«

»

Juil 03

La vallée de Combeau et le col de Grimone

 5bcbc2e6adc6ac9dfb690a3edcb64ab2_M

Cette sortie, organisée par Pierre qui en assura également l’assistance véhiculée, promettait déjà sur le papier de figurer dans les annales. Avec une option longue de plus de 2000m de dénivelée et un passage par la vallée de Combeau, elle a attiré 25 CTG dont 7 représentantes de la CCTFG (Confédération des CycloTouristes Féminines de Grenoble). Si on ajoute une météo exceptionnelle, on obtient une très très belle journée.

Nous avions rendez-vous à la gare de Clelles, à la fraiche, pour gravir le col de Prayé dans des conditions plus favorables que celles que nous avions connues un mois auparavant, à l’occasion du Week-end à Valcroissant. Cette première formalité accomplie, les pentes plus douces du col de Menée furent avalées avec gourmandise en profitant du paysage et de la petite brise qui nous accompagnait. A près le regroupement d’usage, il ne nous restait plus qu’une petite descente avant de profiter de la pleinement de la petite route de la vallée de Combeau, et des vues impressionnantes de son rocher à la découpe si particulière, que tous nos photographes n’ont eu de cesse de fixer sous toutes ses faces, dans la belle lumière de ce milieu de matinée.

Arrivé au bout de l’asphalte, il a fallu à certains se faire grande violence, pour ne pas prolonger sur la piste pastorale cette escapade, afin de profiter une centaine de mètres plus haut, de la vue imprenable sur le plateau du Vercors que nous vantait André sans retenue. Mais la route était encore longue, et nous sommes tous repartis en direction de Glandage où nous avions décidé de pique-niquer, sur les tables ombragées disposées à cet effet sur le bord de la route à l’entrée du village.

Cette pause casse croûte fut l’occasion d’une rencontre insolite avec une artiste photographe belge, installée depuis 16 ans à Glandage, et également tenancière d’un gîte dand lequel nous avons pu prendre notre dose de caféine avant d’attaquer le col de Grimone, dans lequel, au début surtout, la chaleur fut un adversaire aussi redoutable que les lacets.

Le retour sur Clelles par le col de la Croix Haute et la Nationale restait ensuite la voie la plus rapide, et fut en tant que telle choisie par la plupart des organismes un peu fatigués, mais un dernier détour par les petites routes du Triève n’a pas manqué de séduire les inconditionnels du vélo vert.

Encore une sortie à mettre sans aucun doute au catalogue club. Peu d’entre nous avaient déjà pratiqué cet itinéraire en vélo, merci Pierre, tu n’as décidément pas fini de nous étonner …

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »