«

»

Sep 13

le tour de l’Epine

le belvédère du col de l’Epine

L’ami Daniel CATTIN qui a confectionné près de 80 % de nos parcours de la saison 2018, nous a recommandé pour ce dimanche 9 septembre de faire le tour de la montagne de l’ Epine, ce massif montagneux Savoyard qui forme (avec le Mont du Chat au nord )  une barrière à l’ouest du bassin Chambérien .

Contrit par le département de l’Ain au nord vers Yenne et le Dauphiné au sud est vers les Echelles, les plaines fertiles de ce coin de Savoie, sont aussi dénommées « avant pays Savoyard ».

Nous sommes 13 au rendez vous à 9 h à St Laurent du pont…et pour éviter tout malheur, même si nous n’y avons pas vu un seul chat noir , nous ferons 1 groupe de 8 et 1 de 5.

Nous roulons toutefois de concert sur la 1 ère dizaine de km, puis à St Christophe sur Guiers le groupe de 5 vivra son dimanche paisiblement en allant faire le tour du lac d’Aiguebellette .

Le groupe de 8 ( 6 h et 2 f ) s’attaquera à la côte sévère de Loridon , puis après avoir longé la rive est du lac  vers Nances, affronteront sous un chaud soleil de midi le col de l’Epine ( alt 950 m) . Malgré une pente allant de 8 à 9 %, la montée fut agréable avec de belles vues  sur les eaux turquoise du lac d’Aiguebellette, et au sommet une belle récompense de nos efforts nous attendait avec un superbe belvédère sur le lac du Bourget et Aix les Bains pour le pique nique.

J.P rêve d’avoir des élèves aussi attentifs et sages que ces ânes

La suite du parcours fut tout aussi attrayante, sur une petite route et 1 km de piste format « gravel » du côté de Pierre Rouge, route parallèle à la d 1006, qui venant de Vimines débouche au col de Couz .

Pour la fin de l’histoire, je vous parlerai de la voie Sarde de St Christophe la Grotte , que certains ne connaissaient pas, bien qu’elle soit là depuis des millénaires !

Avant la percée des tunnels; Chat, l’Epine , St Christophe, le principal axe de communication entre Lyon et Chambéry se faisait depuis l’antiquité par la faille entre Dauphiné et Savoie par les Echelles et St Christophe la Grotte .

Le roi Charles Emmanuel II fis construire cette rampe entre 1667 et 1670 qui remplaça le passage rocheux qui a donné son nom à la commune des Echelles.

Avant sa construction, les charrois étaient déchargés et transportés à dos d’hommes dans les gorges et les passages rocheux étaient équipés d’ échelles , puis les marchandises étaient rechargées sur les charriots , fournissant ainsi un travail pour les habitants des Echelles.

Avant son rattachement à la France en 1860, la Savoie faisait partie du royaume de Piemont-Sardaigne , d’ ou le nom de voie Sarde pour ce passage.

Bilan de la journée: 86 km et 1500 m de d+ et un grand bol d’air. Le bonheur était dans l’ Epine.

10′ de marche sur la voie Sarde

cette voie s’élève à plusieurs dizaines de mètres au dessus de la vallée et les plots disposés contre la murette étaient destinés à caler les chariots tentés de reculer lors des arrêts

monument à la gloire de Charles Emmanuel II

le bonheur était dans l’ Epine ! ( pas celle du pneu )

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »