Dimanche 12 mai, fais ce qu’il te plaît !

photo : http://velo-isere.over-blog.com

Ecrit par Jean-Pierre Guiga

Pas de sortie prévue dans la bible cétégienne si on n’est pas en « vacances à l’année » et en vadrouille sacoches. Ou bien si les 200 kms d’Alain ne sont pas vraiment dans notre registre… Donc y faut se débrouiller sur place et saisir sa chance… car la météo de ces 15 derniers jours a laissé très très peu de fenêtres pour sortir à vélo. Voire aucune si on bosse la semaine. Et ce dimanche, il ne neige pas !

Il ne pleut pas… certes mais il va falloir s’habiller ! 8°C à l’abri en haut du col de Porte, avec un vent du Nord glacial (en ressenti, il ne reste pas grand-chose) et encore beaucoup de nuages qui cachent un soleil de mois de mai qui pourrait vite nous réchauffer, mais…  La route du Charmant Son est encore enneigée, il y a des gros névés sur le côté de la route et la Scia est toute blanche.

Bon, on y va quand même, et il faut bien choisir dans quel endroit on va avec ce vent. Agnès, Laurent, Nicolas et moi-même nous retrouvons Porte de France à 10 h (ça permet de dormir un peu). Départ pour le col de Porte par Clémencière et Sarcenas. Tout à l’abri du vent si on excepte un ou deux endroits à découvert et le sommet.

Arrêt au restau du col, qui nous autorise à sortir les sandwiches à l’intérieur, parce qu’en terrasse, on oublie. Il faut coucher les vélos par terre pour qu’ils ne soient pas chahutés par le vent. Laurent nous montre sa cassette de 36 dents qui lui a permis avec son plateau de 28 de hisser sa grande carcasse en haut et d’arriver sans qu’on l’attende au casse-croûte.

Après manger, il faut repartir dans le froid et face au vent. Et heureusement que ça descend parce que les rafales sont fortes à nous freiner violemment ou à nous déplacer sur la route ; on se croirait au Ventoux par Mistral ! Jusqu’à St Laurent(s)(y en a 2) on en prend plein les trous de nez, mais, en descente, ça roule.

Ensuite, dès qu’on reprend la route de la Placette, là ça roule fort ! le vent nous fera gagner des watts et rouler 5-6 km/h de plus sans efforts. Une montée de la Placette record et un retour piste cyclable à plus trente en caressant simplement les pédales.

Arrivée 15h, 80 km et 1500m de dénivellation, douché à 16h pour voir l’arrivée du Giro et stade 2.

Share

(3 commentaires)

    • FRANCIS LARRIBE on 16/05/2019 at 14:10
    • Répondre

    Eh, oui, dimanche ça soufflait fort. Et il ne faisait pas chaud. Nous avons expérimenté ça avec Alain Perroud sur le 200km (en fait le 246 km) qui était au programme de la « Bible cétégienne ». Nous aussi nous étions deux, lui et moi. ET comme vous on s’est régalé.

  1. Sortie bien sympathique, ni trop rapide, ni trop lente
    Merci

    • LAURENT Agnès on 12/05/2019 at 21:27
    • Répondre

    Bien que la formulation du mail de JP incitait peu à participer à la sortie, ce dernier a été bienveillant avec les lambins, Laurent et moi.
    Cette rando, bien que frisquette, a été très agréable.
    Merci aux garçons.
    Agnès L.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Le site des Cyclotouristes Grenoblois (CTG)