«

»

Juil 25

Dans la fraicheur du Vercors – Dimanche 14 juillet 2013

Dans la Fraicheur du Vercors 2013

Laissant la touffeur de vallée derrière nous, c’est de Lans en Vercors qu’une majorité de CTG (8/9) décide de profiter de la fraicheur des plateaux du Vercors.

Il est neuf heures lorsque nous gravissons les pentes faciles du col de la Croix Perrin. La phase d’échauffement n’étant pas la même pour tous c’est en ordre dispersé que nous parvenons au sommet avant de plonger en direction d’Autrans. Peu avant nous empruntons une route peu connue mais très agréable en direction d’Eybertière puis de Villeneuve où nous retrouvons la route qui descend du tunnel du Mortier et qui nous ramène sur Autrans. Un détour finalement bien sympathique et apprécié de tous malgré son caractère « inutile » (mais n’en sommes nous pas les conquérants ?…).

La petite route des Gonnets nous amène au pied de la montée vers le Champ des Narces. Nous arrivons rapidement au Trou qui Souffle dont la fraicheur nous surprend au détour d’un virage. Un air glacé issu des entrailles du Vercors fait l’attrait de cette curiosité naturelle.

La route s’élève ensuite lentement jusqu’à 1400 m d’altitude en coupant les pistes de ski de Méaudre. Au sommet, une vaste clairière nous attend avec un choix de tables à pique-nique ensoleillées ou non. La vue s’étend au delà du col jusqu’au Grand Veymont encore partiellement enneigé. Une pause pique-nique nous permets de nous retrouver à 12 puisque Cloclo, Marie-do et Dan nous rejoignent après être partis une heure plus tard de Lans. Il fait vraiment bon en se dimanche de fête nationale et nous profitons largement du lieu avant de descendre vers Méaudre par une route dangereuse où nous croisons les Galland qui font de parcours en sens inverse, histoire d’être certains de nous rencontrer ! Le temps d’un instant, nous sommes donc 14 dans cette sortie.

Nous prenons le café à Autrans dans un bar qui a le bon goût d’être situé à côté d’une pâtisserie qui ouvre spécialement pour nous. Nous sommes en effet bien inspirés de prendre des forces car après les gorges du Méaudret où se pressent les pique-niqueurs du dimanche, nous affrontons la sévère montée vers Bois Barbu. Les 11% du départ nous semblent déjà pénibles mais ce n’est rien a côté des 23% du tronçon entre les Olivets et les Quatre Vents. Dan y a même chuté car le départ est barré d’un grand nid de poule gravillonné. Récompensé par le bassin accueillant du gîte au sommet ainsi que par la vue sur Villard de Lans, nous profitons d’une belle descente qui nous conduit à pied de la route de la Cote 2000. Un panneau indique 10% et c’est en effet le cas puisque nous prenons 150 m en 1,5 km.

La route s’élève ensuite jusqu’à la Croix des Glovettes, dernier « Grand Prix de la Montagne » du jour.

Longue pause au sommet car il fait à présent très chaud et le dénivelé cumulé avoisine les 1300 m. La descente piégeuse nous amène sur les hauteurs de Villard où une magnifique route en balcon permet de rejoindre celle de Lans par Le Peuil.

Nous arrivons au terme d’une belle randonnées de 65 km pour 1300 de dénivelé, juste à temps pour  savourer une mousse chez les Bianchin et assister à la victoire de Froom dans le Ventoux.

Diaporama

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »