«

»

Oct 03

90 ans des CTG : les activités culturelles

jpz

Jean-Paul Zuano, notre animateur culturel du week-end

Un plan B pour un jour de pluie (texte : Jean-Paul Zuanon)

Le samedi matin dès 9h30 tout le monde est prêt à pédaler mais Météo France ne s ‘était pas trompé. Salette ou pas, il n’y aura pas de miracle : il commence à pleuvoir.

Comment faire pour occuper 60 ou 80 cyclos qui ne sont pas venus là pour jouer aux cartes ou au ping-pong, pas plus que pour aller faire le tour des cinq bistrots de Corps ? On décide donc de jouer la carte culturelle. JP Zuanon, un ancien CTG des années 80-90, installé à Corps depuis dix ans mais resté fidèle au club, propose tout d’abord une causerie sur le  barrage du Sautet. Les eaux paisibles de ce lac ont en effet une belle et longue histoire. Au début du 20ème siècle, le Drac coulait libre et parfois ravageur (les Grenoblois en savent quelque chose). En 1920, un ingénieur découvre le site du Sautet, un profond canyon dans lequel il imagine de construire un barrage haut de plus de cent mètres, une audace exceptionnelle pour l’époque. Après bien des vicissitudes, le barrage est mis en eau quinze plus tard. Entretemps, on a construit le pont du Sautet, celui que l’on connaît encore aujourd’hui, qui domine la gorge du Drac de près de 150 mètres. Cet exploit technique a aussi été une étonnante aventure humaine puisque plus de 1500 ouvriers, venus d’une trentaine de pays, ont participé au chantier.

A l’aide de photos d’époque, JP Zuanon a évoqué quelques temps forts de  cette histoire dont il a également tiré un livre (plutôt bien fait, à en croire la critique et vraiment pas cher). Apparemment les spectateurs ont apprécié.

barrage-sautet-couv(vous pouvez vous procurer cet ouvrage ici : Le barrage du Sautet)

Après le pique-nique de midi (heureusement pris à l’abri et au chaud), certains optimistes/courageux croient voir l’ébauche d’une amorce d’une vague éclaircie et sautent sur leur vélo. Plus prudent, le reste de la troupe préfère attendre confirmation de cette embellie  (qu’on ne verra pas avant le lendemain matin).. Une partie du groupe va donc visiter, toujours sous la houlette de JP Zuanon, la Maison du patrimoine de Pellafol. Ce n’est pas un éco-musée classique. On y trouve les outils d’antan (avec quelques pièces assez exceptionnelles comme la première tronçonneuse thermique datant de 1951 et pesant… près de vingt kilos) mais il y a aussi une salle consacrée à la catastrophe aérienne de l’Obiou (1950), une autre où est reconstituée une classe à l’ancienne (plébiscitée par les CTG) et une troisième sur le barrage. Au total, une bonne heure de visite, avec un guide devenu bavard (tout arrive). Il pleut.

salledeclasse

une classe à l’ancienne … plébiscitée par les CTG !

des élèves indisciplinés ?

Tout cela donne soif. Comment conclure autrement que par une visite à un fleuron de l’artisanat à Corps, la distillerie Salettina ? Reçus par le maître des lieux, Jean-François Manent, les CTG découvrent les secrets (enfin, quelques-uns) de la fabrication des liqueurs aux plantes, apprennent la différence entre la macération (facile) et la distillation (tout un art), avant de passer à la dernière étape, la dégustation en compagnie de Sylvie, la femme de Jean-François. L’abus d’alcool étant dangereux etc… il n’y aura pas d’excès, d’autant que chacun se réserve pour le soir. Pendant ce temps, rien d’original, il pleut ; mais le soleil était dans les coeurs » (et dans les verres)

distillerie_salettina

visite de la distillerie Salettina

visionner le diaporama

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »