L’Obiou a joué à cache-cache le samedi 22 juin 2019

Mais où se cache l’Obiou ?

photos : Fernand, Christiane et Jean-Paul
diaporama en fin d’article

Contrairement à l’édition 2018, où l’Obiou nous avait presque nargué par sa splendeur éclatante et insolente avec son copain le Mont Aiguille pendant toute la journée, cette année il était plutôt timide.
Se cachant derrière des nuages plutôt noirs, réapparaissant quelques minutes sous un rayon de soleil, disparaissant à nouveau sous un voile pluvieux le matin, il nous offrit enfin tous ses charmes l’après-midi, nettement détaché dans un ciel miraculeusement bleu.

Cette année, pas de Mont Aiguille pour le groupe CTG composé de 5 cyclos (Marie-Ange, Nicole, Christiane, Fernand et Jean-Paul) + 2 cyclos (Laurène et Francis) que nous avons rencontrés sur le retour, aux abords de La Mure. Tous avaient choisi, par prudence, le circuit de 72km.
La plupart des volontaires n’ont pas donné suite à leurs intentions (mais peut-être y en avait-il à des horaires différents et sur un autre circuit ?), nous-mêmes avions hésité en scrutant la météo de très près la soirée précédente. Une seule météo annonçait des orages vers 11h, les autres les prévoyaient plutôt vers 14-15h.
Et c’est celle de 11h qui a gagné !

Les éoliennes de Pellafol

Nous sommes donc partis confiants de La Mure, après un un accueil bienveillant des bénévoles du club des cyclos matheysins, eux-mêmes confrontés à la décision d’annuler ou pas leur 29ème édition.
Mais les Matheysins en ont vu d’autres et n’ont peur de rien ! Les nombreux parcours étaient prêts (4 parcours route et 3 parcours VTT), les ravitaillements installés, par contre, ils auraient mérité une meilleure affluence (131 inscrits) Il est sûr que les risques d’orages en ont refroidit plusieurs. Nous-mêmes avions opté pour le 72 km au cas où…

Cette année, c’est le « sens inverse » qui est proposé. C’est à dire que nous commençons par la descente vers le Pont de Ponsonnas , réputé pour le saut à l’élastique et la remontée jusqu’à Saint Sébastien. Jusqu’à Pellafol, nous profitons des champs de blés décorés par de nombreux coquelicots et quelques bleuets.

A Pellafol, c’est le ravitaillement, bien fourni et un accueil bien sympathique de l’équipe en place.
Nous entendons alors quelques grondements suspects et quelques gouttes de pluie tombant sur nos casques.
Corps n’est plus très loin ; cependant il a bien fallu enfiler capes et kway pour y arriver pas trop mouillés après un passage rapide au pont du barrage du Sautet.

En attendant la fin de l’orage…

A l’entrée de Corps, nous trouvons un abri en bois, avec bancs, toilettes à proximité ; nous y resterons une petite heure ; il n’était pas question de repartir sur la chaussée ruisselante.

La route était encore humide lorsque nous sommes repartis en direction de Sainte Luce, le col de Holme puis Saint Michel de Beaumont, les yeux tournés vers La Mure qui bénéficiait d’un ensoleillement prometteur.

Nous avons pris notre temps sur le reste du parcours sur route sèche, d’autant plus que l’Obiou nous a enfin souri.
Nous avons franchi le viaduc de la Bonne achevé en 1928 où passait l’ancienne ligne de chemin de fer, puis le viaduc de la Roizonne, lui aussi ancien pont ferroviaire achevé en 1928.

La Mure est toujours sous un beau soleil pour nous accueillir et les  cyclos matheysins nous ont offert une belle assiette garnie avec des murçons que nous avons particulièrement appréciés.
Un grand merci à toute l’équipe, soucieuse de notre bien-être, qui nous a donné rendez-vous au 20 juin 2020 pour la 30ème édition !

 

Share

(3 commentaires)

  1. Bonjour Mr Poncet.
    Merci à votre club d’avoir maintenu cette belle randonnée . La pluie ne nous a pas vraiment gêné et a permis d’avoir un paysage sublime .
    Nous allons essayer de commander le soleil pour cette cinquantième édition .
    Nous sommes vraiment désolés du désistement de Frédérique .
    FC

  2. Merci Jean Paul pour ce bel « hommage » à notre Rando de l’Obiou. Dimanche matin nous sommes allés au col du Noyer sous un soleil radieux, c’était un peu rageant !! A vous de nous commander le soleil pour le BRA !!Amicalement Denis

    1. Le col du Noyer depuis la Matheysine, ce sera pour une autre édition ! Je ne connais que l’ascension depuis Saint-Bonnet en Champsaur
      En tout cas, on apprécie les nombreuses inscriptions matheysines au 50ème BRA.
      A bientôt Denis
      Jean-Paul

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)