Déluge sous la Dent

Le départ de cette sortie de Dimanche était bien nommé : le Pré de l’eau…   un groupe de 5 s’élance à 8h 45 tandis qu’un autre de 4 part à l’heure programmée, 9h.  Le début du parcours est un peu tortueux mais évite des petits raidillons. La route des Quartallées est barrée et nous devons improviser un « hors parcours » pour monter vers le haut de St Ismier où un petit passage Gravel avec gué (sans eau pour l’instant) nous permet d’accéder à la montée vers St Pancrace de façon bucolique.

Petite halte dans cette montée où notre ami Fernand améliore sa culture en feuilletant quelques bouquins sortis d’une bibliothèque en bord de route. C’est bien et très à la mode.

 

 

 

 

 

Dans cette ascension de St Pancrace, on croise un CTG qui descend à vive allure faire son entrainement préféré : l’aller retour St Hilaire  / Les Eymes. Nous le reverrons un peu plus tard, pour notre plus grand bonheur.

Deux jeunes « Gravelistes » (cette « nouvelle » façon de faire du vélo, entre route et chemins) nous dépasse en souriant. Je prend les roues quelques hectomètres pour discuter de leur passion pour cette pratique (peut être une partie de l’avenir du CTG ?)

A la sortie du tunnel, bien éclairé, quelques gouttes commencent à nous rafraichir davantage. Le café de St Pancrace est le bienvenu mais la tonnelle prévue pour le soleil n’est pas très étanche à l’eau qui commence à tomber de plus en plus fort.  Nous nous installons dans l’abri de Bus juste à coté. Le groupe de 8h45 arrive, ayant fait demi tour à St Hilaire !

 

 

 

 

Et nous voyons arriver également notre ami Jean V., trempé mais content d’avoir fait un bon temps, façon de parler. C’est alors qu’une idée lumineuse, jamais connue au CTG, vient à l’esprit des rescapés de l’abri de bus. Notre ami Jean pourrait bien aller chercher sa voiture puisqu’il habite juste à côté et descendre les chauffeurs de celles qui sont sur le parking du pré de l’eau. Pas de soucis pour lui, toujours prêt à rendre service.

Et heureusement qu’il connait la route par cœur, car le brouillard s’invite et la conduite du C4 se fait « à l’instinct ».  Un grand Merci à lui !!

Le rapatriement se fait après une belle organisation du …covoiturage improvisé.

Bientôt 50 ans de CTG, je n’avais pas encore connu cette façon de terminer une sortie, sauf peut être un jour de Galibier où notre Président avait prêté une camionnette pour rejoindre Rochetaillée, la vallée de la Romanche subissant un violent orage de grêle…

L’après midi, séance télévision pour voir les coureurs de l’étape du Tour de France. C’était dantesque : pluie, froid , brouillard,  ils en ont du mérite !!!

Mais finalement, avec un peu de persévérance et de patience, on aurait même pu rouler sous le soleil l’après midi.   A méditer !

Share

3 Commentaires

    • FRANCIS LARRIBE sur 07/07/2021 à 21:01
    • Répondre

    Ah ouais ! Quelle sortie et quel retour !

    • Alain Berger sur 06/07/2021 à 16:33
    • Répondre

    Pas mécontent d’avoir évité la longue ligne droite pleine pente de l’entame de la route de Saint Hilaire, en empruntant les chemins plutôt détournés sur les hauts de Saint Nazaire les Eymes et de St. Ismier, et en musardant à travers une cattinade reposante et horizontale. Content par ailleurs d’avoir pu rejoindre St Hilaire avant la pluie.
    Un grand merci à Jean de nous avoir fait visiter sa Picasso, le temps d’une descente dans le brouillard. Un point négatif: pas eu le temps de faire l’inventaire de tous les boutons du tableau de bord avant l’arrivée au Pré de l’eau !

  1. Bonjour,
    J’ai pris le départ avec les 8h45, mais dès la route du col j’ai enclenché un tempo plus adapté pour avaler les 1000m avant le déluge annoncé sur toutes les stations météo, brouillard en bas s’éclaircissant vers le haut avec belle vue sur Belledonne, j’ai reçu mes premières gouttes à la terrasse. Une bonne pluie tiède à souhait, pour un retour à Domène bien tonique. Vous avez bien fait de faire demi tour, la route après st hilaire est « gratté-rainurée, » puis gravillonnée, prudence et concentration sont déjà nécessaires sur le sec, mais vraiment trop risqué sous la pluie.
    bonne route
    Jean François C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)