Archives du BRA 2007

bra2007_profils_bra_bac-2007

Croix de Fer…Glandon…Mollard…Télégraphe…Galibier…Lautaret…
Des cols mythiques, une légende….
44 ème Brevet de Randonneur des Alpes – 21 et 22 juillet 2007


bra2007_galibier2-520x347Le B.R.A fut crée en juillet 1936, par Gustave Darchieux, cyclotouriste et journaliste au « petit dauphinois », quotidien local devenu «Dauphiné libéré » à la libération. Il était assisté d’ Antoine BIBOUD, constructeur de cycles à Grenoble, sous la marque « LIBERIA ».
Dans ses premières éditions, le B.R.A s ‘effectuait tous les ans, dans le sens Grenoble-Galibier-Croix de Fer et retour, et ce jusqu’en 1939, puis il dû y avoir interruption pendant la guerre.

Lors des années 1936-1937-1938, le B.R.A empruntait alors l’ancienne route du Galibier, qui prenait naissance 2 kms en aval du col du Lautaret coté Briançonnais. A cette époque, les bicyclettes n’étaient pas toutes équipées du dérailleur arrière, les roues comportaient 2 pignons, un de chaque coté de la roue arrière, et pour mettre en place le petit développement, il fallait retourner la roue !

En 1953, le sens du parcours fut alterné, Galibier ou Croix de fer en 1 er, et le BRA n’eut lieu que tous les 2 ans.
Les départs se firent pendant de très nombreuses années depuis le café du rocher à Grenoble place de la bastille. Il faut dire que la participation en 1936 était quasi confidentielle avec 26 participants, puis 55 en 1937…. A partir de 1975, les départs furent donnés du palais des sports de Grenoble.
L’époque de réalisation fut toujours la même, soit l’avant dernier dimanche de juillet. En ces temps là, les cols routiers étaient ouverts à la pelle, et au Galibier, on franchissait le tunnel, étroit boyau non éclairé de 200 mètres, plein d’ounières
remplies d’eau.
En 1977, le passage du tunnel (altitude 2556 m) fut interdit à toute circulation et le BRA venant de Valloire, empruntât la route nouvellement crée, passant au col géographique (altitude 2645 m) .
Après d’importants travaux, le tunnel fut réouvert en juin 2003, mais reste interdit aux cyclistes qui doivent faire l’ effort de franchir l’ultime kilomètre avec passages à 12 %.

bra2007_jpg_bike-oisans-Villard-notre-dame-2-520x349De 1945 à 1965, le BRA comportait une catégorie « sportive chronométrée » et 1965, un facteur Stéphanois, Maurice MACAUDIERE, équipé d’une bicyclette
« Jo ROUTENS » fit descendre le temps de référence au dessous de 9 h pour 250 km et 4600 m délévation.
Avec 19 heures de délai maximum, soit sur la distance de 225 km, une moyenne horaire de 12 km/h, le BRA ( et à fortiori le BAC sur 2 jours) est accessible au plus grand nombre .Les organisateurs sont aux petits soins pour les participants,
avec de nombreux ravitaillements.
En sus des catégories d’âges, avec départs à 2 h ou 3 h, la catégorie autrefois, dénommée « rando-sportive » avec départ à 5 h 30, devient « BRA – ruban bleu »
La participation qui fut longtemps de près de 300 courageux, s’éleva à 800 en 1967, lors du BRA organisé en clôture de la semaine fédérale internationale de cyclotourisme organisée à Grenoble, et qui rassemblait 1200 cyclos.
Les participations suivantes ; 1200 en 1973, mais seulement 600 à l’arrivée, car un orage se déclenche dans la montée de la Croix de fer, le passage à gué de la cascade de Maupas est devenu un torrent tumultueux, avec une hauteur d’eau boueuse de 80 cm et charriant de gros cailloux. Les véhicules suiveurs ou d’assistance font demi-tour, et les téméraires qui affronteront les éléments déchaînés trouveront ensuite le soleil et la neige fraîche dans le Galibier.

2200 en 1975, 4285 en 1977, 6000 en 1979 pour le 30 ème BRA.
En 1981, 5000 mais les participants subissent une tempête de neige dans le col de la Croix de fer , 30 cm obligeant les organisateurs à interrompre l’épreuve. ( voir l’excellent site d’ André TIGNON, participant et journaliste belge, sur « 1981,l’impossible BRA »).
Au fil du temps, le parcours est resté quasiment le même avec le franchissement dans un sens ou dans l’autre, des cols « Galibier-Croix de fer ». Depuis 1977, un super-BRA de 300 km pour 5400 m d’élévation, empruntait tout les 4 ans, les vallées du Grésivaudan et de la Maurienne, pour attaquer le Glandon par la vallée des « Villards » .

En 2007, le BRA fait sa révolution, et partira du parc du château de Vizille !
Mais la fête du vélo en montagne s’ouvre aussi aux jeunes, avec le « Brevet Alpin Jeunes » et aux féminines ou moins expérimentés avec le « Brevet Alpin Découverte – Oisans-parc national des Ecrins ».
Un super BRA de 230 km pour 5100 m d’élévation, permettra aux plus forts, de découvrir la vallée de la Romanche, du haut d’une falaise de 600 m !
Au cours de ses 71 ans d’existence le BRA fut et est encore une référence dans le monde cyclotouriste !
Le BRA fut honoré de la participation de valeureux cyclos, femmes et hommes, jeunes ou âgés, de la plus jeune ( 16 ans) en tandem avec son père au plus âgé ( 79 ans ), mais aussi des participants célèbres, tels que Brice LALONDE (ministre de l’écologie), Jean Claude KILLY, l’acteur Samy FREY, Pierre BRAMBILLA (dauphin du tour de France 1947). Jo ROUTENS (artisan constructeur de cycle à Grenoble), décédé en 1988 à l’âge de 74 ans, détenait le record du nombre de participations avec 33 BRA .
Venez nombreux à Vizille les 21 et 22 juillet 2007 écrire une nouvelle page de la légende du BRA !
En 1 ou 2 jours, BRA, super BRA, BAC, super BAC, BAD, BAJ, sont à votre portée
Les cyclotouristes sont des gens ordinaires qui réalisent à bicyclette, des choses extraordinaires !

Lire le  compte-rendu par le club de Massy-Palaiseau

Vidéos :


réalisation en caméra sur le guidon par Standring Russell
 

Share

1 Commentaire

  1. à chaque fois que je lis un article sur le BRA ça me donne envie d’y revenir
    mais hélas avec l’âge et les petits enfants ce sera difficile de faire autant de montagne
    longue vie au BRA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Translate »
Site du Brevet de Randonneur des Alpes