«

»

Juin 14

hommage à Jo ROUTENS, l’un des pionniers du BRA

Jo ROUTENS s’est éteint en avril 1988 à l’âge de 75 ans et a laissé un grand nom dans l’histoire du cyclotourisme et du BRA.

Cyclotouriste, cyclosportif, constructeur de bicyclette, il a marqué son époque par ses exploits et ses réalisations, ajoutant à son oeuvre d’artisan , les performance de l’homme de terrain.

Secondé par son épouse dont il faut souligner les qualités sportives, il parcourut des dizaines de milliers de km et battit de nombreux records. Parmi ceux ci nous pouvons citer : Paris – Brest – Paris 1948 en tandem avec René FOURMY en 47 heures, puis avec le même équipier, la flèche Grenoble – Nice 1949 , soit 334 km en moins de 10 heures, les 24 h d’Auvergne avec HUGONNIER, les polymultipliées ( St Etienne, Lyon , Chanteloup les Vignes ) la grimpée Vélocio , les grands prix Duralumin…..

Le fait le plus marquant fut peut être son attachement au BRA : 33 participations sur 34 éditions.

En 1936, il fit parti des 55 invités réunis par Gustave DARCHIEUX et Antoine BIBOUD créateurs de l’épreuve. Au temps des du BRA avec catégories cyclosportives, il obtint de nombreuses places de vainqueur. Il en effectua plusieurs en tandem avec Paulette son épouse, et nous nous souvenons de celui du 30 ème anniversaire en 1979, il avait 66 ans.

remise des prix BRA 1987, jacques Bensard remet un trophée à Jo Routens (à droite)

En 1987 à 74 ans, il fit l’admiration de tous en terminant à peine marqué par l’effort et à 17 heures, comme il l’avait prévu.

Seul 1969 manquait à son palmarès, contraint de subir une appendicectomie la vielle de l’épreuve .

Il fut aussi président des Cyclotouristes Grenoblois pendant 21 ans , de 1948 à 1968.

 

Un soir de 1948, voici ce qu’il écrivait sur le registre – compte rendu des CTG  …….à propos du BRA

BRA : un magnifique raid en montagne, celui qui est le plus recherché, celui que tous les cyclotouristes de France et d’ailleurs rêvent d’accomplir au moins une fois dans leur vie  .

BRA : randonnée unique tant par la valeur touristique des sites traversés que par la rudesse des routes qu’elle emprunte . Une Randonnée ou se rejoignent dans l’apothéose du jour levant sur les cimes, le plaisir de l’effort et la joie sereine de la beauté de notre douce France.

BRA : banc d’essai des vrais randonneurs , de ceux qui savent vouloir, de ceux qui savent lutter contre la nuit, la pluie, le froid, le vent, la chaleur ou la fatigue .

BRA : consécration de ceux qui aiment le sport sous sa forme la plus pure , la plus vraie. Consécration de ceux qui savent souffrir pour le seul plaisir de le faire , sans autre gain , sans autre but que celui de pouvoir dire, je l’ai fait et éventuellement arborer un petit insigne ou se détache sur le ciel bleu de nos Alpes, trois pics étincelant de la blancheur des neiges éternelles.

1936 : une date, celle de sa création par notre ami Gustave Darchieux. Qu’elle était rude  mais qu’elle était belle cette vieille route du Galibier. Que de souvenirs ramenés de ce premier BRA. Combien d’amitiés durables ont été scellées sur ces chemins tourmentés.

1937 : les engagements augmentent et ce sera  la naissance de nouvelles amitiés .

1938 : une chute dans l’ascension du col du Lautaret m’élimine, mais me permet en remplaçant mon frère comme pilote de son tandem , de faire la connaissance de celle qui sera mon équipière sur les routes de France et sur celles de la vie.

1939 : année redoutable, autant par le nombre d’engagements que par le souvenir d’un temps épouvantable. Malgré la pluie et la neige, dans un beau geste  de camaraderie, 8 CTG terminèrent en groupe sur 25 arrivants

1940 : hélas, la guerre est là , avec son cortège de misères et de soucis. Le BRA n’a pas lieu.

1941 : un randonneur lyonnais ayant mis en doute les possibilités du tandem sur un tel parcours , l’ami Bollassina et moi mettrons un point d’honneur à lui prouver le contraire….ce que nous réussissons pleinement .

1942 : souvenirs pénibles, malade, ce n’est qu’à force de volonté que je rejoindrai Grenoble en compagnie de Mouton, non sans avoir perdu un nombre respectable de kilogrammes…

1943 – 1944 : les événements nous obligent à attendre des jours  que nous espérons meilleurs .

1945 : nous inaugurons le sens inversé du parcours et un départ contre la montre.

1946 : année ou s’établit un nouveau record, celui de la chaleur.

1947 : un BRA entre dans l’histoire et comme les gens heureux il n’en a pas. Pour la seconde fois, nous tournons dans le sens Croix de Fer Galibier.

1948 : le nombre des partants est plus important qu’il ne l’a jamais été . C’est mon 10 ème BRA

1949 : il sera un peu ce que nous le ferons et beaucoup ce que vous le ferez ! Alors rendre vous à Grenoble le 31 juillet prochain…..

Jo et Paulette ROUTENS février 1976 + Jean Paul , Jean Pierre et Michelle Ruchier

 

Super BRA 1983 sur tandem Hugonnier/Routens ( 300 km et 5 000 m D+) Je sais que c’est Jo Routens qui m’a donné la passion du BRA.

Share

(1 commentaire)

  1. ROCHE Claude

    Très émouvant pour moi de lire ce article ! J’aimais cet homme pour ces qualités humaines (courage,droiture ) sachant entrainer les autres,
    et leur donner le goût de l’effort.Président de Club ,de Ligue il était très direct dans ses interventions .Il avait un lien particulier avec mon club ,les Cyclotouristes Chambériens et surtout avec Julien BESSON qui exerçait le même métier que lui, également Henri VOIRON.
    En allant sur les routes de ce BRA 2019, nous penserons fortement à lui.
    Claude ROCHE des CYCLOTOURISTES CHAMBERIENS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Translate »