«

»

Juin 14

Parité et western en Matheysine le 14 juin 2014

matheysineMatch nul. Je ne vous parle pas du score de la rencontre de Coupe du Monde France-Honduras.

Non, samedi matin 14 juin pour la sortie Club en Matheysine, au rendez-vous de Séchilienne , sur le parking à l’entrée du village les Cétégistes se comptent seize ! Huit femmes et huit (z) hommes. La parité parfaite. Pas de discrimination au CTG !

La montée vers Laffrey se fait au frais. Sur le plateau mathéysin il fait même frisquet. On va se réchauffer en gravissant un col inconnu de beaucoup qui nous conduit de Petichet à Notre Dame de Vaulx par une superbe route qui domine les lacs (félicitations au créateur du parcours). De là on rallie facilement La Mure via La Motte d’Aveillans,  La Festinière, Susville et Nantizon non sans avoir admiré une fois de plus le Mont Aiguille, merveille du Dauphiné, la montagne-talisman de Véro.

Pause café à La Mure où l’on croise Jean-Pierre Lévy qui fait le parcours en solitaire et à l’envers (!!!!). La balade se poursuit  par  Siévoz et Oris en Ratier où une participante ne peut pas résister à l’attrait d’un cerisier surchargé de beaux fruits mûrs à point. En avance sur l’horaire, la troupe décide de pousser jusqu’au col de Malissol où elle pique-niquera. De La Valette, le pied de la montée  au sommet, il n’y a guère plus de trois mille mètres d’une route presque rectiligne à la pente régulière. Mais sur le coup de 12h30 le soleil y tape fort. Des Cétégistes sont déjà installés à la meilleure table quand je franchis le sommet (1135m). C’est la prime aux plus costauds ! Nous nous apprêtons à faire la photo au pied de la pancarte « col de Malissol » quand surgit du dernier virage un groupe d’une vingtaine de cyclistes anglais. Ce sont des militaires de la Royal Army. Ils sont là en Matheysine en week-end prolongé.

nantesenrattierLa quasi totalité du dénivelé de la journée est  digérée (environ 1500 m). Il ne reste plus qu’à se laisser glisser jusqu’à Laffrey, via Frugières, Nantes en Rattier, Saint-Honoré et Cholonge. A Nantes en Rattier, les cow-boys locaux ont interdit la traversée du village. Bien que descendus de leurs montures pour traverser le rassemblement country, les « étrangers de Grenoble », venus sans intentions belliqueuses, sont cependant fraîchement reçus. Les femmes des cow-boys ayant réussi à détendre l’atmosphère, aucun coup de feu ne sera tiré. La troupe des cyclistes grenoblois ressortant de Nantes en Rattier sans perte. Ouf !

Pour finir la balade, il fallait bien que quelqu’un se trompe de parcours. Ce fut moi qui entraîna à ma suite Marieke et Jacques, une recrue au potentiel intéressant qui faisait à l’occasion de cette sortie ses premiers tours de roues avec le CTG.

A partir de Cholonge, je me désolidarisai du groupe et plongeai d’une seule traite jusqu’à Séchilienne pour m’offrir un plaisir égoïste. Vingt minutes de descente en solitaire, vingt minutes de plaisir total…

 Visionner le diaporama : Photos : Patrick Lacheau

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »