«

»

Juil 03

Le Galibier, encore !

Joseph VICIER, master France ski de fond

Une belle participation des Cyclotouristes Grenoblois venus en nombre ce jeudi pour « l’escalade » d’un des plus fameux col de France : Le Galibier.  Environ 20 personnes dont 8 féminines. Le parcours prévu est de 40km environ avec  un dénivelé de 1500m car le rendez vous du départ cyclo est donné au barrage du Chambon.  Là on est déjà à 1000m d’altitude. Deux personnes, des locaux viendront tout de même à vélo depuis Bourg d’Oisans.

Personnellement je n’avais auparavant jamais fait l’ascension du Lautaret ni du Galibier par ce coté et j’étais tout excité à cette idée et je me faisais à l’idée que ça allait être difficile.

La journée s’annonce très belle mais il fait frais ce matin là ou le soleil n’est pas encore présent. On aimerait bien passer par la voie en rive gauche de la Romanche pour être bien « tranquille », cette route a servi lorsque la route principale rive droite était coupée pour des raisons d’affaissement de terrain. Hélas cette voie est  fermée pour cause de travaux. On reste donc sur la route principale avec les voitures et les camions.

Heureusement le trafic est assez faible. La montée est assez douce, on fait un 1er arrêt à La Grave pour boire, manger un peu et resserrer le groupe. Ensuite on attaque des tunnels et certains ne sont pas très plaisants par l’éclairage et la largeur de la route. On traverse Villar d’Arêne et on se retrouve dans les pentes qui mènent au col du Lautaret. La pente reste assez douce, on est rarement au dessus de 7%. On atteint le col vers 11h, 2058m d’altitude, on commence à en ressentir les effets. Le paysage est déjà bien dénudé, on est entouré par des prairies, des montagnes superbes et  des beaux glaciers.

André porte fièrement le maillot BRA

Alors, on tourne à gauche pour ne pas descendre sur Briançon et on prend cette route mythique, large, belle, très dégagée, le paysage est splendide, incroyable !  Et cette pente qui reste bien modeste, souvent comprise entre 4 et 6%, … du plaisir, du plaisir. Huit kilomètres à avaler, le soleil est bien là mais les névés sont aussi bien présents au bord de la route, c’est parfois vertigineux. Tout ça donne à cette sortie ce caractère exceptionnel. Les choses se compliquent avec le dernier km sous le col du Galibier : la pente devient très raide et il faut garder le sourire pour montrer aux photographes paparazzis qu’on maitrise toujours …  Et en haut, à 2645m on décroche le graal … une sensation d’être en haute montagne,  une vue magnifique sur la Meije et ses voisines le Pic Gaspard et le Pavé, toutes les trois dépassent les 3800m. Plus loin c’est la Barre des Écrins qui se dresse du haut de ses 4100m. On en prend plein les mirettes !

Et le retour ?  ppfffffff  facile !  Suffit de freiner.  Et pour profiter encore plus du paysage, Jules propose de  prendre la route en direction de la Chapelle Ventelon, une montée de 2km avant La Grave qui offre une vue royale sur la Meije et son glacier tout juste en face !

Jo Vicier

Gabrielle

Hassina

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la plus belle montagne du monde

 

 

 

 

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »