«

»

Mai 20

randonnée Franco-Suisse avec nos sacoches

Récit de Jacques WALD
Diaporama en bas de page (photos Jules et Daniel)

Jacques le rookie (le bleu en bleu)

Randonnée Sacoches 2019 – Le récit d’un rookie (*)

(*) anglicisme sportif nord américain définissant un débutant,

 Dans la foulée d’une semaine de mise en jambes particulièrement réussie à Argelès sur mer, je me préparai à doubler la mise avec beaucoup d’appréhension. Les premiers à me rassurer furent, Hervé qui gentiment valida mon matériel et me prêta ses sacoches qui en avaient tant vu par delà les tours de France et autres voyages au Maroc, et Cyrille qui partagea un optimisme à toute épreuve.

Je me suis donc retrouvé au bas d’un vallon à Prémanon un beau matin de mai qui ressemblait à la Toussaint devant un petit raidillon qui sentait le bizutage (?), moi qui n’avais jamais chargé un vélo que d’un bidon. J’avais désormais 2 sacoches soit au total 1 bon quintal à promener par monts et par vaux.

Le 1er jour fût une bonne transition pour passer de l’individualisme citadin à la convivialité sportive et parfois un peu hostile au détour d’une route non déneigée (!) qui obligea à éviter la traversée de la Forêt du Risoux. La science de l’improvisation et l’art de l’adaptation de Daniel (merci à lui) nous permirent de rejoindre malgré tout Malbuisson pour une soirée dans un 3 étoiles avec vue sur le lac Saint Point, ce qui présageait déjà de la qualité de l’organisation du séjour (merci Danie).

Le lendemain, si les capuches furent de sortie, l’optimisme de la troupe, disciplinée et prudente, resta de mise. Mes craintes s’évanouirent définitivement avec la science de Daniel pour se jouer des vicissitudes de la météo et atteindre sans trop de bobos Morteau en zappant quelques cols.

pluie du matin n’arrête pas le pèlerin ?

Puis ce furent de grandes découvertes et de grands moments. Je garderais tout particulièrement l’image du Saut du Doubs , tempétueux dans ces circonstances climatiques, les gorges permettant d’atteindre le col de Petra Felix, les arrivées sommitales comme La Vue des Alpes (ce col si bien nommé) ou Marchairuz, la combe des Amburnex avec ses plaques de neige (5° quand même),la longue descente vers le lac Léman le dernier jour….

Et un vent qui jusqu’au dernier jour nous a accompagné et, pas toujours dans le bon sens.

Les pauses méridiennes en furent souvent écourtées mais la bonne humeur toujours de mise, même et surtout, lors des quelques réparations de crevaison qui donnèrent lieu à de franches rigolades dans la foulée d’un cours de mécanique cycliste (chacun s’y reconnaîtra), toujours sous l’oeil bienveillant de Jules.

Bref ce fût intense pour de belles rencontres et moments partagés.

Rookie (autoproclamé) de l’année 2019, je n’ai qu’une question : quand est-il prévu de s’inscrire pour les Sacoches 2020 ?

Jacques WALD

les 20 au col du Marchairuz

il n’y a pas que les vaches qui regardent passer le train

diaporama (photos Daniel et Jules)

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »