«

»

Mai 10

Ascension 2016 2ème partie – 5 au 7 mai

Nous sommes une quarantaine à nous retrouver à Cajarc pour profiter des attraits du Quercy et du Rouergue entre Lot, Aveyron et Tarn-et-Garonne.

DSCN0024_R

Hotel La Ségalière

Bernard nous a trouvé cette année un établissement hôtelier de première classe dont la construction encouragée par George Pompidou fut stoppé à sa mort en 1974, ne compte que 20 chambres sur les 80 prévues initialement mais avec des communs dimensionnés pour 80. Nous sommes donc au large dans cet hôtel récemment refait où rien ne manque à notre bonheur de cyclos !

L’embonpoint du chef annonce également des repas qui se révèlent effectivement gastronomiques et pantagruéliques. Il viendra chaque soir nous les commenter afin de mieux nous en faire apprécier les subtilités.

Outre Pompidou Cajarc compte 2 autres célébrités : Françoise Sagan qui y est née et Coluche pour son sketch « le Schmilblick » et ses personnages Papy Mougeot et Moulino (aujourd’hui un restau).

DSC02945_R

St Cirq Lapopie

Le jeudi de l’ascension s’annonce radieux à la grande joie de tous et en particulier de ceux qui ont subi la bise glaciale de la première partie du séjour.

Au programme : descente de la vallée du lot vers St Cirq Lapopie puis cheminement sur le Chemin de Halage taillé dans la falaise avant de remonter la vallée du Célé. Le reste appartient aux adeptes des parcours plus longs et escarpés dont je ne suis pas aujourd’hui.

A peine avons-nous parcouru les 2 premiers kilomètres qu’un groupe « dissident » décide d’emprunter la rive droite du Lot. Nous le retrouverons finalement à St Cirq qui n’usurpe pas son titre de « village préféré des Français » : on n’imagine la foule estivale !

Bien que dispersés dans ce village escarpé, chacun trouve ensuite le fameux Chemin de Halage avant de tous nous retrouver au pique-nique de Bouziès.

De là, nous empruntons la vallée du Célé jusqu’à Cabreret et ses 2 châteaux. C’est surtout un bar restau idéalement placé qui retient notre attention pour le café. Nous n’irons pas visiter la grotte de Pech Merle, une des rares grottes ornées encore ouverte au public et reprenons la direction de la vallée du Lot pour rentrer sur Cajarc via St-Martin-Labouval et Larnagol.

La chaleur est là et c’est avec une température entre 25 et 30° que nous rentrons sur Cajarc où la piscine de l’hôtel ne dépasse pas 14°. Une douche et un tour du village suffiront à occuper cette fin d’après-midi.

DSC03004_R

Montbrun

Vendredi est un peu plus voilé lorsque nous nous partons cette fois-ci en amont de Cajarc en direction de Figeac. Nous longeons une voie ferrée désaffectée qui ferait une merveilleuse voie verte !

Nous admirons tour à tour, le village de Montbrun et le château de Larroque-Toirac.

Ayant déniché une route minuscule nous conduisant directement à Capdenac par la vallée du Lot, la seule vraie difficulté du matin est la côte de la Soudille avec les 12% de la rue des Plantades où certains seront d’ailleurs plantés !

Il est midi pile lorsque nous arrivons à l’aire de pique-nique de Capdenac-Gare au bord du lot, tandis que je reçois un texto de Francis qui nous a faussé compagnie pour Capdenac-le-Haut où il retrouve les copains passant par Figeac. Nous savourons des pâtés et autres douceurs achetées le matin dans les commerces de Cajarc et nous trouvons rapidement où boire un café grâce à l’appli vocale Ok Google de mon smartphone.

Une fastidieuse ligne droite face au vent qui s’est levé nous conduit à St-Julien-d’Empare où l’usine Forest-Liné nous rappelle que Capdenac est un berceau de la machine outil (merci Jean Louis).

De là, la route s’élève doucement à l’abri du vent, à flanc de colline, pour longer ensuite le Lot au plus près jusqu’au pont permettant aux moins aguerris de rentrer directement par la route du matin au niveau de Larroque-Toirac.

Quant à nous, nous nous hissons sur le plateau jusqu’au Saut de la Mounine dominant un magnifique méandre (cingle de Caillac) du Lot. Nous retrouvons Jacques, avant-garde du groupe principal. Nous rallions Cajarc par une belle descente agrémentée de vue sympas sur la vallée du Lot. Nous pousserons jusqu’à Salvagnac pour en admirer le château adossé à une église fortifiée.

Ce soir dégustation de vins locaux réservée par Jean-Pierre auprès du caviste de Cajarc. Demain nous aurons droit à l’apéro de Joël, le frère de Francis, en vente chez ce même caviste.

DSCN0110_R

Château de Najac

Déjà le dernier jour ! En ce Samedi, je délaisse quelque peu les Roues Cool qui s’autodétermineront, certains en auto… d’autres en vélo. Je passe en effet dans le camp, non pas adverse, mais quelque peu opposé en termes de philosophie du vélo. Enfin, il en faut pour tous les goûts ! Ce n’est donc pas sans une certaine appréhension que je prends la roue d’un groupe d’une dizaine de costauds (enfin, ceux qui sont là, car les « vrais » sont peut-être resté à Grenoble !).

Voir Jean-Michel prendre la tête des opérations ne me rassure guère et en effet, dès la première bosse, je sais que mon échauffement passera à la trappe. Sans trop me faire attendre, je rejoins donc le groupe des « pressés » mais je dois m’accrocher dans les faux-plats face au vent et je déplore qu’il ne reste plus de place dans ma voiture qui vient de nous doubler.

J’en fait part à Alex qui en a suffisamment sous la pédale pour rejoindre la tête de course et enjoindre le leader de ménager ses équipiers.

Au fait, nous filons vers Villefranche-de-Rouergue d’où sont déjà partis les copains les plus raisonnables. Cette Bastide est étonnante à l’image de la place du marché, dominée par l’imposante Collégiale Notre-Dame. Nous faisons quelques emplettes auprès des producteurs présents en ce samedi car le grand marché, c’est le jeudi. Un vent plutôt frais semble venir des toutes ces vieilles pierres et nous ne nous attardons pas pour rejoindre notre itinéraire vers Najac.

Après Monteils la pente se redresse et nous y rejoignons Pierre et Annie. Après 150 m de dénivelé, nous retrouvons Alex au carrefour indiquant Najac 10 km à droite en montant alors qu’il n’y en a que 6 si on prend à gauche en descendant (et en respectant les écritures). Mais la discipline n’étant pas le fort de nos copains du CTG, la plupart ont « préféré » faire 4 km de plus et 70 m de dénivelé supplémentaire en prenant une route qu’ils feront en sens inverse au retour !

Nous apercevons alors tout là haut au dessus de nos têtes, la forteresse de Najac, construite bien avant la naissance de Villefranche-de-Rouergue et dont elle deviendra la rivale.

Il faut gravir encore une bonne centaine de mètres depuis le pont sur l’Aveyron pour parvenir à ce village musée ou des maisons à pans de bois et briques sont ordonnancées autours de la vaste Place du Faubourg où nous pique-niquons.

La traversée de la bastide de Najac nous conduit au pied du château par une pente tellement raide que pousser le vélo est un vrai challenge ! La descente vers notre route d’arrivée n’en est pas moins périlleuse (à proscrire par temps humide). Au pont sur l’Aveyron nous revenons à la cote 208 m. Il nous faudra en gravir près de 300 pour remonter sur le plateau, d’abord à 9% puis plus doux sur la fin avec des vues splendides sur l’ensemble de Najac que nous dominons à présent. Nous sommes tous regroupés au sommet lorsque Danie nous intime l’ordre de partir, et nous nous exécutons tambour battant. D’abord un peu à la peine dans les montées, je reprends de la vigueur après un arrêt à Limogne-en-Quercy pour recharger les batteries au coca. Ayant laissé les irréductibles allonger le parcours en compagnie de Jules, la suite est une succession de toboggans favorisant les gabarits comme le mien. C’est ainsi qu’avec Alex et Gérard nous parvenons sur le podium à Cajarc où le marché bat son plein.

Dernières agapes et après une bonne nuit réparatrice nous sommes prêt à affronter le retour en voiture, qui par Clermont-Ferrand, qui par Le Puy-en-Velay, qui par Mende.

Finalement c’est comme en vélo, chacun taille sa route et on se retrouve tous, en général pour le repas….

 Diaporamadiaporama_bernard_ascension2016_c

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »