La Saint Martinière. Sortie CTG du samedi 3 avril 2021

La Saint Martinière. Sortie CTG du samedi 3 avril 2021
texte : Jean-Michel
photos : Christiane, Patrick, Hervé

10h10, dans une fraîcheur matinale prononcée, Christiane, Jean-Paul, André, Hervé, Patrick, Pascal et moi-même (Jean-Michel) se retrouvent au départ à Saint Martin le Vinoux pour parcourir les 87 km annoncés de la Saint Martinière, normalement organisée par le club de St Martin Le Vinoux.

Ce sera la dernière sortie en groupe au-delà de 10 km avant le confinement de 4 semaines lié à la ‘’troisième vague’’ du virus.

Une bonne vingtaine (25) de CTG fera cette sortie (par groupe de 6 … ou 7 dans le seul groupe sur la distance de 87 km, le profil du parcours et les circonstances ayant finalement évité de dépasser les 6 autorisés conjointement).

Début délicat. On emprunte un enchaînement de pistes cyclables qui traversent des zones de travaux pour rejoindre la piste le long du pôle technologique puis enfin la piste de la rive gauche de l’Isère qui mène au pont barrage et au pont de Veurey. Le vent est fort, froid et de face.

Manifestement il y avait plus simple et attrayant en prenant directement la rive droite de l’Isère à quelques encablures du départ !

Nous traversons la zone industrielle de Moirans  par la piste cyclable puis nous nous dirigeons vers La Buisse. Le froid est encore vif. On s’était habitué, peut-être un peu trop tôt,  à cette chaleur presque estivale de ces derniers jours.

La petite route de Champ Chabert qui monte à Coublevie nous réchauffera avant de retrouver la classique route de la Croix Bayard.

La circulation des voitures est intense. Le confinement annoncé fait sortir les gens !

Petite anecdote de cyclo indélicat : en haut de la montée de Champ Chabert, à l’entrée de Coublevie, le sens de circulation a été récemment modifié … on l’a ignoré, à tort, attachés à nos anciennes habitudes ! 500m de prudence, mais pas d’infraction !

La Croix Bayard (350 m). Nous quittons le col pour nous lancer sur  la route des gorges, étroite et cahoteuse pour rejoindre la montée de Tolvon.

A la bifurcation, ouahhh ! la route est fermée par des barrières en béton ! Hervé, en connaisseur nous avait prévenus de ce risque. La réflexion fut de courte durée. On passe et on verra bien. Juste derrière nous un groupe de St Martin le Vinoux arrive et fait de même. Si l’organisateur traverse, c’est que ça passe !.

En fait, le route, peu avant Tolvon  est légèrement effondrée sur 20m mais protégée. La montée sans voiture n’en sera que plus agréable.

Tolvon (500 m). L’église règne en maîtresse sur ce petit bourg qui surplombe face à la Chartreuse. Nous le traversons et passons devant chez BOB, figure historique des CTG.

Vous savez (ou pas pour les plus jeunes), il s’agit de cet ancien Président des CTG qui à la fin du rallye du Beaujolais – certes un peu arrosé – prenait les devants du groupe et baissait son cuissard  en s’arque boutant sur sa machine. Sacré Bob le rigolar. Merveilleux souvenir d’une période où nous étions encore jeunes et plein de joie.

On ne pouvait pas passer devant chez Bob sans s’arrêter, au moins pour savoir s’il est toujours là car la rumeur dit qu’il est parti dans le nord pour rejoindre sa fille.

Mais voilà, Bob est toujours là et la rumeur n’est pas fondée. C’est avec plaisir que nous discuterons quelques minutes avec lui. Il reste à Tolvon ! 

St Etienne de Crossey (450 m), vers 12h30 avec une fraîcheur persistante.

Patrick, en bon dirigeant avait prévu un arrêt pique nique dans un square aménagé et la possibilité de prendre le café.

Pique-nique à Saint-Etienne de Crossey

Après le repas, le café et le confort des sièges du square, il faut repartir pour affronter le dénivelé.

A la sortie de St Etienne de Crossey direction St Aupre. peu avant la Rossetière, après un virage à gauche, c’est la montée par la route du Grand Vivier. Le dénivelé est important (400m) pour atteindre le Grand Vivier, franchir le ‘’raidar’’ dans le hameau puis s’acheminer en faux plat vers le point haut (840m).

La vue y est magnifique. Face à nous la Chartreuse est majestueuse, les sommets encore drapés de neige.

Ce n’est pas encore fini. Il reste une dernière difficulté : Le col des Mille Martyrs. La petite route serpente au travers des arbres encore dépouillés de leurs feuilles. La descente est souvent très rapide. Nous croisons la route qui mène au lac de Saint-Sixte. Hervé, toujours aussi connaisseur des lieux,  nous incite à faire ce petit détour. Nous profiterons de cet arrêt pour figer ‘’l’événement’’ par une photo souvenir.

Au lac de Saint Sixt

Nous rejoignons plus loin la route plus large du col. Bagatelle, il nous reste environ 100m de dénivelé. Les cuisses commencent à piquer !

 Col des mille Martyrs (884 m)

C’est le rendez vous des cyclos. La descente sur Miribel les Echelles, au soleil, sera rapide. Après quelques kilomètres sur la crête nous descendons par le chemin du Péron, petite route qui serpente à flanc de montagne. Encore une côte puis la petite route cahoteuse nous achemine rapidement au pied du col de la placette à Pont Demays. Le col de la Placette (594m), très roulant, sera avalé tranquillement en groupe.

Après Voreppe, nous traversons la plaine entre autoroute et chemin de fer pour rejoindre Le Fontanil et s’engager vers La Monta (St Egrève) en longeant le rocher d’escalade. Un dernier raidillon nous amène au rond point de Gavanière. Nous sommes à 200m de la maison. Je propose une halte pour savourer une petite bière ?

Evelyne, qui était partie avec groupe de 10h20 (71 km) était arrivée.

Après cet arrêt, je continue avec le groupe (c’est trop bien !) et les accompagne jusqu’à St Martin le Vinoux. Au Muret (St Egrève) nous ferons une petite variante ayant l’aspect d’un raidillon. Bien sûr pour faire passer la bière.

16h30, je quitte le groupe après presque 90 km de parcourus et 1360m de dénivelé.

Une belle sortie d’avant confinement avec un groupe homogène. Merci à tous les 6, c’était un régal.

On se donne rendez vous en mai pour le meilleur.

Jean-Michel Joyaud

Share

1 Commentaire

    • FRANCIS LARRIBE sur 09/04/2021 à 17:17
    • Répondre

    Jean-Michel, grâce à la précision de ton commentaire j’ai fait avec vous virtuellement le grand parcours de la Martinéroise tout en restant confortablement calé dans le canapé. Merci de nous avoir donné des nouvelles de Bob.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)