«

»

Juin 21

BRA Club – 21 et 22 juin 2015

Les CTG réquisitionnés pour l’organisation le jour J, se retrouvent traditionnellement un mois avant pour reconnaître le parcours officiel de notre cyclomontagnarde. Cette année la saveur est particulière, suite à la prolongation tardive de la fermeture du tunnel du Chambon, la logistique est toute chamboulée et l’enchaînement des cols est inédit : une validation minutieuse de tout le dispositif était indispensable.

Il fallait bien 2 jours pour mener cette tâche et profiter pleinement du superbe parcours plan B concocté par notre président, et c’est à St Jean de Maurienne, étape du BAC, que Danie nous avait débusqué l’hébergement idéal pour les 22 CTG dont 6 dames qui avait choisi de faire partie de ce point fort de la vie du club cette année.

C’est donc entre 6h30 et 7h que nous sommes partis de Vizille en direction de Rochetaillée où quelques autres CTG s’étaient donnés rendez-vous pour monter le col du Glandon avec nous. Après une petite pause pâtisserie à Allemont, les choses sérieuses commencèrent avec les premières pentes soutenues qui mènent au Rivier, notre premier point de regroupement où quelques-uns d’entre nous nous attendaient déjà devant un petit café. Il fallait bien en effet un peu de caféine pour avaler le pourcentage des premières rampes de la nouvelle route mise en place il y a quelques années, en contrebas de l’éboulement qui avait emporté la précédente. Quelques coups de pédales plus loin, c’est au barrage de Grand’maison que nous attendait le fourgon de Marcel, signe d’un nouveau regroupement pour admirer la magie de nos alpages et glaciers de l’Oisans, et dégainer nos smartphones pour quelques prises de vues de moins en moins inédites.

DSC02929Une fois là, le col n’est plus très loin et les pentes sont moins fortes, si bien que le point culminant de notre journée fut vite atteint. Le chalet du col, à l’embranchement de la route de la Croix de Fer et à l’abri de la bise un peu fraîche, fut choisi comme lieu de pique-nique avant de plonger vers la Maurienne.

Il valait mieux se couvrir sérieusement pour la descente, au moins jusqu’à St Colomban, car le soleil fut taquin ce week-end, jouant fréquemment à cache-cache avec les nuages bien accrochés aux sommets et plus présents comme l’après-midi avançait.

Il nous a fallu attendre la vallée pour retrouver le soleil, la chaleur et nos débardeurs, et après la reconnaissance du ravito de Sainte Marie de Cuines nous avons pu prendre la direction des lacets de Montvernier, point fort du Tour de France 2015 … et du BRA du même millésime !

DSC02934

Ni très durs, ni très longs, ces lacets sont seulement magiques : rapprochés, verticaux les uns au dessus des autres, parfois taillés dans la roche, leur vision globale a quelque chose de spectaculaire qui se confirme quand on les enchaîne, à la montée comme à la descente … sans compter qu’on peut faire coucou ou un cliché plongeant des copains en dessous.

Le panneau du GPM placé un peu loin permet aux fanfarons de s’expliquer à la régulière avant de plonger sur St Jean, notre hôtel, et les préparatifs de la fête de la musique. Préparatifs significatifs qui nous suggèrent de changer nos plans et tous nous regrouper dans l’hôtel situé le plus à l’écart des festivités sonores qui s’annoncent.

Après une bonne(s) bière(s) au bar de l’hôtel, et une rapide reconnaissance des meilleurs spots de la soirée, le repas bien adapté à nos efforts du jour et du lendemain, servi par un personnel accueillant et un hôtelier plein d’humour a été bien apprécié par l’ensemble du groupe. Couche tôt ou petits fêtards, tout le monde a trouvé son compte dans la soirée que nous ont offert les groupes variés qui se sont succédés sur la dizaine de podium ou points de ralliement installés au hasard des rues du centre ville. A noter un groupe de 6 jeunes dont le répertoire de variété française mettait en valeur notamment Perret, Gainsbourg et Ferré, et un autre orienté rock-folk américain, tous deux de très bonne facture. Après une journée aussi bien remplie, je pense que pour la plupart d’entre nous la nuit fut calme …

Petit-déjeuner à 6h30 pour un départ une heure plus tard, telle était la consigne confirmée par le tavernier et respectée par tous. La table était comme la veille bien adaptée cyclo avec viennoiseries confitures, céréales et laitage à volonté, même qu’on aurait pu avoir charcuterie et fromage en plus si on avait voulu … Bravo Danie pour le choix de l’hôtel, c’était parfait.

Première difficulté de la journée : le col du Mollard par la combe des moulins et Gévoudaz, superbe route forestière de montagne, déserte en ce dimanche matin, dont la fraicheur nous offre les meilleures conditions pour cette ascension qui nous cueille au saut du lit, mais dont les premiers km sont relativement tranquilles et idéaux pour l’échauffement.

DSC02950

Le contrôle d’Albiez sera notre première pause de la journée pour découvrir le site sur lequel sera proposé le repas du BRA et un ravito pour la deuxième journée du BAC. Grandiose : la configuration des lieux, l’équipement et l’espace disponible, tout y est pour offrir aux participants un accueil digne des plus grands BRA. Après ce rapide tour d’horizon, direction le col 1 km plus loin, où nous attendent le fourgon et le reste de la troupe. Quelques fruits secs, des vêtements chauds et nous voilà reparti vers le pont de Belleville, carrefour avec la route de la Croix de Fer.

Mais attention : pour les futurs participants aux BRA et BAC 2015, contrairement à la direction indiquée par les panneaux routiers, bien prendre la D926 vers la droite en direction de St Jean, pour aller reprendre l’ascension par la route panoramique D80b, 1 km plus bas sur la gauche. Pensez-bien à vos gilets et lumières pour le tunnel, et ouvrez grand vos yeux : la vue sur les aiguilles d’Arves est normalement magnifique, sauf si comme pour nous, elles se cachent pudiquement dans un écrin de nuages. C’est à l’entrée de St Sorlin que le parcours retrouve la D926, et c’est aussi dans ce village que nous avons décidé de sortir nos casse-croûtes avant d’attaquer la dernière grosse difficulté du parcours.

DSC02958La sortie du villages est sérieuse : la rampe avoisine les 10% pendant quelques kms, que nous aurions mieux fait d’appréhender l’estomac moins rempli. Les derniers lacets sont moins raides, mais c’est néanmoins avec soulagement que nous découvrons le chalet du col signifiant la fin de nos efforts et le réussite de notre Brevet Alpin de Cyclotourisme. Après avoir pu admirer la bicyclette et la silhouette de Romain Bardet, arrivé synchro avec nous (mais parti lui à peine plus d’une heure plus tôt de St Jean de Maurienne), pour repérer sans doute la future étape du tour.

La halte suivante fut au Rivier d’Allemont où la terrasse du bar nous tendait les bras pour une dernière pause avant la descente vers Vizille.

Cette édition 2015 de notre BRA, certes amputée de son légendaire Galibier, fera sans aucun doute date dans les annales du club. La succession du Glandon, des lacets de Montvernier, du Mollard et de la Croix de Fer, avec ses 4400m de dénivelée en un peu moins de 200 km, est sans conteste une des plus jolie boucle qui puisse être proposée dans le secteur. Quoi qu’il en soit elle sera sans doute unique, et seuls les participants pourront dire : j’y étais …

Rendez-vous le 11 et 12 juillet prochain …

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »