Petit tour et détours autour d’Allevard et Arvillard en ce 1er jour du mois de juillet

Tout d’abord , félicitations et remerciements aux organisateurs pour cette originale sortie. Pour la petite histoire, je constate qu’après bientôt 3 ans chez les CTG, je n’ai jamais réalisé 2 fois la même sortie découvrant à chaque sortie nouveaux points de vue et routes  « hors du monde ».

Et pourtant, la traversée du Cheylas et la montée « apéritive » vers Moretel de Mailles devient un grand classique pour ne pas dire un incontournable de toute sortie sur le nord de Belledonne, ses cols, ses balcons ou ses tortueux vallons.

Quoiqu’il en soit, nous nous sommes retrouvé à 25 pour cette sortie avec une quasi parfaite parité. Et la 1ère difficulté fût finalement de trouver le lieu de stationnement à La Terrasse, la présence d’une église à cet endroit paraissant quelque peu incongrue tout au bord de l’ancienne nationale 90 et à plusieurs hectomètres du bourg.

Donc je disais, avec un peu de retard sur le timing initial pour récupérer tout le monde y compris le Président dont on pensait bien qu’il nous retrouverait dès la  première ascension,  la troupe s’est ainsi ébrouée tranquillement jusqu’à un 1er stop à St Pierre d’Allevard. Certains en profitèrent pour préparer le pique nique à suivre. A Allevard, il devenait temps de prendre de la hauteur pour s’attaquer à un 1er sommet situé à Beauvoir sa bibliothèque ouverte aux quatre vents.

Il aura d’abord fallu ne pas se laisser impressionner par un chantier d’été intempestif qui aurait pu refroidir nos ardeurs,

Mais face à 25 CTG motivés, que pensez-vous qu’il arrivât ? Ils poursuivirent leur ascension sans détour.

Une descente sport pour rejoindre une frontière naturelle entre la Savoie et le « reste du monde », la vallée du Bens :

Sous le règne de Louis XIV, un traité entre la France et la Savoie, signé du Roi Soleil lui-même, précise que « la rivière Bens forme la frontière, la chartreuse de Saint-Hugon est en Savoie et le village de Montgaren en royaume de France ».  Il était temps pour les CTG de satisfaire leur curiosité et de se confronter à la grande Histoire avec un vieux pont qui enjambe le Bens (alt 644m) : c’est le Pont du Diable bien sûr ! Sur le parapet sud, au milieu, une borne matérialise la frontière suivant la royale sentence : elle est  sculptée côté ouest d’une fleur de lys (pour le Dauphiné), et côté est d’une croix (de Savoie).

Il aura fallu cependant pour le découvrir pratiquer la  « cattinade » du jour dans les pas des gabelous de l’époque :

Et les dames ne se sont pas laissées  impressionner.

Passée  la « douane », il y aurait lieu de méditer sur la notion de petit détour (*) pour découvrir la Chartreuse de Saint Hugon et le centre boudhiste du Karma Ling, institut établi depuis 1979 dans les murs de l’ancienne Chartreuse qui accueille un centre spirituel mais aussi de nombreuses activités culturelles.

  • plus d’une centaine de mètres de dénivelé sur moins de 2 kms, m’a-t-il semblé, les compteurs des uns et des autres en témoigneront, caractériseront ce « léger » détour.

Enfin, d’un commun accord nous aurons privilégié les nourritures terrestres aux spirituelles pour une pause déjeuner bien méritée à Arvillard, étape classique de nombreuses sorties et sans regret manifestement de ne pas se détourner vers Val Pelouse.

A peine le temps de digérer, et pour André celui de se remémorer son enfance face à l’école communale, il fallait rejoindre Allevard pour l’ultime difficulté de la journée , la quasi ascension de Brame Farine. Drôle de nom (*) pour un décor bucolique et soffrir une magnifique vue sur Belledonne ou le Collet d’Allevard :

(*) Les origines « supposées » du nom Brame-Farine : Pour les latinistes : mons bramentium farinarum  -la montagne des bêtes féroces qui hurlent, pour les amateurs de déformations lexicales : Brame famine – les personnes très pauvres qui y vivaient. A chacun sa version, suivant sa sensibilité.

La montée régulière aura permis la réflexion sur le sujet, surtout pour les 2 étourdis qui en auront par erreur tutoyé le sommet !!! Ils se reconnaîtront mais lorsque l’on a un Gravel AE flambant neuf, on teste.

Et une pause pour les respectueux de la trace référencée:Au final, même si cette image ne le montre pas,  tout le monde aura pratiquement réalisé le grand parcours d’un peu plus de 70 kms et quasi 1 500 m de dénivelé. Seuls 5 « tétus » fanatiques de la trace auront profité du joyeux diverticule optionnel proposé par les gentils organisateurs, à savoir la jolie boucle du hameau Les Perrins pour une descente en roue libre sur Goncelin et un retour au parking à bonne allure une fois franchies l’Isère et l’autoroute et clôturer ainsi une superbe sortie du jeudi.

Merci à la banque d’images fournies par Daniel et Jules

Share

5 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. Mon cher Alain,
    Je laisserai le soin aux 2 « entêtés » plutôt qu’étourdis le soin de décrire leur aventure sur le bitume devenant sentier menant au sommet de Brame Farine. Cela les a amené à réaliser un dénivelé de presque 150 m en tout-terrain pendant que le reste de la compagnie profitait de la superbe vue sur la vallée en ayant rejoint tranquillement (si on peut dire) Le Crozet.

  2. ah oui, bravo au rédacteur de ce magnifique compte-rendu! ! on regretterait presque d’etre resté devant la télé ce jour la…

    • Evelyne Desgranges sur 03/07/2021 à 18:26
    • Répondre

    Bravo au rédacteur , humour sport et culture , un mélange qui va bien …….Merci !

    • Alain Berger sur 03/07/2021 à 17:53
    • Répondre

    Merci Jacques de ce compte-rendu, qui fait vivre également aux 10 tenants du petit parcours votre périple vers Brame Farine. Mais peux-tu nous développer quel est l’épisode que les « 2 étourdis » ont vécus sur ces pentes au delà de Glapigneux ?

  3. Encore un sympathique compte rendu, mêlant culture avec l’Histoire de notre pays et détails des sites traversés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)