«

»

Juil 01

LE Galibier nécessairement

Le col du Galibier est le col le plus fréquenté de France, par les cyclistes (et motocyclistes ) après le Mont Ventoux.

Il est distant de Grenoble d’environ une centaine de km, mais en partant du barrage du Chambon, en un peu plus de 30 km et 1600 m d’élévation, un cyclo en bonne santé en viendra à bout …

Ce fut l’option prise par 23 CTG ( dont 8 féminines) en ce beau jeudi 28 juin. La marche d’approche peu pentue, permet un échauffement et offre des points de vues sur les falaises qui supportent le plateau d’ Emparis, mais aussi sur les pics de la Meije ( 3983 m ) et ses glaciers .

Au passage à la Grave, jour de marché le jeudi, nous pouvons acquérir pour le pique nique des produits locaux et déguster le génépi .

 

Plus nous montons…. plus nous nous élevons et plus c’est beau . Devant une telle splendeur  de la nature, nous devenons alors  insensible à la fatigue….et toutes et tous atteindront le sommet sur le coup de midi ( alt 2642 m) , malgré un vent du nord assez agressif dans le dernier km .

Il est très difficile  de décrire l’ambiance qui règne dans cette ascension du Galibier depuis le col du Lauraret 8 km plus bas …il faut la vivre en direct au moins une fois dans sa vie de cyclo !  Ce jeudi et le beau temps aidant, nous ne sommes pas seuls. Nous sommes doublés par de jeunes gens en VAE, qui nous passent en moulinant à la vitesse de Chris Froome, puis s’arrêtent pour boire un coup et nous repassent quelques hectomètres plus loin.  Les groupes s’interpellent ( pour ceux qui peuvent encore parler ) en Italien, en Espagnol, en Anglais. Que peuvent ils bien se raconter ? Un cyclo Anglais tout en embonpoint, vélo costaud et panier avant avec son chien dedans  est à la peine. Au sommet il rouspetera parce que je ne m’écarte pas assez vite de la stèle ou il a juché son cabot ( emmailloté dans un tricot à pois rouges idem le maillot à pois  du meilleur grimpeur dans le tour de France ), qui lui aussi m’aboie dessus car la photo ne vient pas assez vite !

Pour parfaire le tableau de l’ hystérie ( certainement provoquée par l’ivresse des cimes ) , alors que nous nous regroupons avec les derniers CTG arrivés, un peloton de grosses cylindrées ( Mercèdes, Ferrari, Lanborghini, Porsche etc… ) arrivant du côté Mauriennais du col, franchissent le col sans même un regard sur la montagne , et se jettent bruyamment dans la descente en direction de Briançon  ( ils faisaient le tour des alpes d’après la sérigraphie des véhicules numérotés ).

Compte tenu de la fraicheur ressentie sous le vent au sommet du Galibier, nous avons pique niqué en terrasse au col du Lautaret , et un petit groupe à bien voulu me suivre pour admirer la Meije depuis la chapelle de VENTELON , avant un retour rapidement effectué vers le lac du Chambon.

Le Galibier est unique, et nous y reviendrons sans réticence dès que possible, sans attendre le BRA 2019 !

 

il faisait son 1 er Galibier

 

à la chapelle de Ventelon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »