Le col de Sarenne : 1999 m ou 2009 m

Gérard Galland et Christian Jeandey.

 

Un groupe de CTG au col de Sarenne (2018)

Situé dans le massif des Grandes Rousses,
le Col de Sarenne(FR-38-1999)
met en relation l’Alpe d’Huez et la vallée du Ferrand (Clavans en Haut-Oisans).

Hydrographie :

De part et d’autre s’écoulent deux affluents de la Romanche : le Ferrand qui se jette dans la Romanche en aval du barrage du Chambon et le ruisseau Nou, confluant avec la Sarenne, en dessous du col (altitude 1826 m). La Sarenne prend sa source au glacier de Sarenne situé au nord du col et bien connu des skieurs de l’Alpe d’Huez, elle se jette dans la Romanche à La Paute, en aval de Bourg-d’Oisans.

Accès, historique :

Pour connaître l’histoire de la construction de la route du Col de Sarenne, nous avons interrogé la Mairie de l’Alpe d’Huez.

Frédérik TANE nous a adressé la réponse suivante : « La construction de la route entre Alpe d’Huez et le col de Sarenne est concomitante de la construction du célèbre tunnel (piste noire ouverte en 1964 en dessous du Pic Blanc).  C’est d’ailleurs la même société qui a construit cette portion de route et le tunnel : la société iséroise Vigne. A l’époque la route passait par le site archéologique de Brandes.
En 1967, le départ ne passe plus par Brandes mais légèrement en amont grâce à la construction de la route de l’altiport. Cette même année, la route est prolongée entre le Col de Sarenne et le lieu-dit Le Perron dans la vallée du Ferrand (un gros rocher protège une maison des avalanches). On doit les travaux réalisés en 1967 à l’entreprise Pegaz & Pugeat qui réalise également la piste de bobsleigh de l’Alpe d’Huez (championnat du monde de 1967 et JO de 1968).
La portion de la route entre le Perron et le Chambon existait déjà au préalable.
Merci de citer le nom de M. Robert Hustache, mémoire vive de l’Alpe d’Huez, dans votre article.  Il m’a communiqué des renseignements précieux pour vous répondre. »

Quand la route donnant accès au col de  Sarenne a-t’elle été revêtue ?
Cette information a été difficile à obtenir. Nous savions qu’en 1980 et 1982 pour le second et troisième BRO (voir plus loin) le parcours comportait 10 km de route en terre, et pour y être repassé (photos ci-dessous)  que la route était revêtue sur les 2 versants en 2008.

Les centcollistes nous ont apportés les informations suivantes :

  •  En 1985 coté oriental, et après Clavans la route n’était pas complètement revêtue (f)
  • C’est dans l’additif de 1989 (page 61) que le col de Sarenne est passé en col routier (CV) sans précision de versant. Il a donc sans doute été bitumé en 1988 (g)
  • Le col est indiqué Routier dans le Chauvot (format livre) édition 1994 (d).

 

Accès actuel

La route et les gorges de la Sarenne

 

 

A l’ouest, au départ de Bourg d’Oisans la D211, en 13,8 km à 7,9 % de moyenne et 21 lacets conduit à l’Alpe d’Huez (1800 m), d’où la RD25A (également nommée Route du Col de Sarenne), conduit, en passant par les gorges de la Sarenne, au col en 8,3 km.

 

 

La route versant Clavans

 

 

Au sud-est, l’accès se fait, en 13 km, depuis la RD1091, auniveau du barrage du Chambon (altitude 1050m), par la RD25 (puis 25A) qui passe par Mizoën, Clavans le Bas et Clavans en Haut-Oisans).

 

 

 

 

Profil du Col de Sarenne : de Bourg d’Oisans au Barrage du Chambon (Openrunner)

Accès au col de Sarenne : variantes cyclomuletières pour chasseurs de cols

Pour les amateurs de cyclo-muletiers, il est possible d’accéder au col de Sarenne au départ d’Auris en Oisans. La piste commence peu avant la Chapelle St-Giraud (altitude 1527 mm) en direction de Cluy ;  en 3,5 km on atteint le Col de Cluy (FR-38-1801) (cotation R1), d’où l’on redescend en 1 km dans les gorges de la Sarenne (altitude 1720 environ) que l’on remonte pendant 2 km pour rejoindre  la RD25A à l’altitude 1826 m, à 2 km du Col de Sarenne.

Le chasseur de cols, attiré par un « plus de 2000 », pourra à partir du Col de Cluy aller visiter le Col de Grange Pellorce (FR-38-2076) (cotation S2-3). De mémoire, on pourra rouler 1 km jusqu’à la Cabane du Perchon (vers 1830 m), puis il faudra marcher 1,7 km à la montée en passant en dessous des Grandes Buffes, pour atteindre le col, puis marcher encore 1,5 km à la descente pour rejoindre la RD25A, vers l’altitude 1850 m.

Altitude :      

Selon les cyclos

Il est répertorié à  1999 m par le Club des 100 cols (FR-38-1999), et ceci depuis l’édition du premier catalogue (Le Chauvot) en 1981 dans lequel il figurait avec la référence 38-215 et la cotation « R ».

Selon les cartes disponibles

Notre président des CTG Jules Arnaud, (créateur du BRO en 1980) plaide depuis la création dudit BRO pour considérer le Col de Sarenne comme « un 2000 », il vient d’en apporter une preuve avec des copies de cartes IGN de 1974 (1/50 000) et 1977 (1/100 000) qui indiquent 2009 m.

Par ailleurs, la carte Michelin n°77 au 1/200 000, édition 1980, indique également une altitude de 2009. (Celles de 1989-1992 indiquent 1989 m et celles de 1993 et postérieures 1999 m).

Le col aurait été raboté lorsque la route a été revêtue (a).

Carte IGN au 1/50 000, édition 1974

Carte Michelin n°77 au 1/200 000, édition 1980

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Col de Sarenne a fait l’objet de nombreux articles dans la littérature des chasseurs de cols, il est décrit avec une altitude à 2009, avec piste (1).

Sur la base de ces anciennes cartes, certains centcolistes avaient inscrit le Col de Sarenne comme « 2000 », les plus sourcilleux l’ont, depuis, retiré de leur liste (b).

Son altitude à 1 m en dessous du seuil symbolique de 2000 m, a entraîné une certaine frustration des cyclos. Certains sont partis avec une carte indiquant 2009 et sont arrivés au col et ont trouvé une pancarte indiquant 1999 m (2). Cette frustration a entraîné l’écriture d’un article – très humoristique, certes – appelant au boycott du col de Sarenne… (3)

A quoi se rapporte la côte 2009  ?

La thèse du rabotage de la route est contestée ; il aurait fallu raboter de 10 m mais il n’y a pas de tranchée (c). Le point indiqué 2009 sur les cartes anciennes se rapporterait à l’altitude du mini-sommet situé sur le sentier à 135 m au sud du col et à l’altitude de 2008 m sur la carte actuelle (c).

L’altitude de 2008 m, qui est parfois attribuée à ce col, est celle de la barre rocheuse au sud-est (elle offre d’ailleurs un très beau point de vue sur Clavans et la vallée du Ferrand, près de 800 m plus bas !) (4)

Peut-on faire vraiment confiance aux nouvelles cartes de l’IGN ?

La question a été posée aux experts du Club des Cent Cols par le truchement de son réseau social.
Épargnons nous les suggestions facétieuses de certains, comme celle de monter une expédition avec le matériel adapté (bouteilles), d’autres arguant qu’un trop grand nombre (de bouteilles) nuiraient à la qualité de la mesure proposeront de ne mettre dans les sacoches que celles millésimées an 2000.

  • La réponse fournie par Graham Cutting (d) du Club des Cent Cols est la suivante:

« Sans rentrer dans une comparaison technique des modèles altimétriques différents on sait que tous ces « DEMs » (dont Google Earth) disponibles au grand public ont des écarts de précision verticale de plusieurs mètres et ne peuvent en aucun cas rivaliser avec la précision d’un géomètre sur place. Les LIDARs professionnels (payants) ou les outils des militaires sont sans doute plus précis.
Ce que l’on peut constater est que le point identifié dans le Chauvot n’est peut-être pas le point le plus haut de la route. Cette altitude semble être atteinte 100m au sud vers l’entrée des chalets.

