Revenir à Le journal de mamie Paulette

Le journal de mamie Paulette : 20 avril 1943

retour au sommaire

Paris – Saint-Chéron – Voves = 103,5 km      total = 103,5 km

Départ de Paris à 9h moins le quart.
Jusqu’à Longjumeau c’est la route d’Orsay que nous connaissons : piste cyclable excellente. Le vélo de Jacques roule bien et je m’apprends à mettre le pied dans une pédale.
A Longjumeau nous profitons de ce que le route est mauvaise pour manger un casse-croûte.

Nous remarquons que Longjumeau est dans un creux.
Il nous faut donc grimper pour poursuivre notre route vers Arpajon. Tout le long du chemin, jardins maraîchers, petites cultures.
A partir d’Arpajon le panorama change, il est bien joli. Nous surplombons à gauche une vallée. A droite collines boisées. Tout est vert tendre.

Arrêt à  12h exactement à Saint-Chéron pour le déjeuner :

sprats au vin blanc / colin au beurre + ail / purée de pomme de terre / confitures de fraises

A 1h nous reprenons la route sans avoir fait arranger mon nu-pied gauche et sans avoir pu trouver une carte postale. Jusqu’à Dourdan la route continue aussi agréable.

Puis c’est le début de la Beauce, mais d’une Beauce verte, plus reposante à l’oeil que les chaumes brûlés de l’été.
A Ablis arrêt dans une poste d’où nous envoyons un télégramme à Madame Badaire. Toujours impossible de trouver une carte postale. Il commence à faire bien chaud (il est 3h) et le bras gauche de Jeannine rougit.

Nous pédalons toujours régulièrement et facilement grâce au vent qui nous pousse et nous arrivons à 6h à Voves.
Nous tombons sur l’unique hôtel du pays, pas très joli, rustique, mais propre et nous y trouvons un lit.
Nous sortons, propres, à la recherche de cartes postales et trouvons d’horribles chromos.
Nous rentrons chez nous, écrivons nos cartes en attendant l’heure du dîner : 8h. En réalité c’est à 8h1/2 que nous commençons :

soupe, lait et pommes de terre / flageolets verts / épinards / fromage

Remontées dans notre chambre nous assistons au déménagement d’un de nos lits et nous couchons presque immédiatement.

Temps : très chaud
Santé : fesses endolories – coups de soleil
Oublis : Jeannine a pu desserrer la selle du vélo et maintenant c’est déjà plus facile pour rouler.

Share
Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)