«

»

Oct 31

Séjour Toussaint 2017 à Orpierre – Deuxième jour

 Des alpagas dans les Baronnies

Les Baronnies ne sont pas les Andes, et pourtant. Pourtant nous y avons croisé un troupeau d’une grosse vingtaine d’alpagas. Des alpagas, non ! Mais si ! Des alpagas, tout blancs, tout doux. C’était à la sortie de Villefranche Le Château après le col de Mévouillon (830 m). Lamas, alpagas ? La confusion était possible. Mais Gérard Galland, le grand spécialiste des camélidés, a éclairé notre lanterne. « Prenez un mouton, étirez lui le cou, c’est un alpaga, ensuite étirez les pattes de la créature, c’est un lama. »
Maintenant, instruits de ces subtilités anatomiques, nous avons poursuivi notre route vers Eygalayes et le col Saint-Jean (1158 m). Le gros de la troupe choisissant la montée via Izon La Bruisse et le col de Muse (1210 m) ; le reste, soit quatre cyclos, ayant opté pour la voie directe par la nécropole nationale, monument en hommage à quarante résistants du maquis du Ventoux fusillés par les nazis en février 1944. Au sommet nous y attendait un vent contraire, violent et glacial. De quoi nous pousser à rallier au plus vite l’hôtel à dix kilomètres de là où nous savions trouver chaleur et confort. L’occasion de vanter Le Céans, la qualité de l’hébergement, de sa cuisine et de son personnel. Si le séjour est réussi c’est aussi grâce à lui.
La journée a débuté à 9h30. Le groupe de dix-sept, renforcé par Maurice et Claire, s’est élancé à l’assaut du col de Perty (1302 m), le point le plus élevé du parcours. Les 600 mètres de dénivelé passèrent inaperçus vu la diversité des panoramas de la Drôme provençale. De là nous nous sommes laissés glisser sur le versant ouest pendant une vingtaine de kilomètres jusqu’à Saint-Auban/l’Ouvèze à travers des paysages d’une grande beauté. Là, nous avons sorti le casse-croûte. D’aucuns ont nourri leur ventre mais aussi leur curiosité. Ils ont pu lire, sur les murs de l’endroit, comme dans un livre d’Histoire, les hauts faits des illustres familles locales, les Pape, les Lachaud… certaines étant apparentées à la Maison de Hanovre. Bref une journée qui a concilié cyclisme et culture de la plus harmonieuse des façons.

PS : un diaporama sera mis en ligne de retour à Grenoble.

Share

(1 commentaire)

  1. jf

    Est ce que Gérard saurait nous dire si le fait de se faire alpaguer, aurait un lien avec cet animal au long cou?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*