Les outils différents donnent les altitudes suivantes :

BDALTI 1993m (1999m un peu au S)
Google Earth 2000m (2004m un peu au S)
SRTM3 (void-filled) 1986m
SRTM 1 1988m
Aster GDEM V2 1991m

 La moyenne de ces mesures est de 1994 m (GE étant le plus « optimiste ») et même si l’on « gratte » quelques mètres de plus sur la route le faisceau d’indices semble indiquer un point inférieur à 2000m.

Ou au moins pas d’erreur grossière dans notre catalogue de la France ».

  • Réponse de François Beauducel (d) de l’IPGP (Institut de Physique du Globe)

« À ma connaissance, les altitudes indiquées par Google Earth sont celles du SRTM, c’est-à-dire avec une erreur de ±16 mètres en moyenne sur la base de données, sans doute un peu moins dans les zones bien dégagées et plates, mais plurimétriques sans aucun doute. L’indication de la source satellite (type Landsat) correspond à l’image visuelle.
 En revanche l’IGN fait des mesures au sol, beaucoup plus précises, pour ses cartes, par nivellement et/ou GPS différentiel au sol, ce qui amène à une précision décimétrique voire centimétrique.
Personnellement je dirais que si le col est à 1999 m, le corps du cycliste est en bonne partie à 2000 !

 Moralité faisons confiance à l’IGN.
Pour ceux qui voudraient approfondir le sujet de la géodésie moderne et avoir une idée du matériel nécessaire pour atteindre une précision de l’ordre du centimètre (5) et aussi un aperçu de son rôle primordial en climatologie (6) ».

 

Cyclotourisme

Le BRO, est passé pour la première fois au Col de Sarenne en 1980, à l’occasion de sa 2éme édition, avant de monter à la Bérarde (460 participants et escorte de la gendarmerie nationale) … Le col n’était pas revêtu côté Clavans [a].

Le BRO a été crée par Jules Arnaud en 1978 le parcours partait le 2 juillet de Grenoble (bar de l’anneau de vitesse), passait par le Col Luitel, puis la Morte, le col d’Ornon, Bourg d’Oisans, et aller-retour pour pointer à la gare du téléphérique de l’alpe d’Huez (ravito), puis retour à Grenoble (190 km et 4000 m d’élévation). 250 participants. Vidéo du premier BRO.

Note GG : J’ai participé au premier BRO avec Bernard Perrin qui, au retour, à Séchilienne, a préféré escalader le Luitel pour rentrer à Grenoble plutôt que de passer par Vizille et Uriage !

Depuis, tous les 2 ans, les années paires, une version du BRO emprunte le Col de Sarenne.

Pour le BRA (tous les 2 ans, années impaires), une variante dite « Super BRA » propose d’inclure le Col de Sarenne dans le parcours. Pour l’édition 2019, (départ de Bourg d’Oisans), le col était escaladé à la descente du Lautaret, ce qui faisait un parcours de 201 km et 5310 m de dénivelé.

Cyclisme

En 2013, le Critérium du Dauphiné puis le tour de France ont emprunté le col de Sarenne après l’ascension de l’Alpe d’Huez.

 Le passage du Tour par le col de Sarenne a provoqué la vive réaction d’écologistes locaux critiquant le passage à proximité d’une zone soumise à un arrêté préfectoral de protection de biotope et la menace potentielle sur l’habitat naturel d’un passage d’une épreuve aussi grande que le Tour de France.

Malgré les protestations et les oppositions, le parcours fut maintenu tel quel, avec cependant des aménagements spéciaux : la caravane du Tour dut s’arrêter au premier passage à l’Alpe d’Huez et des aménagements spéciaux furent établis dans la zone du col pour limiter au maximum l’impact écologique (interdiction des camping-cars, réduction du bruit et de la vitesse, panneaux d’avertissement concernant le caractère naturel du site…) (7).

Le refuge du Col de Sarenne

Le refuge en 2008.

 

Le refuge a été construit en 2003, il était situé à gauche en arrivant au Col depuis l’Alpe d’Huez.

Il a été ravagé par un incendie le 27 décembre 2016 (voir l’article de Jules A. sur ce site : 8).

 

 

 

Merci pour leur contributions à :

(a) Diverses communications personnelles, Jules Arnaud,
(b) Réseau social CCC, Courriel de Didier Remond,
(c) Réseau social CCC, Courriel de Denis Chouquet-Stringer,
(d) Réseau social CCC, Courriels de Graham Cutting,
(e) Courriel de François Beauducel.
(f) Réseau social CCC, Courriel de C. Bastidon (CCC 55)
(g) Réseau social CCC, Courriel de Dominique Joly

Références, publications :

(1) Joëlle et Philippe Giraudin, « Variantes en Oisans », Revue Club des 100, Cols N° 12 Page 28, 1984.
(2) An. « Qui a raboté le col de Sarennes ? » Revue Club des 100 Cols, N° 18 Page 18, 1990.
(3) Robert Jonac « Boycottons Sarenne » Revue Club des 100 Cols, N° 18 Page 19, 1990.
(4) Réné Poty « Du bon usage de la carte » Revue Club des 100 Cols N° 27 Page 62, 1999.
(5) Géodésie moderne https://www.research-collection.ethz.ch/handle/20.500.11850/11522
(6) Anny Cazenave « La terre une planète pas comme les autres » https://public.weconext.eu/academie-sciences/2018-06-26/video_id_000/index.html
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/18e_%C3%A9tape_du_Tour_de_France_2013
(8) http://cyclotourisme-grenoble-ctg.org/CTG/serie-noire-sur-la-route-du-bra-le-feu-au-col-de-sarenne/

 

Share

Coronavirus : Nouvelle Attestation de déplacement . Réponses aux questions 23 Mars 19h00

Amis du CTG je reçois ce matin des questions concernant le déplacement en vélo .

Il faut savoir : Nous pouvons faire des déplacements brefs, à proximité du domicile,liés à l’activité physique individuelle des personnes ,à l’exclusion de toute pratique sportive collective .

Numéro vert Urgence 0800130000

Attestation-deplacement-fr-20200324

Ou en ligne par smartphone .

Restez au courant réponses aux questions lundi 23 Mars 19h00.

 

Share

Virus covid-19… Le Comité Directeur des CTG communique

Information gouvernementale sur le CORONAVIRUS   https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus
Solidaires de l’action gouvernementale dans la lutte contre la propagation de la pandémie COVID 19, les cyclotouristes Grenoblois mettent en sommeil leurs rassemblements et leurs réunions hebdomadaires jusqu’à nouvel ordre. 
L’acte 3 décrété ce samedi 14 mars à 20 h  porte un plan d’interdiction en vigueur jusqu’au 15 avril …..( pour le moment) :
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041722917&categorieLien=id
Il va de soi que la 6 ème édition de la randonnée « dans les vignobles du Grésivaudan » au départ de Montbonnot St Martin qui devait avoir lieu le samedi 28 mars , est annulée et  non reportée .
Toutefois, confiants dans la solidarité de tous les acteurs du mouvement sportif, à suivre les directives de nos fédérations , et à l’immense tâche accomplie par le corps médical Français, nous espérons toutes et tous un retour à la normale d’ici fin avril ou mi mai ….
Si la peur fait vendre, la raison nous permet d’espérer…..et nous mettons tout en oeuvre pour la préparation d’une 22 ème édition du Brevet des Randonneurs de l’Oisans, dimanche 21 juin au départ de ALLEMOND ( Isère)
Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage .
Bien cordialement
le comité directeur des CTG

Voir aussi articles du 4 Mars .

Share

Superbe Tour d’Avallon le jeudi 12 mars 2020

Article et photos de Daniel et Jean-Paul

C’est le nom que Daniel avait donné à cette sortie organisée le jeudi 12 mars.
La Tour d’Avallon.
En effet, c’était le principal attrait de la journée.

« Inscrite au titre des Monuments Historiques depuis 1992, cette tour a été construite en 1895 par les Pères Chartreux sur les ruines du donjon de l’ancien château médiéval de la famille Wallon-Romestang d’Avalon, présente dès l’an 1000. Composée de trois niveaux et d’une terrasse couronnée de mâchicoulis, elle est construite en pierres de taille et en moellons de calcaire. Le troisième niveau est généreusement éclairé par des baies cintrées. Au sud, la Tour est flanquée d’une chapelle de style néo-byzantin dédiée à Saint Hugues, illustre Chartreux devenu évêque de Lincoln (Angleterre) au XIIIe siècle… » lire la suite sur le site de la Fondation du Patrimoine

Et nous ne fûmes pas déçus, tant par la beauté de notre vallée du Grésivaudan en vue panoramique depuis la Tour, et l’intérêt de ces multiples petites routes tranquilles en balcon.
Pour ma part, je ne connaissais pas cette jonction directe entre Pontcharra et Le Moutaret, sans passer par Détrier,  mais par Saint Maximin, ni le hameau de Pelanne à découvrir au-dessus de Goncelin.

C’est d’autant plus agréable quand la météo s’en mêle pour nous offrir un soleil magnifique, propice à « prendre du bon temps » et  de belles photos que vous retrouverez dans le diaporama.
La douceur semble revenue ; l’hiver aurait-il disparu sans crier gare ?

Cette belle région n’a plus de secret pour Daniel, initiateur et animateur de ce magnifique parcours de 64 kilomètres pour 960m de dénivelé.
Il a bien voulu nous le résumer en quelques lignes :
16 participants, 7 dames (presque la parité), 1 nouveau adhérent

‘’ La montée vers le Moutaret passe par la Tour d’Avallon si l’on prend les chemins de traverse…évidemment pas les plus courts !
Après avoir traversé le hameau de la Combe, un petit raidillon, annoncé à 10% pour ne pas effrayer les moins entrainés, mais avec une petit passage à 15 nous conduit au pied de la Tour. Superbe point de vue sur une des plus belles vallées de France.

On traverse ensuite le village du vieux St Maximin pour arriver au Moutaret de cette manière originale. C’est là que l’on décide d’allonger le parcours (bravo à tous, vous êtes en forme) pour aller pique-niquer au bord du lac St Clair. Reste la petite montée d’Arvillard où l’on peut prendre le café.

A l’entrée de Goncelin, le groupe se divise et quelques-uns partent vers le hameau de Pelanne. Belle petite route le long d’un ruisseau, passage inconnu de la quasi-totalité du groupe ! »

Le train des CTG est passé

 

Share

Iles de Moirans – dimanche 8 mars 2020

En cette journée internationale des femmes, j’ai concocté un parcours aux petits oignons vers les iles de Moirans et les coteaux tullinois.

Nous sommes donc 17 à prendre le départ du barrage de St Egrève sous un vent aussi froid qu’imprévu. Malgré un soleil bien présent et un vent favorable nous ne parvenons guère à nous réchauffer au long des 19 km qui nous séparent du point de rendez-vous de St Quentin. Mais le vent est tombé et la joie de retrouver un renfort de 5 éléments supplémentaires nous réchauffe (le cœur). Donc 22 en tout dont 11 dames : la parité est respectée

Mais quelques kilomètres sur le ruban d’asphalte de la petite route nous conduisant à Tullins et nous voici confronté à la « difficulté » majeure de la journée : un bon raidard à 13-14% sur une distance assez courte mais bien suffisant pour éprouver notre corps et notre esprit encore peu familiarisé avec ce type de pente en début de saison !

Devant ce « kilomètre vertical », Dan renonce mais nous rejoindra plus tard en empruntant un itinéraire connu de lui seul et qui lui permettra même de nous devancer, en compagnie de sa Cloclo.

Encore une bonne petite côte avant Chantesse et nous atteignons notre point culminant. Notre-Dame de l’Osier accueille nos agapes et c’est donc avec la bénédiction de la vierge qui veille sur la basilique que notre pèlerinage s’achève.

A peine de temps de se refroidir dans la descente, et nous voici à Vinay où un bar bien sympa reçoit notre visite inattendue mais bienvenue. Quelques routes au cheminement incertain entre voie ferré et noyers, et nous plongeons sur St Gervais et son célèbre port (si, si !) avant de retrouver la piste cyclable que nous ne quitterons plus jusqu’à l’arrivée.

Nous disons au revoir à nos amis de St Quentin et filons à bonne allure pour clore ce parcours varié et plaisant en cet hiver qui lorgne déjà fortement sur le printemps.

Share

Une belle collaboration entre les CTG, l’USEP et l’Ecole du Verderet à Grenoble

Une belle collaboration se met en place entre les Cyclotouristes Grenoblois, l’USEP et l’école du Verderet, dans le cadre du projet  départemental Vélo Citoyen, initié par l’USEP 38 depuis une quinzaine d’années.
L’USEP (Union sportive de l’Enseignement Primaire) c’est l’organisme officiel de l’Education Nationale, seul habilité à organiser des rencontres sportives entre les établissements scolaires.

Cette année 2020, 40 classes du département se sont inscrites à cette activité, déployée en 2 temps pour chaque classe :
– une journée où l’on roule à vélo pour rejoindre une autre classe
– une journée dans l’école où l’on accueille une autre classe, pour offrir un buffet et présenter une animation au choix sur le vaste thème de la citoyenneté
Une « chaîne citoyenne » se forme donc, en plusieurs boucles locales et une journée de clôture est organisée fin juin au sein du Conseil Départemental de l’Isère, au cours de laquelle les classes présentent leur « message citoyen ».
Les messages citoyens de toutes les classes participantes sont regroupés, édités en fascicules et offerts à chaque élève.
plus d’informations sur le site de l’USEP

Parmi ces 40 classes, l’école du Verderet (une des écoles du Village Olympique de Grenoble) a inscrit 3 classes, pour la première fois.
Le souci, c’est qu’il leur a été très difficile, de trouver des parents pour encadrer les groupes d’élèves lors des entraînements et des sorties officielles du programme Vélo Citoyen.

Face à cette pénurie, le club des Cyclotouristes Grenoblois a été sollicité par l’USEP pour fournir des encadrants bénévoles.
Ainsi, 9 CTG se sont spontanément proposés pour que ce projet se passe dans les meilleures conditions.

Ils sont tous diplômés par leur Fédération (FF Vélo) comme animateurs, initiateurs ou moniteurs ; titulaires du PSC1 (formation secourisme premiers secours) et récemment agréés par l’Education Nationale, conformément à la Convention signée entre la FFCT (maintenant FF Vélo), l’USEP, l’UNSS, l’Education Nationale et le ministère de la ville, de la jeunesse et des sports, le 1er février 2017
https://ffvelo.fr/wp-content/uploads/2017/02/partenariat-education-nationale.pdf
https://cache.media.eduscol.education.fr/file/sport/34/5/Convention_CYCLOTOURISME_2017-2021_signee_722345.pdf

Une belle équipe que l’on retrouvera donc sur les routes et chemins de l’Isère durant le mois de Mai.
– une classe roulera le jeudi 7 mai pour rendre visite à une classe de Moirans
– une classe roulera le vendredi 15 mai pour rendre visite à une classe de Jarrie
– une classe roulera le mardi 26 mai pour rendre visite à une classe de Sassenage

Auparavant, ces 9 CTG auront apporté leur aide à la préparation des sorties, grâce à la mise en place d’ateliers dans l’école et de sorties de proximité, sous la responsabilité des enseignants des 3 classes.
Nous vous tiendrons informés de ce projet au fur et à mesure de son évolution.

Jean-Paul Flahaut

L’école du Verderet – Village Olympique à Grenoble

Share

Après la soupe à l’oignon… les ravioles du Royans !

Décidément, les randonnées FF Vélo du début de saison sont gastronomiques…

on s’inscrit… les CTG ont une liste !

La crainte du mauvais temps ayant freiné les ardeurs la semaine dernière à Goncelin, le retour du soleil dans le bas Grésivaudan et dans la région en général a donné des fourmis dans les jambes des nombreux participants, répartis sur les 3 circuits proposés et adaptés à la forme du moment.
– 83 km et 970 m de dénivelé
– 62 km et 600 m de dénivelé
– 41 km et 360 m de dénivelé
Des parcours variés sur de petites routes peu fréquentées et de quoi satisfaire notre curiosité culturelle et touristique : villages traditionnels, abbayes, chapelles …

Peu après le départ, une petite route surplombe La Sône et l’Isère

D’abord bravo pour la précision. Le 83 km faisait exactement 83 km ! Pareil pour le dénivelé.
Et puis, parlons du fléchage, impeccable et intelligemment placé avant et après chaque changement de direction aux carrefours.
Un bon signalement aussi des espaces présentant une dangerosité particulière.
C’est très confortable de se laisser guider de cette façon.

L’accueil est toujours au top. Des sourires et un bon café pour nous réchauffer au départ. Très utile lors de matinées frisquettes, comme ce fut le cas pendant quelques kilomètres. Les ravitos bien fournis. Le thé apparemment a remporté un franc succès.

Merci à nos amis du Club cyclo de Saint-Romans !

Les 40 Cyclotouristes Grenoblois présents (dont 18 féminines) ont semble-t-il apprécié cette nouvelle édition. Chacun a pu choisir son parcours, parfois en grappes, parfois en solitaire, ce qui donne l’occasion de faire de nouvelles connaissances ou de retrouver d’anciennes.

un groupe de CTG prêts au départ

Une photo d’un groupe de CTG au départ, et une belle tablée à l’arrivée, où chacun a pu conter ses exploits ou ses difficultés (ah ce vent du nord ! terrible parfois !)

La prochaine rando FFVélo programmée sur notre calendrier est la rando des Dix Communes le 14 mars, organisée par les Cyclos de Voiron. (normal pour un week-end électoral !) puis celle des Ecureuils, organisée par l’ALEC d’Echirolles.
Donc fini pour l’instant les « randos d’appellation gastronomique » quoique l’accueil sera sûrement aussi de qualité, nous n’en doutons pas !

Les photos du diaporama sont de Fernand et Jean-Paul

on s'inscrit

 

Share

Une stratégie face à un constat : La pratique du vélo grimpe en Isère.

                                                                    Lire la suite :

Share

Information Codep 38 le Coronavirus.

Pour vous rassurer et savoir que faire contre ce virus si inquiétant, le Codep 38 vous donne des informations

                                                                                                               Voir document.

Utilisation des masques.

Points de situation questions réponses.

Les services de l’état en Isère.

Share

Collines du Sud Grenoblois .

Au départ hôpital Sud

Gérard prend la photo de début de saison

Une fois de plus il ne fallait pas écouter les prévisions météorologiques, et se rendre pour 12h30 à l’hôpital Sud, pour participer à la deuxième sortie club de cette nouvelle saison 2020.
Nous sommes six au départ, Gérard et Anne-Marie nous rattrapent rapidement et nous voilà huit CTG sur la route.
Les dames commencent comme en 2019 puisqu’elles sont 5 donc largement majoritaires !
C’est notre ami Jacques qui cet hiver a préparé le parcours.
Ce parcours en fait nous fait rouler sur les traces de notre organisation que nous proposions encore en 2013 juste après les oignons nommée Collines et Châteaux, qui maintenant a changé de versant, et qui est devenue (les Vignobles du Grésivaudan)

que nous proposons le samedi 28 Mars 2020.

Un passage au golf de Bresson est obligatoire

Nous roulerons sans pluie, et un vent beaucoup moins violent que la journée d’hier aux oignons.
La chance était avec nous, car vers 16 heures en arrivant à la porte du garage la pluie arriva aussi.
Encore une fois nous avons passé un agréable moment avec le CTG.
FC

Share

Lire plus

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)