«

»

Mai 22

Tour des 2 lacs dimanche 21 mai 2017

Nous étions 5 CTG au départ matinal de Grenoble : Laurent, Nicolas, Luc, Bérangère et moi-même.

Au pont de Veurey, nous sommes rejoints par Marick, Gérard et son voisin Wilfried.

A 8h30, nous partons donc à 8 pour cette belle randonnée avec un soleil radieux..

Nous longeons la berge de l’Isère, qui nous permet de nous échauffer, avant d’atteindre les coteaux de Moirans et l’enchainement de plusieurs côtes bien pentues mais heureusement, pas très longues.

La randonnée nous mène à Réaumont où sur la place du village trône un arbre remarquable : un tilleul de plus de 600 ans.  Il est magnifique avec ses feuilles et toutes ses fleurs, sa prestance est à la hauteur de son âge.

Cet hiver, pendant le stage d’initiateur, je le croyais moins en forme.

Après environ 40 km, nous arrivons au lac de Paladru où nous faisons une pause.

On souffle, on mange, on boit et surtout on profite de la vue.

On reprend la route, vallonnée, tranquille, pastorale et fleurie qui sillonne dans cet écrin de verdure

avec au-dessus de nos têtes un ciel azur et un soleil qui nous réchauffe du vent frais.

Gérard et son voisin, devant rentrer plus tôt, nous quittent à Saint-Geoire-en-Valdaine et repartent par Voiron.

Passés en Savoie, c’est Luc qui nous quitte à Saint-Béron, pour rentrer par Les Echelles.

Nous sommes 5 à continuer jusqu’au lac d’Aiguebelette.

Il est 13h passé, il fait maintenant bien chaud sous nos casques, nous sommes tous affamés et demandons l’hospitalité au Bistrot du lac, qui nous permet de manger nos cantines à la terrasse du bar.

Le coca frais, la limonade et le café coulent à flot, certaines dégusteront même une omelette…

Tout est bon pour reprendre des forces…

 Nous avons fait un peu plus de la moitié du chemin mais Grenoble paraît encore bien loin.

Nous repartons en faisant le tour du lac par la rive Est, et puis nous prenons de la hauteur, encore quelques côtes, encore plus pentues, la chaleur rajoute à la fatigue mais la vue nous régale.

Les kilomètres défilent, on retrouve des paysages connus, il n’y a plus qu’à franchir la dernière difficulté du jour, le col de la Placette qui même par son côté le plus facile, reste un effort à fournir après tous ces kilomètres.

Après la descente sur Voreppe, on retrouve la berge de l’Isère et retour au pont de Veurey.

Pendant l’au revoir à Marick, un jeune cycliste vient nous demander de l’aide pour réparer sa crevaison.

Laurent lui prête ses outils et lui donne une chambre à air.

Nous quittons Marick et finissons les derniers kilomètres au frais des arbres qui bordent la berge.

18 h retour Grenoble après 150 km et un dénivelé de 1 500 m.

Une belle balade par un beau dimanche.

Bravo à tous.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »