«

»

Mar 17

Des îles (de Mars) flottantes pour ce beau samedi printanier – 16 mars 2019

texte écrit par Jean-Pierre Guiga

la vidéo du petit parcours, par Patrick Lacheau
photo de Daniel Cattin

Une bien agréable sortie, ce samedi, avec un temps printanier qui donne envie de rouler le nez au vent. Il y a de la neige partout, tout autour, sur les montagnes, mais elle attendra pour des journées moins chaudes. Il a fait jusqu’à 20 degrés dans l’après-midi et les couches de vêtements enfilées le matin donnent chaud.

Parce qu’on est parti à 9h29 de la Porte de France et ça pinçait. Enfin, avec Didier on a attendu 9 h32 pour donner une chance au « retardataire » et on a bien fait puisque Luc est arrivé à 9h31 et 30″.

Donc la sortie à géométrie variable commence par la digue, tout au long de laquelle chacun a pu choisir son point de départ, St Egrève, Voreppe, St Quentin, si bien qu’à Voreppe on se retrouve une trentaine de CTG. Et là, en attendant les 10h15 pile écrites dans la bible, ce sont deux ou trois groupes de cyclistes encore plus nombreux que nous qui passent, et pas avec des maillots de club: un grand jour de vélo s’annonce.

On quitte la piste ccyclable à Moirans, on rejoint St Quentin et avec Didier on file monter Parménie, Izeaux, La Forteresse et Lachard. Le parcours « normal » c’est Polienas, Cras, Pierre Brune. Arrivés à St Gervais, on (Didier et votre serviteur) attend le groupe qui se pose pour pique-niquer au bord de l’Isère en face du restau… fermé le week end. Pourtant on voit une dame s’agiter devant et ouvrir les portes. On discute mais en vain. Et puis, sur le chemin du retour par la digue, pas de bistrot! Donc pas de cafés! Arrgh! Didier est vert…

Comme il fait grand beau Daniel a des fourmis dans les jambes et a envie de prolonger la balade. Donc option Montaud lorsqu’on arrive à St Quentin. On est 5 à se laisser convaincre mais on sait que c’est pas de la tarte! Hassina fera la fille avec André Didier Daniel et moi-même. Et!!! Miracle! La chance sourit aux audacieux! Sur la place de Montaud, le bistrot est ouvert!

Pendant qu’on boit notre café en terrasse, un monsieur déguisé en cycliste (tenue Saeco/Cannondale-Cippolini de la grande époque) nous aborde parce qu’il a entendu qu’on parlait vélo électrique. Très sympa, il vient de faire 80 bornes et il nous lâche qu’il a …. 80 printemps, et que …le vélo électrique c’est pour les… enfin, pas

pour lui!

Donc on arrête de parler vélo électrique et on se met au boulot direction Montaud. 6,5 km de grimpette quand même avec des 8-9 % fréquemment, enfin vous connaissez! On se fait doubler par des « jeunes » mais l’un d’eux coule une bielle devant nous. Il nous dit, en haut, s’être inscrit à la marmotte pour 116 euros et commencer seulement à se préparer. On essaie de lui vendre un BRA pour moins cher, on verra!

Dans la descente, il faut faire attention dans les parties où la route est mouillée, puis chacun regagne sa voiture garée le long de la piste cyclable. Avec Didier, on rentre à Gre, avec à côté de nous le bouchon sur l’autoroute. Et peut-être des CTG dans leur voiture qui nous voient passer ?!?

Arrivé à la maison, j’ai 116 km et 1350m de déniv au compteur. Je suis un peu rincé, mais une journée comme celle-là, fallait pas « gâcher ».

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »