés plus généreux que d’autres. Car enfin il faut le dire, ce chiffre de quatre se présentait plutôt sous le format 2+2. Ne dénonçons pas, mais deux d’entre eux sont partis de l’Hôpital-Sud, alors que deux, plus frileux, sont partis du pont-barrage. C’est là que l’on vérifie que la générosité comporte plusieurs degrés, voire plusieurs grades Mon Général … Malgré tout le «risque de pluie» était bien présent.

Après une digue pédalante et dépourvue d’encombrements, la plaine de Moirans s’offre à ce groupe, et offre même la vue de pousses de muguet soigneusement semé par les agriculteurs sur des hectares de champs bien apprêtés. Le titre de la rando est bien choisi, se dit-on, et Jacques nous fait remarquer que la floraison est tout de même en retard. Ah non, à bien y regarder il s’agit plutôt de maïs ! Décidément les cultivateurs ne sont plus aussi poètes depuis qu’ils sont devenus exploitants agricoles.

Dans cette plaine trois canards joueurs volent en ligne et doublent les cyclos. Ils ont dû larguer le quatrième pour gagner la course.

Fures fut comme souvent le terrain de la chasse à la boulangerie. Placides, les trois non-chasseurs patientent tranquillement. Ils savent que désormais au sein du CTG sévit un groupuscule s’adonnant au culte de la boulangerie.

Fures fut (encore ?) également le lieu où les ennuis commencent avec Monsieur Garmin. De Fures à Renage il n’y a après tout que la valeur d’une montée. Oui mais il y a plusieurs routes, et les compères prirent la première venue. A Renage, la bévue constatée, François déclare que son GPS se montre peu loquace et dépourvu de sens pédagogique. Annie sort son portable pour l’installer sur le guidon d’Alain, mais ce dernier trouve la cartographie imprécise et l’écran trop flou. Voilà une équipe qui postule pour un plan-formation …

Malgré tout, une pincée de connaissance des lieux, un brin de pragmatisme, et un soupçon de lecture croisée Garmin / Samsung [1] ramènent le groupe sur la Trace. Le temps de se réjouir de cela, l’église de Réaumont offre un terrain de pic-nic, sans pluie.

Frugal repas avalé, les montures reprennent en direction de Saint Cassien puis se dirigent progressivement vers la partie descendante du parcours. Tronçon pendant lequel écran GPS et smartphone coopèrent pour surveiller l’orthodoxie du pilotage. Saint Cassien précède la série de traversées d’axes majeurs. La doyenne de ces axes en est la voie ferrée – passage sous arche en pierre- devançant le banal pont sur l’A48 –jeunette mais majeure quand-même – , et enfin le pont moche et étroit au dessus de celle qui fut la RN85 avant de se remarier avec le Département.

Moirans tranquille à cette heure tamise une circulation de retour au travail, tandis que nos «généreux à la retraite» fréquentent sans vergogne la zone d’activité, un peu par esprit taquin. C’est déjà le retour par la digue et le quatuor croise un peu plus de cyclistes qu’au matin. Au pont-barrage les deux plus frileux décident de déserter et laissent les deux vaillants poursuivre leur campagne. A ce jour les premiers ne savent pas si les seconds sont arrivés à bon port.

Étant donné le caractère confidentiel de cette chevauchée qui se voulait discrète, aucune photo n’a été prise. Étant donné le caractère respectueux des participants, aucun brin de muguet ni aucun plant de maïs n’a été prélevé.

[1] L’auteur de ces lignes ne touche rien des marques citées, pas même sa cannette. Mais ces appareils, faute de nous guider valablement, ne deviennent-ils pas des personnages à part entière de nos randos ?

Share

4 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. je decouvre avec plaisir ces commentaires pleins d’humour! bravo a l’auteur ( autrice??)et merci

    1. Merci pour ce joli compliment, Isabelle, mais même si je suis un garçon j’aime bien les fleurs aussi !
      Alain

    • FRANCIS LARRIBE sur 10/05/2021 à 17:08
    • Répondre

    Mon expérience des sorties en groupe me fait dire qu’il est très difficile de revenir au point de départ avec la totalité des participants. Il y en a toujours certains qui s’égarent en route ou bien qui prennent des chemins de traverse…

    • Jacques WALD sur 10/05/2021 à 14:37
    • Répondre

    2+2 si on veut, d’aucuns diront un 4X4 tout terrain pour un plaisir partagé pour une sortie somme toute plutôt agréable.
    Et que l’on se rassure : le prochain épisode avec les balcons de Belledonne pour la Victoire nous aura confirmé que les seconds étaient bel et bien arrivés à bon port ……………………
    Un prochain challenge sera certainement de pouvoir partir et revenir ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)