«

»

Déc 29

Une classique : La Molière (29 décembre 2016)

texte et photos : Jean-Pierre Guiga

Ah! Encore un mail de la partie obscure des CTG. Ceux qui ne pédalent plus… ceux qui marchent sous la houlette de leur Gourou Pierre, le jeudi de surcroît.
Mais, tiens ! Je suis en vacances, il fait beau, il n’y a pas de neige, j’ai fait du vélo hier, c’est Claire qui gère la sortie, alors pourquoi ne pas y aller plutôt que de mariner encore une journée dans la pollution ?

-5 °C, ce matin à Grenoble, il faut s’habiller! Rendez-vous à Bachelard. On remplit une seule voiture… En fait à Engins, on se retrouve 18 marcheurs du CTG (16 et deux invitées de la patronne). Ce qui fait un ratio exact de deux femmes pour un homme*. Elle est pas belle la vie ? Après quelques centaines de mètres, nous voilà déjà dans le soleil, puis au bout de 10 minutes on bout. L’inversion des températures. Et habillés comme on est parti ce matin il faut en enlever des couches! La montée jusqu’à la Molière est agréable, au soleil, avec la vue sur la Chartreuse et Belledonne, et…, la pollution de la cuvette. Le sentier de terre fait place à des lapiaz, puis on débouche rapidement sur l’alpage, devant une petite cabane. C’est l’heure du pique-nique. Apéro collectif, gâteaux, préparés avec soin, café, thé chaud… c’est parfait. Là, Francis découvre que la grosse montagne blanche en face de lui est le …. Mont-Blanc !!

Mais, il y a le refuge un peu plus loin et certains vont chercher un café. Le problème c’est qu’on n’est pas tout seul et on s’assoit sur le banc au soleil pour engloutir le breuvage. Retour pour rejoindre le groupe, mais c’est bien plus loin que pour venir ! Merci à ceux qui ont attendu les buveurs de café.

C’est reparti, direction Nord vers les pistes de fond de la Sure. Et ça papotte et ça papotte, et… la patronne de la sortie manque la bifurcation à droite pour retourner au point de départ… Alors là, Maurice prend son GPS en main avec Alpine Quest, la meilleure appli du monde de la Terre et on chemine dans les résineux et les hêtres sur les lapiaz et les plaques de neige gelée et bien glissantes parfois. On se retrouve au-dessus des chalets de Sornin et le panneau indique encore 55 ‘ pour revenir à Engins et c’est déjà trois heures!

Le chemin part plein Ouest en suivant la ligne de côte puis ça remonte encore! Ensuite c’est la descente tout le long parfois bien penchée au moins à 22% qui fait mal sur les cuisses juste en dessus des genoux, vous voyez?

Finalement, une très belle journée hors pollution, avec un beau soleil sans nuages, parfait!

* il faut noter ici, la remarque très dubitative (les mots sont pesés) de Léa sur la capacité du moment d’Albert concernant le sujet. Mais nous n’irons pas plus loin…

visionner le diaporama

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »