Le journal de mamie Paulette : 21 août 1942

sommaire du journal

La Ferté-Bernard – Bonnétable – Marolles lès Brault = 35 km      total = 1064 km

Départ de l’hôtel. Nous partons par la poste déposer notre paquet et 1 carte. A la sortie un monsieur est là à qui nous nous adressons pour demander Notre-Dame des Marais qui est juste devant nous. Nous causons un peu avec lui de notre randonnée. A son avis nous devons bien manger à Bonnétable, peut-être même à … la Mare Pineau, juste à l’entrée de la forêt. Nous avons très peu de kilomètres à faire et ce matin nous avons pris notre petit déjeuner dans notre chambre : pain beurré et miel, à l’hôtel : café au lait entier (lait merveilleux)

Cependant sur la route qui monte légèrement, Jeannine sent brusquement qu’elle qu’elle ne peut plus monter. Nous nous asseyons sur le rebord du chemin et mangeons chacune un fromage de chèvre.
Cette fois la côte nous paraît moins dure et nous repartons gaillardement. Nous entrons toujours dans les fermes et nous obtenons 6 oeufs en 2 fois.

A la Mare Pineau, tout juste composée de 5 maisons, nous ne trouvons pas à déjeuner. A Aulaines, près de Bonnétable, nous achetons le plus mauvais pain de tout notre voyage. Enfin il est 11h passées quand nous entrons dans Bonnétable. Presque tout de suite, derrière l’église, nous trouvons un restaurant catégorie D. Cela nous suffit car là, nous n’aurons pas honte de sortir la fillette de crème qu’une fermière nous a remplie ce matin. D’ailleurs cette brave dame ne s’était pas contentée de nous vendre crème et oeufs, comme elle mettait des poires en conserve elle nous en avait offert une belle petite quantité que les deux affamées que nous étions ont dévoré en cours de route !

Déjeuner : 1 melon / foie et coeur aux carottes et pommes de terre / 1 fromage (+ notre crème) des fruits

le tout arrosé d’eau car il n’y a que de la limonade. Jamais nous n’avons tant mangé à si bon marché.
Nous avons de la peine à nous lever de table et ce n’est qu’à 2h que nous reprenons le chemin de Marolles.
Nous n’avons pas à visiter Bonnétable puisque nous l’avons fait avant le repas, en profitant même pour acheter 1 kg de poires afin d’attendre le déjeuner.

Le temps devient gris, aussi nous roulons assez rapidement vers Marolles où nous rentrons sans pluie. La maison Lefeuvre est fermée à cadenas et nous allons voir Mme Jarry qui travaille chez une couturière. Elle nous donne tout de suite les clés de la maison afin que nous rangions nos vélos et mettions nos robes.

Nous ressortons avec notre mallette et notre bouteille, vides : nous avons l’intention de les remplir toutes deux. Mme Jarry  bous déclare que nous ne trouverons sûrement pas d’hôtel. C’est exact mais cela ne nous inquiète plus. Comme elle ne nous attend plus que le soir,  nous partons sur la route de Bonnétable faire nos provisions.

Impossible de rien trouver. Nous marchons ainsi jusqu’à la 1ère ferme où nous avions vu arracher le chanvre.
Il pleuvaille légèrement et nous revenons vers Marolles.
Nous passons chez Marette où nous faisons tous nos achats, regrettant bien de ne pouvoir mieux faire. Jeannine admire des rayons qui ne sont pas vides, chose bien rare en ces temps.

Nous dînons le soir avec M et Mme Jarry et nous savons que nous y logerons

Soupe oseille et tapioca et crème / oeuf à la coque /  salade à la crème/ fromage / mirabelles

Nous bavardons. M Jarry nous parle d’emmener 2 douzaines d’oeufs à Paris, en plus de nos autres provisions.
Nous nous couchons dans une couette où nous aurons bien chaud.

Santé : parfaite
Temps : incertain le soir

 

Share
Translate »