«

»

Mai 24

Deux beaux cols : Arzelier et les Deux le jeudi 24 mai 2019

Au départ de Vif, la température est clémente à 9h30, contrairement aux matinées précédentes, plutôt fraîches, ce qui présage une belle journée propice au super programme annoncé par Pierre ce jeudi 24 mai, comportant 3 belles côtes : Arzelier, col des Deux et montée entre Saint Guillaume et le Vernay. Le tout dans un paysage de rêve, où le vert, le jaune et quelques traces de blanc se côtoient pour le plus grand plaisir des yeux…

20 CTG (en parfaite parité, une nouvelle fois !) ont répondu à cet appel et n’ont pas été déçus.

Les « jaune et bleu » montent tranquillement jusqu’à Saint Barthélémy du Gua, premier point de rassemblement. L’attente nous permet d’admirer la magnifique fontaine ornée de pavots ce qui donne des idées à certains pour trouver un moyen de rouler plus vite… mais rassurez-vous, tout le monde roule « propre » au CTG !
La pente s’accentue progressivement jusqu’à Prélenfrey où le faux-plat montant redonne des forces pour atteindre le col de l’Arzelier. Tant bien que mal pour certains, victimes d’incidents mécaniques, coincement de chaîne…

Après la descente du col, nous rejoignons Saint-Andéol où nos estomacs commencent à être en demande.

On serait bien restés de longs moments pour profiter du soleil et de notre aire de pique-nique *** (pas **** car les amateurs de café ont dû s’en passer…)

Il restait à gravir le fameux col des Deux et ses forts pourcentages sur la fin : 14% ? 15% ? 16% ? ou plus ? ou moins ? selon nos marqueurs plus ou moins fiables…
Allez, on le dit : plusieurs l’ont terminé à pied, mais pas de honte à ça, il faut se ménager pour durer !

rencontre inter-clubs au col des Deux

Le col des Deux, c’est un haut-lieu de rencontre ! Outre les CTG, nous avons rencontré des cyclos de l’ASTA, de Seyssinet, de Fontaine… et des Bourcats de Bourg d’Oisans, qui ne savaient pas qu’ils roulaient dans le même secteur! On se croisait dans tous les sens.

La descente sur Saint-Guillaume reposa nos organismes éprouvés, sauf Philippe qui dut réparer une crevaison après celle de Carole dans la montée du col des Deux.
Ouf ! La maxime « jamais deux sans trois » est fausse pour nous aujourd’hui.

rencontre de Bourcats au col des Deux

Certains croyaient que la descente allait continuer jusqu’à Vif. Et bien non ! Il fallait reprendre encore 200m de dénivellée pour atteindre le col de Vernay pour enfin plonger sur Saint Barthélémy et Vif.

60 km et 1400m de dénivellée.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »