Randonnée des 10 communes : quand il ne faut pas se fier aux prévisions météorologiques et sortir malgré tout sa monture

Eh oui, il fallait être optimiste et ne pas croire les prévisions météo, effectivement peu favorables, pour rejoindre Voiron et son organisation en ce dernier week-end d’hiver. Pour l’anecdote, il s’agissait d’effacer 2 ans de contraintes sanitaires car cette randonnée avait été la première randonnée annulée en mars 2020 avant le confinement prévu le lendemain. Votre serviteur avait malgré tout rejoint le point de départ et, en compagnie d’une trentaine d’acharnés convaincus, réalisé le parcours partiellement fléché…avant une trop longue période d’abstinence.

Moment d’attente des retardataires en début de parcours

Cette année, sous d’autres auspices, il y eût une plus grande affluence. Un framadate finalement peu fiable et des départs dans un certain désordre ne me permettront pas de recenser le nombre de CTG inscrits à cette randonnée. Peut-être le trésorier en chef en confirmera le nombre à la réception de la facture (!). Je dirais une douzaine dont un petit groupe de 5 (3 dames, 2hommes) restés solidaires tout au long du parcours long de 78 km pour un dénivelé de 1000 mètres.

Le parcours, un peu laborieux au départ avec beaucoup de circulation en cette fin de matinée de samedi pour sortir de l’agglomération voironnaise. La situation s’est finalement décantée à partir de La Murette sous l’impulsion d’Agnès qui se sentait pousser des ailes dans une légère grisaille, le temps s’éclaircissant au fur et à mesure des kilomètres.

C’est dans la vallée de La Fure que le groupe initial de 8 cyclos au départ du gymnase Belledonne, s’est scindé pour tourner le dos au lac de Paladru et rejoindre le vallon de Saint-Aupre et ensuite transiter par le fameux tourniquet de Pierre-Chave.

véritable porte d’entrée sur la Chartreuse. Après un léger flottement à Miribel-les-Echelles entre des messages “hors parcours” sur les GPS et le fléchage sur la route, il n’était que temps que de flirter avec la frontière entre Isère et Savoie à Entre-deux-Guiers pour profiter du seul ravitaillement de la randonnée. A ce sujet, le grand parcours aurait certainement mérité un 2nd ravitaillement comme on le pratique aux “Vignobles”.

C’est finalement après une petite côte, passé Saint-Christophe-sur-Guiers et le lieu-dit Berland que nous avons atteint le point le plus au nord de la randonnée et la bascule sur le trajet retour. C’est à cette occasion que Fabienne a pu tester la solidarité entre la chaussure et la pédale du cycliste en devant se déchausser pour descendre du vélo (!!!)

Un peu de mécanique “tout en souplesse” plus tard, c’est une tranquille “partie de manivelles” qui nous permit de rejoindre les vestiges de l’ancienne tuilerie Jay à Saint-Joseph-de-Rivière

Il s’agit là d’un vestige de l’exploitation des ressources naturelles de cette vallée avec l’extraction de la tourbe dans les marais de l’Herretang comme matériau de chauffage et de l’argile pour la fabrication de tuiles et de briques.

Et à l’extrémité du vallon le col de la Placette nous attendait. Le col de la Placette est donc un col de montagne situé à 587 mètres séparant l’extrémité méridionale du massif du Jura (oui, oui du Jura) du massif de la Chartreuse dans les Alpes. Ce fût donc une révision et une suite logique pour les CTG ayant pratiqué les semaines sacoches jurassiennes et les travaux pratiques de géologie du soir. Le col de la placette nous aura permis d’accéder à la butte de La Colombière et sa magnifique vue sur la Chartreuse pour ensuite laisser “filer” jusqu’aux Gorges du Crossey.

Du fond des gorges à Voiron, il fallut malheureusement surmonter un dernier dénivelé pour rejoindre l’arrivée. Effectivement, l’après-midi fût très agréable pour une sortie se terminant par le traditionnel hot dog de l’organisation, et “fermer la boutique”…

1 Commentaire

  1. 250 participants à ce rallye, le club de Coublevie était le mieux représenté avec 21 participants puis les cyclotouristes Grenoblois avec 17 et tout de suite derrière Gières avec 16. Voila pour les chiffres. je n’ai pas le nombre de féminines le Président de VTV n’a pas pu me les donner…
    Merci Jacques pour ton compte rendu. Amicalement, Albert.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)