Le Désert en Valjouffrey et Valsenestre dimanche 19 juillet 2020.

Au départ 11 CTG 11 degré .

Article de Daniel, photos Daniel Fernand .
L’approche des vacances est sans doute une période propice pour aller à la découverte de vallées peu souvent explorées.
Pour ce Dimanche 19 Juillet, l’objectif était le Valjouffrey.
Les Onze CTG (dont 6 dames) ont sans doute eu un peu frais dans la descente vers Sievoz…
Premier arrêt dans ce village, où Hervé est victime d’une crevaison particulière. Malgré des pneus « renforcés », du type « Plus », la chambre éclate à la suite de la rupture de la tringle du pneu. Cet arrêt profite à Gérard, le douzième CTG de la journée, qui nous rejoint après avoir décalé son départ. Ce qui fait donc la parité.
Heureusement, notre ami Fernand qui renoue ce jour avec les sorties CTG, a un pneu en réserve. Pas forcément adapté et renforcé mais il dépanne bien notre ami au VAE.
Seul problème, ce pneu a des difficultés à se centrer sur la jante et Hervé passera la journée avec l’impression d’avoir un marteau piqueur (silencieux). Pas un souci quand ça monte, plus massant quand ça descend…
Une Renault Kangoo nous croise en klaxonnant. C’est notre ami Pierre Coda… emportés par l’élan (c’était en descente), seuls les derniers du groupe ont le temps de s’arrêter.…
La montée vers le Désert est bien sympa, mais la couche de gravillons est telle qu’elle pourrait presque faire un barrage dans la Bonne qui coule le long de la route !!
Belle arrivée en lacets au Désert où nous continuons jusqu’à la fin de la route… goudronnée.
La pause pique-nique s’impose avec une magnifique vue sur le massif de l’Olan (3564m),
Au carrefour de Valjouffrey, un groupe opte pour le grand parcours et monte à Valsenestre, joli terminus de la route dans la réserve du Haut Béranger. Le Coca et les bières sont juste à point.
André GérardC’est en rentrant par la petite route des Angelas qu’un bruit sinistre nous interpelle. La chasse n’est pourtant pas ouverte en ce moment. C’est ainsi que l’on aperçoit Fernand à pied, pneu arrière éclaté. Négociations sans succès avec Hervé pour récupérer son pneu…mais finalement un emplâtre lui sauvera sa fin de parcours. Il a malgré tout été chanceux vu l’état du pneu M…N, tout juste bon à aller chercher le pain à la boulangerie du quartier…
Vu les éclopés (les vélos), on décide de raccourcir un peu la fin de parcours. On repasse donc par le Pont de la Roizonne, d’origine ferroviaire et construit entre 1913 et 1928.
Ce qui nous permet de se regrouper en rejoignant le « petit parcours » peu avant Nantes en Rattier.
Finalement, belle journée avec 75 à 80 km et 1300m à 1400m selon les variantes, un grand Bravo à ceux et celles qui sont à court d’entrainement, une bonne ambiance, une solidarité qui nous rassure et nous réjouit d’appartenir au CTG.
Daniel Cattin

Share

1 Commentaire

    • Francis Larribe2399 sur 26/07/2020 à 22:01

    Que d’imprévus! Mais c’estsi beau.Nous avons fait ( Lauren et moi) une variante en Vtt à partir de Siévoz en suivant le canal Edf du Beaumont.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)