Drôme des Collines en petit comité

Ce samedi 20 mai 2017, nous étions cinq CTG à n’être pas en partance pour l’Italie. Mes quatre camarades acceptent de faire un parcours orienté Patrimoine. Dès le départ, nous pouvons remarquer l’ancienne église romane qui abrite le Musée d’Art Sacré de Mours.

Puis quelques kilomètres plus loin le monastère de Triors : l’abbaye Notre-Dame de Triors renoue avec un long passé monastique : en 1984, quatorze moines bénédictins de Fontgombault répondent à l’invitation qui leur est faite de s’établir dans le château de Triors construit au XVII° siècle par Charles de Lionne de Lesseins, abbé commendataire de Saint-Calais non loin de Solesmes.


Au moment d’attaquer les collines, le temps est encore un peu incertain mais arrivés à Montmirail, nous sentons que c’est gagné pour la journée.


Bernard, natif de Parnans, évoque ses souvenirs d’enfance à notre grand plaisir, mais cinquante ans après, ses suggestions nécessitent une mise à jour :
– à Saint-Christophe-et-le-Laris, le curé qui bénissait les vélos n’est plus en activité,
– à Saint Bonnet de Valclérieux, le restaurant qui servait des écrevisses réputées a fermé. Heureusement que nous avions notre panier repas !
Après un pique-nique et un petit café à Montchenu, nous continuons vers Saint Avit. Le groupe accepte ma suggestion de couper par un chemin boueux, au sortir duquel les vélos sont un peu sales, sauf celui d’Albert qui a préféré porter sa monture. Du coup, ce sont ses chaussures qui doivent être nettoyées.
La suite du parcours devient plus patrimoniale. A Bathernay, l’église du XIe siècle et son prieuré transformé aujourd’hui en chambre d’hôtes forment un ensemble impressionnant et finalement assez peu connu. Nous avons la chance de trouver l’église ouverte.


La tour de Ratières est une tour carolingienne inscrite monument historique par arrêté du 21 octobre 1926. Les fouilles, menées en 1993, à l’occasion d’importantes rénovations, ont permis de confirmer l’existence d’une occupation antérieure au donjon, peut-être un château à motte. La tour appartient à une personne privée et ne se visite pas, car des travaux sont en cours.
A Arthémonay, l’église romane du XIe siècle a un clocher massif aux baies géminées. On trouve en principe des boiseries dans le chœur, mais ce jour là c’est fermé. Elle a été inscrite monument historique par arrêté du 13 juillet 1926.


Concentrés comme nous étions sur toutes nos merveilles patrimoniales, nous n’avons pas vu passer les 80 kms du parcours et leurs 1 370 m de dénivelé.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)