En descendant dans le Diois…. dimanche 13 octobre 2019

texte : Daniel Cattin et Patrick Lacheau
photos : Daniel, Patrick, Jules, Jean-Paul

de belles couleurs en montant le col de Grimone

Au CTG, il y a des rituels. Par exemple, la sortie car dans le Diois à l’automne.

Et comme le titre de cet article le précise, c’est un parcours globalement descendant qui était proposé… du col de la Croix haute à 1175m, nous avons rejoint Saillans ou Die aux environs de 300m. Voilà un parcours qui doit être plus difficile dans le sens inverse !

Mais cela a fait beaucoup de bien à nos jambes un peu lasses en cette fin de saison !!

Au col de la Croix Haute, 37 CTG (dont 13 dames) s’élancent pour 3 kms sur la nationale 75 avec une température exceptionnellement douce.

Le vent nous complique un peu l’ascension du col de Grimone, mais la descente est vraiment sympa. Petit arrêt à Glandage, village un peu perdu où se trouve néanmoins l’auberge du Colombier, une bonne adresse… On laisse de côté le Collet pourtant accessible à plat par une belle piste.

Le défilé du Charan est un passage remarquable que l’on n’a pas souvent l’occasion de parcourir en descente. On en profite au maximum !

Suivent les gorges du Gats, un peu fraiches, avant de s’engouffrer dans un tunnel qui effraie un petit groupe que nous retrouverons au pique-nique.

L’éclairage de ce tunnel long de 900m est sommaire, quelques lampes sur les côtés nous permettent néanmoins de distinguer la route, même si on ne devine pas forcément le pourcentage aux alentours de 10%.

De toute façon, nous avons suivi les recommandations de Fernand, qui avec Nicole, sont les grands absents de cette belle journée : gilet jaune, éclairage avant et arrière…

Ce tunnel a été achevé en 1997, à la suite de la catastrophe qui a isolé le village de Boulc. C’était le 11 janvier 1994. La route a été noyée par 10 millions de mètres cubes d’eau drainant terres et roches sur le tronçon qui reliait les habitants des hameaux à la vallée et n’a pas résisté à la masse d’eau.

C’est aussi pour désenclaver le village que la piste du col de Miscon a été goudronnée ! Pour notre plus grand bonheur, (enfin, c’est selon) mais l‘entretien de cette route continue et passe par un gravillonnage conséquent. Heureusement, le travail n’était pas terminé pour notre descente !

Les 2 derniers kms du col ne sont pas faciles, quelques CTG passent en mode « rando pédestre » dans un lacet bien pentu, difficulté aggravée par les gravillons.

au col de Miscon

Regroupement général au sommet, Bravo. Le bus nous attend au Clap, près du « saut de la Drôme », où nous pouvons nous restaurer. Ce spectaculaire éboulement de rochers dans la rivière s’est produit en 1442… https://fr.wikipedia.org/wiki/Luc-en-Diois

                                  

Nous sommes nombreux et il faut bien 2 bars à Luc en Diois pour prendre le café avant de se séparer pour les 2 parcours proposés. Patrick se charge du « petit » au milieu des vignobles, voici ses impressions :

<< Le « petit parcours » n’aligne pas moins de 4 cols dont la plupart, quoique dûment répertoriés par « les Cents Cols » sont plutôt symboliques à l’exception du col de Reychasset profilant ses 10% au milieu des vignobles de Clairette. Nous sommes donc une petite dizaine à profiter de ces belles routes, poussés par un vent favorable et chassant à bon compte, ces cols sans efforts. Martine partie derrière notre serre file, ne nous rattrapera jamais malgré un arrêt d’une bonne vingtaine de minutes dans le village de Luzerand où les plus anciens se reposent sur un banc qui leur est dédié !

Arrivés au car vers 15h, nous aurons ensuite tout loisir de déguster la clairette qui nous attends à la cave. >>

au col de Pennes

Votre serviteur conduit le groupe du grand parcours vers le col de Pennes au pourcentage modéré (5 à 7 %), heureusement pour lui… en plus, petit arrêt à mi pente pour informer Patrick que Martine s’est trompée de groupe. Quelques conseils d’itinéraire au téléphone et elle a dû terminer en solo. Bravo à elle.

Magnifique ascension, sublimée par les belles couleurs d’automne. A nouveau un sympathique regroupement au sommet avec les encouragements sans retenue des premiers pour les derniers avec en apothéose un sprint royal entre Sergio et le Doc.  Beau moment de convivialité.

Daniel, organisateur de cette belle sortie

Quelques vautours (fauves, nous précise Dominique) se dirigent vers le rocher du Caire près de Rémuzat (pas loin, à vol de vautour). Quant à nous, la descente vers la Roanne est vraiment très sympa en passant par Aucelon, sans doute une des plus belles routes du Diois.

L’arrivée à Saillans, à la cave Raspail, permet à quelques-uns de faire le plein. Alors que notre serre fil Jacques (que l’on remercie une fois de plus) arrive en compagnie de Chantal, volontaire, et qui a bien noté les suggestions de tenue conseillée en optant pour un jaune fluo du plus bel effet…

Après un faux départ du bus (André avait oublié de monter), la rentrée se fait dans la bonne humeur.

Belle journée ensoleillée où l’on a parcouru 85 kms et 1250m de D+ , et pour être précis, 2100m de D- , le petit parcours se contentant de 65 kms, 900m de D+ et 1650m de D- ….

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)