«

»

Mai 24

Des monts d’Auvergne au plateau de Mille Vaches – Sacoches 2018

Article & photos de Daniel.

Depuis 2009, les CTG proposent une randonnée en autonomie d’une semaine… c’est encore une belle spécificité de notre club.

Cette année, après avoir sillonné quelques régions étrangères (Sardaigne, Aragon, Toscane…) nous avons parcouru une très belle région Française. Il fallait bien ça pour fêter le dixième anniversaire de cette « rando sacoches ».

Au départ de Merlines, petite ville de Corrèze, une petite route bien sympa serpente en direction des gorges d’Avèze. Une descente, un pont et c’est la source de la Dordogne. La remontée nous conduit sur le plateau de l’Artense. Les sommets enneigés du massif du Mont Dore apportent des couleurs qui se mélangent avec celles des nombreux petits lacs que nous côtoyons. Passé la Tour d’Auvergne, une route type « France profonde », avec un peu d’herbe au milieu nous conduit à Picherande. L’hôtel est du type de la route citée plus haut… cuisine et service familial dont on gardera un super souvenir pour l’accueil et la prestation.

Le lendemain, direction le Cézallier. Ce plateau volcanique apparait comme une steppe solitaire et démesurée. Magnifique ! comme ce lac d’En Haut à la Godivelle et ces troupeaux de vaches Salers qui se regroupent en essayant de nous suivre…

Après avoir longé le vélorail du Cézallier, l’arrivée à Riom es Montagne est « hors parcours » sur les conseils d’un autochtone.. et, une fois de plus, on se rendra compte qu’il ne faut jamais écouter ce type de conseils.. Et ne pas céder à la précipitation…

Pour arriver à Maussac, nous bénéficions, à partir d’Ydes, d’une belle route à vélo. On en profite car pour monter à Champagnac quelques petit raidillons sur une route d’un autre âge sollicitent un peu nos organismes. Pique-nique à Neuvic, déjà traversé lors du séjour de l’Ascension.

La journée de repos sera consacrée à la visite de Meymac. Chacun choisi son itinéraire. Quelques-uns s’en vont affronter le col de la Blanche par la directissime et compliquent encore le voyage par une piste de 3 kms. L’orage menace et on entends « il faudrait qu’on y aille » pendant que quelques-uns réparent leurs crevaisons. C’est du « déjà entendu ».

Meymac vaut le détour, toits pentus d’ardoises et pierres de granit, ce beau village affiche fièrement son caractère montagnard. Aux portes du plateau de Millevaches, il déroule de pittoresques ruelles dans la Ville Haute autour de la Tour d’Horloge, et dans la ville Basse, autour de l’ancien monastère.

Le jour suivant, nous avons un petit souci. Dans ces régions où l’exode rural est important, c’est de trouver de quoi manger… nous faisons donc un « hors parcours » pour aller au super marché d’Egletons.

On continue d’ailleurs plus loin hors de l’itinéraire pour cause de route barrée. Ce qui nous empêche pas de monter au superbe belvédère des Monédières. Pique-nique et point de vue à 360 °, un grand moment de cette rando.

Nous garderons aussi un excellent souvenir de l’hôtel La Brasserie à Treignac. Repas excellent servi avec le sourire.

Nous partons ensuite vers le Nord pour voir le lac de Vassivière. Belles routes en forêts propices à la rando sacoches. Pas de voitures, calme , villages fleuris (rhododendrons, je crois..). Pourtant, à Nedde, un violent orage menace. Nous décidons de nous arrêter un moment, le temps que ça passe. Bonne initiative, sauf pour 3 d’entres nous qui optent pour un retour prématuré et reçoivent une bonne rincée. C’est le métier qui rentre..

C’est sous le soleil que nous franchissons le pont sur le lac. L’ile Vassivière abrite un centre international d’art. Quelques-uns montent au sommet de la tour.

C’est également par une belle ascension du clocher de l’église de Tarnac que nous finissons la journée. L’adjoint au maire nous fait visiter cette belle église parfaitement restaurée.

Le dernier jour nous ramène à Merlines par une succession de petites bosses plus ou moins sympathiques.. (c’est selon). On se console en espérant que ce type d’effort qu’on appelle « fractionné » est bon pour la condition physique et que les échéances importantes (CM Aravis, Glières, Finestre, Veneto) seront plus faciles..

Au total, c’est environ 450 kms et 7800m de D+ selon les motivations que l’on a eu.

Bravo à tous pour la bonne ambiance et pour le bel esprit de groupe. Si personne ne s’est égaré, on le doit aussi à cette cohésion. Qualité indispensable pour la réussite d’une randonnée en autonomie.. ce sont des encouragements à recommencer l’an prochain.

 

Visionner le diaporama.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »