«

»

Jan 23

Vélo, tourisme et plage à Chypre

Une quarantaine de CTG se sont retrouvés jeudi 22 janvier 2015 pour le diaporama retraçant le voyage à Chypre d’Anne-Marie Gourdon et Gérard Galland en mai dernier.

 C’est où Chypre?photo 1 ---002 CARTE EUROPE CHYPRE

Bien que Chypre soit géographiquement plus proche du Moyen-Orient,  (75 km au sud de la Turquie, 105 km à l’ouest de la Syrie et 380 km au nord de l’Egypte) le pays est rattaché culturellement et politiquement à l’Europe et
est membre de l’Union européenne. C’est la troisième plus grande île de la méditerranée (après Sicile et Sardaigne). Elle est peuplée de 1,1 million d’habitants.

 

Histoire et géopolitique

Chypre a longtemps été un point de passage entre l’Europe, l’Asie et l’Afrique et porte encore de nombreuses traces des civilisations qui s’y sont succédé : habitats préhistoriques, villas et théâtres romains, églises et monastères byzantins, châteaux des Croisés, mosquées ottomanes …

L’histoire de Chypre fut très mouvementée et l’île subit de nombreuses tutelles: perse, grecque, romaine, byzantine, arabe, franque (1191-1489), vénitienne (1489-1591), ottomane (1571-1878) et enfin britannique (1878-1960).

La république de Chypre obtient son indépendance du Royaume-Uni le 16 août 1960.

En juillet 1974,  les militaires au pouvoir en Grèce organisent un coup d’Etat contre le président chypriote Makarios dans le but de réaliser l’Enosis (rattachement à la Grèce). Des troupes turques débarquent dans le nord de l’île pour protéger les intérêts de la communauté turque (18 % de la population en 1974).

NCyprus_districts_named copieL’île se retrouve divisée.  Malgré la restauration de la république chypriote, la Turquie refuse de se retirer et impose la partition du pays de part et d’autre de la « ligne verte. 200 000 Chypriotes grecs sont contraints à l’exode entre 1974 et 1975, chassés du territoire occupé par la Turquie ; les Chypriotes turcs sont forcés de s’installer au Nord  en 1975 à la demande de leur chef Rauf Raif Denktaş.

La République chypriote contrôle la partie sud de l’île. Le territoire sous occupation turque (37 % de la superficie de l’île) s’est autoproclamé République turque de Chypre du Nord. Ces deux « entités » sont séparées par la ligne verte qui traverse la capitale Nicosie, cette ligne verte est une zone démilitarisée contrôlée par les casques bleus de la force de maintien de la paix de l’ONU.

La République chypriote est membre de l’Union européenne depuis 2004 et a intégré la zone euro le 1er janvier 2008.

La République turque de Chypre du Nord n’est reconnue que par le seule Turquie.

Géographie

L’île de Chypre comporte  deux  chaînes de montagnes qui s’étendent d’est en ouest : le massif du Troodos au sud-ouest (qui culmine au Mont Olympe à 1 951 m) et  la chaîne du Pentadaktylos (ou Kyrenia) au Nord (1 024 m). Elles sont séparés par la plaine de la Mésorée.

Le projet

Cette île m’attirait depuis longtemps. Fin 2013, je réussis à convaincre Anne Marie d’aller visiter Chypre à vélo pourvu que le voyage comporte également visites touristiques et séjours à la plage. C’est sur la base de cet accord que nous réservons billets d’avion et l’hôtel à l’arrivée Larnaca.

L’objectif était de faire un tour de l’île (avec quelques raccourcis) avec incursion dans les massifs et en particulier au point culminant de l’île (Mont Olympe 1951 m, de visiter – entres autres – quelques unes des 10 églises byzantines  inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO et de faire quelques stations aux  plages.

Les imprévus

La foudre : notre voyage aller Lyon – Larnaca avec départ à 19h, escale à Francfort et arrivée à 2h35. Ça commence mal, du fait des orages retard au départ de Lyon, trop tard pour la correspondance, donc nuit à Francfort. Lufthansa nous propose un Francfort – Larnaca avec correspondance (et attente relativement longue) à Athènes.

Après une nuit relativement courte à Francfort nous embarquons pour Athènes, environ une demi-heure après le décollage, une déflagration réveille les passagers somnolents. On se regarde … inquiets … apparemment l’avion vole toujours et la cabine n’est pas dépressurisée. Quelques minutes plus tard, le commandant nous annonce que l’avion a été touché par un éclair … et que par mesure de sécurité nous retournons à Francfort pour changer d’appareil. Quelques heures plus tard c’est au pas de course dans les couloirs de l’aéroport d’Athènes que nous attrapons notre correspondance pour Larnaca où nous arrivons vers 19 heures avec … oh miracle!  vélos et bagages.

La pluie : selon les guides touristiques, il ne pleut pas en mai à Chypre. Pas de chance ! La pluie nous a bloqués 1 jour à Spilla (à l’est du massif du Troodos) et 2 jours à Pedoulas (au nord-ouest du massif) nous obligeant à réduire le circuit.

Notre circuit

Arrivée à Larnaca le jeudi 1er mai au soir. La journée du vendredi à Larnaca  sera consacrée au remontage des vélos, une séance de plage et une  visite de la ville avec  en particulier de la basilique saint-Lazare et de la mosquée Buyuk Cami.

Samedi 3 mai : Départ vers l’ouest en suivant la côte sud jusqu’à Limassol : tout d’abord nous longeons le lac salé (dommage … les flamands roses sont partis depuis peu) et visitons la mosquée Halan sultan Teke, puis  Kiti et son église avant de faire étape au camping de Gouvernor Beach à proximité des falaises de calcaire blanc.

Dimanche 4 : suite de la côte sud jusqu’à la ville de Limassol par une route assez fréquentée. Direction le Massif du Troodos:  A Limassol bifurcation vers le nord, ça commence à monter, il fait chaud, nous trouvons à loger chez l’habitant à Apsiou. L’ascension reprend le lundi matin vers Agros (ville des roses) , Chandria et un col sans nom à 1350 m, pour arriver à Lagoudera  où nous visitons notre première église byzantine « Panagia Tou Araka« . Une route qui serpente dans les vignes – à plus de 1000 mètres – nous conduit à  un nouveau col (sans nom) avant de redescendre sur le village de Spilia où nous trouvons un hôtel.

Mardi 6 : premier jour de pluie, donc repos forcé à Spilia car il n’y a pas grand chose à visiter.

 

photo 2 ---0769 P1000336Mercredi 7 : direction Mont Olympe, après un petit col (sans nom) à la sortie de Spilia nous redescendons près de Kakopetria pour rejoindre la route Nicosie -Troodos. Le Mont Olympe est à 16 km, 1000 mètres plus haut. La route traversera le site d’anciennes mines d’amiante en cours de reboisement, puis le col du Troodos (1720 m) avant d’atteindre le Mont Olympe et sa station de ski, où malheureusement le sommet étant occupé par des radars et divers équipements militaires nous sommes bloqués à l’altitude 1900 m et … le seul bar affiche deux panneaux « Open » et « Closed ». Pas de chance, c’est le second qui est correct. Il faut descendre à Prodomos pour avoir droit à une bière bien méritée.

                                                        Dernier kilomètre  du mont Olympe (keep left !)

 

photo 3 ---- 0791 P1000370Encore quelques kilomètres pour arriver à Pedoulas, visiter l’église Archangelos Michael et trouver une chambre à l’annexe du restaurant « les Platanes ».

8 et 9 mai : il pleut, nous sommes bloqués à Pédoulas. Nous choisissons  l’autostop pour aller à Kalapanagiotis, distant de 6 km , visiter le monastère Agios Ioannis Lambadistis et ses trois églises. Au retour, arrêt à Moutoullas mais impossible de trouver la clé pour visiter la chapelle Panagia tou Moutoulla. La suite du séjour à Pédoulas sera occupé à la visite du musée byzantin, du musée folklorique, de l’église moderne, de la statue de Makarios … et à quelques courses chez les commerçants locaux.

Peintures murales à l’intérieur de l’église Archangelos Michael à Pédoulas

 

Le samedi 9 au matin le temps s’est amélioré mais il faut décider de raccourcir notre circuit et abandonner la visite du monastère de Kykkos et de la partie ouest et nord de l’île (Paphos, Polis, Morfou et Kyrenia). Nous décidons de rejoindre directement la capitale Nicosie par une étape plutôt descendante, au cours de laquelle nous devrons – sur conseil du barman qui nous a offert le café  – emprunter la bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute sur une douzaine de kilomètres entre Kokkitrimithia et la banlieue de Nicosie (la route « normale » étant inaccessible car franchissant la ligne verte). Notre hôtel – réservé par téléphone le matin- est situé en zone grecque près des remparts.

Nicosie est divisée en deux par un mur et la zone tampon ONU. Depuis 2008 – avec un passeport – on peut passer du sud au nord sans difficulté au point de passage de la rue Ledra. La fin de journée du samedi 10 mai et le dimanche permettront la visite de Nicosie sud (en particulier les remparts) et Nicosie Nord (Mosquée Selimiye), sans oublier un excellent repas « mezze chypriote grec » chez Zanettos.

Lundi 12 mai :  direction zone Nord (Famagouste et … plage). après un premier arrêt « café » à Büyük Han, ancien caravansérail d’architecture ottomane abritant aujourd’hui cafés et boutiques, nous sortons de la ville par la porte de Girne et nous dirigeons vers  la côte est par une route à 4 voies avec toutefois une faible circulation.

photo 4 ----1332 0 P1000770Nous décidons de chercher un hébergement « à la plage » au nord de Famagouste. Après une brève visite du monastère de Saint Barnabé (un des rares monuments orthodoxes du nord ayant échappé au pillage grâce à sa transformation en musée), nous nous installons à « Kocareis Holiday Village », dans un bungalow à 50 m du sable. Nous y resterons 4 nuits, le temps de profiter de la plage mais aussi de visiter Famagouste (Gazimagusa) à 12 km au sud : (remparts, nombreuses églises et mosquées  dont Lala Mustafa Pasha (cathédrale Saint-Nicolas) construite à partir de 1330 et transformée en mosquée en 1571) et les ruines romaines de Salamine (à 4 km au sud).

                                                        Lala Mustafa Pasha (cathédrale Saint-Nicolas)

 Vendredi 16 : retour à Larnaca, le trajet au départ de Salamine semble un peu compliqué, il faut trouver par des petites routes le point de passage en zone sud. Evidemment aucun panneau indicateur pour la zone sud ! Nous nous égarons un peu et aurons deux bonnes surprises. Ne trouvant pas notre direction, nous voyons arriver un cyclo (il sont rares dans l’île !). C’est un professeur de l’université de Famagouste qui aura la gentillesse de nous accompagner une dizaine de kilomètres pour nous mettre sur la bonne route. La seconde, lors d’un bref arrêt au dernier village de la zone nord, un couple de commerçants en électroménager nous invitera à prendre un café et à déguster les premières pêches de la saison.

Nous franchissons la ligne verte à Pyla. Pyla est le seul village  de l’île (situé dans la zone tampon,  contrôlé par l’ONU)  où cohabitent Grecs et Turcs. Symboliquement nous irons manger un kebab à la taverne turque et boire un café chypriote grec. Nous rejoignons notre hôtel à Larnaca par une des rares pistes cyclable de l’île où nous arrivons assez tôt pour avoir le temps de faire un tour à la plage.

Notre dernière journée à Chypre (samedi 17 mai) sera consacrée à la visite de l’aqueduc Kamares (ottoman), un dernier tour de la ville, une séance de plage et  l’emballage des vélos.

Retour  Larnaca – Francfort – Lyon sans imprévus le dimanche 18.

Chypre, une destination pour cyclotouristes ?

Les points forts : tout d’abord une variété de paysages alternant  bords de mer et montagnes, un accueil sympathique tant chez les Grecs que chez les Turcs, une richesse touristique exceptionnelle due à la succession de diverses civilisations (avec un mention spéciale pour les églises byzantines qui sous une architecture modeste abritent à l’intérieur une richesse picturale extraordinaire),   une mer chaude propice au bain début mai.

Les points faibles : Parfois des difficultés à trouver de petites routes  … et pour un chasseur de cols, l’impossibilité (à l’exception du col du Troodos) de trouver un nom pour les cols franchis.

 

Diaporama PICASAWEB (336 photos)

 

Share

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Max

    Bonjour,

    Je viens de lire votre article sur Chypre avec intérêt, car nous y allons au mois de septembre (15/09) et nous y restons jusqu’à fin octobre.
    Nous allons faire grosso modo la même chose que vous en alliant vélo, visites, pauses, baignades, ….
    La seule différence est que nous avons un enfant de 5 ans, d’où mes questions :
    – Est-il facile de trouver un taxi (pour Larnaca centre qui puisse emmener 3 vélos?
    – Ou alors peut-on louer un break ?

    Dit d’une autre manière, comment avez vous fait ?

    Merci, en tout cas pour votre compte rendu.

    Max

    1. Gérard Galland

      Merci du commentaire.

      Nos (2) vélos étaient démontés et emballés dans des housses. Nous n’avons eu aucun problème à l’aller (depuis l’aéroport) comme au retour (depuis l’hôtel au centre ville à Larnaca) pour trouver un taxi. Une suggestion : demander conseil à l’hôtel où vous aller séjourner à l’arrivée, les Chypriotes sont en général très serviables.
      Aucune expérience de location de voiture à Chypre, mais c’est une pratique courante.

      Bon séjour à Chypre, c’est vraiment un pays sympa.

      Gérard Galland

  2. Claire

    Merci pour cette présentation, qui confirme notre envie d’aller à Chypre.
    Nous envisageons donc un voyage qui ressemble au votre avec déplacement en VTT et visite d’églises, de villages… en avril
    Etes vous partis avec vos vélos et si oui par quelle compagnie?
    Avez vous tout organisé avant ou seulement au fur et à mesure de votre séjour et comment avez vous trouvé les hébergements?
    J’ai trouvé des vols avec de longues attentes à Athènes (nous partirons de Paris car nous habitons en Touraine).
    J’ai déjà récupéré des documents envoyé par l’office du tourisme avec des cartes mais peut o, en trouver des plus précises?
    Merci pour tout
    Claire

    1. Gérard Galland

      Merci du commentaire.
      Bon voyage à Chypre, c’est une bonne destination pour qui aime combiner vélo, tourisme et détente.
      Pour les vélos nous avons utilisé nos randonneuses « route » avec des pneus un peu larges compte tenu du chargement (nous n’avons pratiquement roulé que sur des routes goudronnées).
      Nous avons voyagé avec Lufthansa : Lyon-Frankfort-Larnaca (avec modifications et escale à Athènes …compte tenu des incidents météo à l’aller).
      Nous avons transporté nos vélos emballés dans des housses (voir diapo 328). Il faut le signaler quand on réserve le billet et payer (50 ou 55 euros par vélo pour l’aller et autant pour le retour).
      Nous n’avions réservé l’hôtel qu’à Larnaca (Les Palmiers Beach Hôtel – diapos 9). Nos étapes n’étaient pas fixées à l’avance, nous avons ensuite improvisé (camping le premier jour, chez l’habitant le deuxième puis hôtels). Pour Nicosie nous avons réservé le matin au départ de Pedoulas
      En plus des cartes de l’office du tourisme nous avions une carte IGN et une carte Freytag et Berndt (toutes 2 au 1/200 000).
      Bonne route.

      Anne-Marie et Gérard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*